Economie

A kinshasa : Pourquoi les prix des denrées alimentaires flambent ?

La ville province de Kinshasa connaît depuis plusieurs mois, une hausse des prix vertigineuse des denrées alimentaires. Chaque jour, les prix grimpent à une échelle que différents vendeurs n’arrivent pas à expliquer.

Le coût élevé de transport des marchandises pour certains en serait la cause, pour d’autres ils constatent juste que les prix ont augmenté sans aucune explication auprès des fournisseurs lorsqu’ils vont acheter. Les prix de la plus part des produits auraient presque doublé par rapport à quelques mois plus tôt.

Le bidon d’huile de 25 l qui, auparavant coûtait à peu près 60 000fc, aujourd’hui revient à 105 000 FC, la semoule de maïs revenait à 30 000 FC présentement elle se vend à 41 000 FC, le sachet de sucre qui coûtait 10 000 FC, revient à 12 000 FC, le sac de riz qui coûtait 40 000 FC revient maintenant à 49 000 FC.

Un vendeur d’un dépôt dans le marché central de Kinshasa s’est exprimé : “Nous ne comprenons pas pourquoi les prix augmentent. On se réveille du jour au lendemain les prix haussent auprès de nos fournisseurs et à notre tour, nous sommes aussi obligés d’augmenter les prix de nos articles. Nous ne savons pas si l’État est au courant de la situation que nous traversons”.

Le transport des marchandises serait devenu difficile à cause du coup élevé de transport. “Parfois, nous sommes légèrement épargnés lorsque les véhicules de livraison viennent directement nous livrer ici mais pour certains produits qui nécessitent que nous allons nous-mêmes les chercher c’est là que cela devient compliqué parce que les chauffeurs nous facturent la course à un prix très élevé c’est pourquoi nous augmentons aussi parce que cela trouble un peu nos calculs,” justifie un vendeur.

Selon des experts en économie du pays, cette situation s’expliquerait par des facteurs endogènes ainsi qu’exogènes, notamment une gestion peu orthodoxe des finances publiques, un train de vie très élevé des institutions politiques, les effets de la pandémie à Covid-19, la guerre en Ukraine qui est venue accélérer la dégradation de la situation socio-économique agonisante de la RDC, etc.

Pour rééquilibrer le secteur économique de la RDC, il existerait quelques solutions réparatrices à envisager dans les prochains jours à savoir : réduction de train de vie des institutions politiques, devoir d’exemplarité des dirigeants dans la lutte contre la corruption, réduction sensible de l’enveloppe des 1,5 milliards dollars américains consacrés aux importations des produits de première nécessité et de grande de consommation, allocation des moyens substantiels pour accroître la production locale des denrées alimentaires, construction des routes de desserte agricole, l’intégration nationale de l’économie et participation à la création des richesses nationales de quatre secteurs économiques : primaire, secondaire, tertiaire et quaternaire (économie numérique).

Damany Mujinga et Benie Mbaya

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top