Société

Afin de leur permettre de poursuivre normalement leur mission prophétique : Dieudonné Nkishi (Congo Positif) : ” Il faut écarter les Confessions Religieuses du processus électoral. ”

Devant le bras de fer et la crise persistante liés à la désignation du futur Président de la Centrale Électorale qui divise la plus importante sous-composante de la Société civile rd-congolaise, faut-il retirer aux Confessions Religieuses le pouvoir de désigner par consensus le président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) ? C’est la question qui se pose avec acuité dans les états-majors politiques en République Démocratique du Congo (RDC). Se confiant à Géopolis Hebdo, jeudi 02 septembre 2021, le Président National de Congo Positif, Parti Anti-Chômage, M. Dieudonné Nkishi Kazadi, a donné la position officielle de son parti. ” Il faut écarter les organisations de la Société Civile et les Confessions Religieuses du processus électoral ”, fait savoir l’animal politique doublé de sa casquette de politologue. En échange, le leader de Congo Positif propose qu’il leur soit confiée plutôt la mission d’observation des élections sur toute l’étendue du territoire national. Cette mission, pense Dieudonné Nkishi, de par leur essaimage sur l’espace national, elles pourraient la réaliser avec beaucoup de facilité et leur mission serait plus utile au pays que de diviser la nation chaque fois qu’elles sont appelées à désigner un Président et à organiser les élections.

En effet, Congo Positif, Parti Anti-Chômage, fut le premier à avoir soulevé ce débat en adressant, le 20 août 2020, une correspondance directement aux Confessions Religieuses pour leur demander de se retirer de la Plénière et du Bureau de la CENI pour des raisons bien évidentes.

” Les élections sont une question éminemment politique auxquels, seuls les partis politiques sont autorisés à compétir (Selon la Loi électorale). Il n’est donc pas logique qu’une question aussi politique soit gérée par la Société civile ”, pense le Président Nkishi. Avant d’ajouter : ” Les organisations de la Société civile ont été introduites dans le système électoral congolais parce qu’il y avait belligérance entre les acteurs et cette belligérance s’est arrêtée en Janvier 2019 avec l’élection et la prise de pouvoir d’un nouveau Président de la République qui a géré le pays normalement, pas comme quand c’était pendant la guerre ”.

En outre, selon toujours notre source (Ndlr : C’est d’ailleurs un avis que partagent beaucoup de Congolais), toutes les élections organisées par la Société civile/Confessions Religieuses ont été chaotiques. Souvenons-nous de la publication des résultats dans un char de combat en 2006, suivie de la guerre à Kinshasa la capitale. Souvenons-nous encore de deux prestations de serment (Joseph Kabila à Gombe et Étienne Tshisekedi à Limete) en 2011. Sans oublier les résultats des élections de 2018 contestées jusqu’à ce jour par Martin Fayulu Madidi (Président National Écidé/Opposition).

” Les Chefs des Confessions Religieuses sont nos pères spirituels, les intégrer dans les affaires temporelles et politiques comme les élections, les expose à toutes formes d’attaque et d’insultes, ce qui expose le pays à des malédictions. Dans plusieurs pays du monde, l’organisation des élections est confiée au Gouvernement à travers le Ministère de l’Intérieur. Si tous les acteurs politiques ont fait confiance au Gouvernement pour leur sécurité (tous sont sécurisés par la Police Nationale Congolaise (PNC) et les élections elles-mêmes sont également sécurisées par la même Police nationale, pourquoi ne feraient-ils pas confiance au Gouvernement pour organiser les élections ? ”. S’interroge l’Autorité Morale de Congo Positif.

Propositions

En écartant les organisations de la Société Civile et les Confessions Religieuses du processus électoral, le Président National de Congo Positif propose qu’il leur soit confiée plutôt la mission d’observation des élections sur toute l’étendue du territoire national : ” Cette mission, de par leur essaimage sur l’espace national, elles pourraient la réaliser avec beaucoup de facilité et leur mission serait plus utile au pays que de diviser la nation chaque fois qu’elles sont appelées à désigner un Président et à organiser les élections ”.

Il sied de rappeler que nommées par Ordonnance Présidentielle pour gérer les fonds Covid-19, les Chefs des Confessions religieuses avaient décliné l’offre de la Présidence de la République. La décision avait été saluée, car cela leur avait permis de rester neutres et de poursuivre normalement leur mission prophétique.

Tel est le point de vue de Congo Positif, un jeune parti politique créé par arrêté ministériel nº 077/2016 du 07 octobre 2016. Congo Positif milite pour la fin des importations au pays de Félix Tshisekedi, la création de la valeur ajoutée pour les matières premières exportées par la RDC et la fin du chômage pour la main-d’œuvre abondante rd-congolaise et bon marché.

Dieudonné Buanali

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top