Politique

ACGT, l’arbre qui cache la forêt : Que se passe-t-il à l’Agence de grands Travaux ?

Il s’observe ces derniers temps une sorte de dynamique qui est née et prend corps au sein de l’Agence Congolaise de Grand Travaux (ACGT). Cette dynamique aux allures d’une forte campagne utilisant tous les canaux possibles, a pour cible le directeur général de cette entreprise de l’État, qui se trouve être Charles Médard Ilunga Mwaba. Il s’agit là d’un groupe de ceux qui s’érigent en détracteurs de ce DG, à travers une frange minoritaire de la délégation syndicale de la société, l’accusant d’avoir rétrogradé certains agents, d’instaurer “le tribalisme” au sein de l’entreprise. Ces détracteurs prétendent que le DG favoriserait les ressortissants du Katanga, mais aussi “d’exceller dans la malversation financière”, allant jusqu’à appeler l’Inspection Générale des finances à auditer la gestion de l’actuel directeur général de l’ACGT. Une situation qui suscite bien de questions, surtout dans le chef de ceux qui observent à la loupe cette affaire. Mais que se passe-t-il réellement au sein de l’ACGT ? Qu’est ce qui justifie cette animosité à s’en prendre à Charles Médard Ilunga?

De sources proches du dossier, nous apprenons que le DG Charles Médard Ilunga n’est qu’une victime de sa ferme volonté à mettre tout en branle pour permettre à l’ACGT de mieux remplir ses missions, que d’aucuns la voient d’un mauvais œil. Depuis qu’il a pris officiellement ses fonctions, selon les mêmes sources, il s’est engagé à relever les défis, de consolider les missions de l’ACGT pour la rendre plus compétitive afin de les assumer comme un grand bureau d’ingénierie en dotant cette entreprise des ressources humaines et matérielles ainsi que des outils nécessaires de pilotage, de décisions, d’analyse et de management de projets.
Pour cela il a fallu entre autre changer le fusil d’épaule. Au début, la plupart des agents de l’ACGT étaient des administratifs. Ils étaient plus nombreux que les ingénieurs. Pourtant, c’est une entreprise à caractère technique, il faut que le nombre d’ingénieurs soit supérieur à celui des administratifs. “Ce qui fait d’ailleurs que l’argument tribal ne tient pas car à l’ACGT les talents priment”, indiquent ces sources.

D’où toute une lecture biasée de ceux qui s’attaquent à Charles Médard Ilunga qui dans son action, la dynamisation de la gouvernance est un des 4 piliers sur lesquels est fondé le plan stratégique de l’ACGT 2020-2024. Bâtir un tel ouvrage, le directeur général de l’ACGT le sait, exige beaucoup de sacrifices et un grand courage managérial, dans un pays sérieusement miné par les antivaleurs de toutes sortes.

Nos sources nous rapportent en outre que de par sa nature, il a été difficile pour Charles Médard Ilunga de répondre à des accusations fabriquées de toutes pièces en son encontre; car c’est une guerre des valeurs. L’ACGT sous son leadership s’est pourtant sereinement engagée dans la certification ISO 9001-2015 en vue d’asseoir sa crédibilité et son expertise dans le management de grands projets et notamment pour internationaliser ses prestations. Et sans beaucoup des moyens financiers, l’ACGT est allée au-delà du programme sinocongolais en mobilisant de nouveaux partenariats également porteurs des projets très structurants.

Il est à signaler que dans la foulée de la période où toutes ces accusations à forte campagne médiatique ont été portées contre le directeur général Charles Médard Ilunga, à travers une frange minoritaire du bureau de la délégation syndicale de cette société. Pendant ce temps, une autre frange, plutôt majoritaire, s’est désolidarisée de cette démarche, à travers un communiqué, parce que le premier groupe n’a pas qualité, selon les dispositions du règlement d’ordre intérieur de cette délégation de travailleur de l’ACGT. Le communiqué cité a été signé par 4 membres de la délégation syndicale sur les 5 qui la composent : le président Daniel Nzila, le vice-président Charly Tabu, le secrétaire Fanfan Bilonda et de la trésorière Yvette Sifa.

Géopolis Hebdo

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top