Economie

43ième réunion des gouverneurs des banques ! Les Banques africaines se penchent sur la relance de l’économie post Covid-19

Dans le cadre de ces réunions annuelles, l’Association des Banques Centrales Africaines (ABCA) a organisé un symposium du 19 au 20 août derniers en République démocratique du Congo. Ces dirigeants des banques en Afrique, réunis en conseil (43e), ont mené des réflexions autour des questions monétaires, bancaires et financières. Ils ont également planché sur la question de la pandémie covid-19. Leurs discussions ont tourné autour du thème :
“les économies africaines et la pandémie covid-19 : gestion de la crise et politiques de relance économique”.

Le symposium visait principalement à promouvoir les échanges entre les gouverneurs des Banques Centrales, les décideurs politiques, les institutions internationales et le monde universitaire sur les mécanismes de gestion de la crise liée à la pandémie covid-19 et les politiques économiques à mettre en œuvre pour relancer les économies africaines après la pandémie.
D’autres sous-thèmes ont été abordés. Il s’agit de la mise en œuvre de la politique monétaire dans un contexte post-Covid; la reprise économique post-Covid; la contrainte d’une marge budgétaire limitée ; l’impact de la pandémie covid-19 sur la digitalisation des services financiers; la stratégie et le rythme de désendettement des États africains.

Partie de la Chine en octobre 2019, la pandémie covid-19 s’est propagée dans tous les continents. De crise sanitaire, cette maladie s’est muée en crise économique. Selon le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), “la pandémie de covid-19 constitue le plus grand défi auquel le monde a été confronté depuis la Seconde Guerre mondiale, poussant près de 39 millions d’Africains dans l’extrême pauvreté en 2021”.
Pour faire face à l’ampleur du défi posé par la Covid 19, les autorités publiques et monétaires dans le monde entier avaient pris des mesures en vue d’enrayer la propagation de la maladie. Ces mesures parmi lesquelles on peut citer les restrictions de déplacements internationaux, la fermeture des frontières etc. D’autres mesures visant la relance économique ont été également prises dans la quasi-totalité des pays africains et même du monde.

Ces actions ont porté notamment sur les paiements forfaitaires aux ménages, des allégements fiscaux généralisés, des subventions salariales. Sur le plan monétaire et financier, la crise sanitaire a conduit les Banques Centrales et les régulateurs financiers à mener des politiques accommodantes pour atténuer ses effets.

D’autres mesures d’assouplissement des conditions monétaires et financières ont été prises par les Banques Centrales africaines et les régulateurs financiers telle que la suspension temporaire du remboursement des emprunts pour les entreprises et les ménages.

L’Afrique Subsaharienne a connu en 2020 la contreperformance économique la plus importante, jamais enregistrée depuis plusieurs décennies en raison de la crise mondiale due à la pandémie de la covid-19
“Le taux de croissance économique de la région s’est établi à – 1,9% en 2020,
selon le dernier rapport sur les perspectives économiques régionales du Fonds monétaire international, contre 3,6 % initialement prévus”, a souligné le premier ministre Sama Lukonde.

“Compte tenu du besoin additionnel de financement en Afrique Subsaharienne, estimé par l’Association internationale de développement à 285 milliards de dollars américains sur cinq prochaines années, notamment pour lutter contre la pandémie et le dérèglement climatique et accélérer la reprise économique, les pays africains doivent adopter une stratégie soutenable de financement de leur développement. Cette stratégie devrait inclure, outre leurs efforts propres de mobilisation des ressources domestiques, la recherche des financements concessionnels et non concessionnels, ainsi que l’apport du secteur privé”, a ajouté le chef du gouvernement.

La mission des Banque africaines de relever les économies du continent, frappées par la crise de Covid est difficile, mais “les compétences dont dispose chaque Banque Centrale du continent peuvent contribuer à relever ces grands défis afin d’atteindre l’objectif poursuivi par ce symposium”, a encore indiqué Jean-Michel Sama Lukonde.

À l’occasion de cette 43e réunion du Conseil des gouverneurs de l’association des Banques Centrales africaines, Malangu Kabedi Mbuyi gouverneure de la Banque Centrale du Congo a succédé à John Rwangombwa au poste de président de l’ABCA.
Dans son discours de prise des fonctions, Malangu Kabedi a fait part de sa vision à la tête de cette grande association.
Selon elle, sa vision “s’intégrera d’abord dans celle des pères fondateurs de l’Union africaine, à savoir bâtir une Afrique forte
et compétitive à l’échelle internationale. Une Afrique qui soit véritablement un lieu sûr pour ses fils et filles en termes d’opportunités d’emploi, de création de richesse et de stabilité.

Patrick Ilunga

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top