ACTUALITE

Après le sommet de la SADC : Les chefs d’entreprises d’Afrique de l’Est annoncés à Kinshasa

Le secrétaire général de la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE), Peter Mathuki, est annoncé à Kinshasa pour une mission de trois jours, soit du 06 au 09 septembre. Peter Mathuki sera à la tête d’une délégation composée de chefs d’organes et d’institutions d’Afrique de l’Est et “d’éminents” chefs d’entreprise de la région, selon le communiqué de la Communauté d’Afrique de l’Est. La mission de ces cadres de la communauté d’Afrique de l’Est vise à mener une “réflexion sur les priorités essentielles à l’approfondissement de l’intégration et à l’exploitation des opportunités d’investissement dans la région”, indique le communiqué de l’organisation de l’Est africain.

Depuis l’entrée de la République démocratique du Congo dans la communauté d’Afrique de l’Est, ce sera une grande première mission des chefs d’entreprises et des dirigeants de la CAE au Congo, septième membre de la communauté depuis près de 5 mois. La mission du bloc de l’Est va intervenir trois semaines après le 42 ème sommet de la Communauté économique des États d’Afrique australe (SADC), lequel a eu pour thème, “promouvoir l’industrialisation par le biais de l’agro-industrie, de la valorisation des minéraux et des chaines de valeurs régionales pour une croissance économique, inclusive et résiliente”. Les chefs d’État de la SADC ont pris l’engagement d’investir et de développer la région.

Depuis l’intégration de la RDC à la communauté des États d’Afrique de l’Est, il y a comme un appétit pour les États de l’Est de profiter du vaste marché congolais, riche de 90 millions de consommateurs. Selon les chiffres du ministère du Commerce Extérieur, “la facture des importations de la RDC en 2019 s’est élevée à 7 279 246 141 dollars américains, dont plus de 1,5 milliard de dollars américains sont dépensés dans les importations des produits alimentaires.

L’Afrique du Sud et la Zambie, toutes deux membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), continuent de dominer le marché d’exportation vers le Congo, récoltant ensemble 2 milliards de dollars des exportations en 2020, selon les dernières données.

Capter des marchés au Congo

L’Afrique de l’Est est dans la logique de renverser la tendance et capter des parts des marchés dans le commerce avec la RDC et dans les investissements. C’est cela l’objet de la mission des autorités de la communauté d’Afrique de l’Est et des chefs d’entreprises au Congo. Avec ses 80 millions d’hectares de terres arables et plus de 1 100 minerais et métaux précieux, dont le Cobalt, le Lithium, le Tantale, considérés comme minerais “stratégiques” pour la transition énergétique et un monde plus écologique, la RDC ne manque pas d’opportunités d’investissement.

Selon les autorités congolaises, la fabrication des batteries électriques en RDC coûte trois fois moins cher qu’aux États-Unis, par exemple, parce que “la main d’œuvre est moins cher et la matière première est disponible”. Un investissement dans une usine de fabrication des batteries électriques aux États-Unis nécessite 117 millions de dollars, 112 millions en Chine, 65 millions en Pologne et 39 millions en RDC.

Le Kenya, l’Ouganda et la Tanzanie sont déjà à la recherche de multiples opportunités en RDC. Le Rwanda qui avait réussi à nouer des accords commerciaux et économiques au Congo, est encore en sursis, du fait de son implication dans l’agression de la RDC. Ses accords avec la RDC ont tous été suspendus en mai dernier.

L’entrée de Kinshasa dans le bloc de l’Est avait été vécue comme une aubaine par les pays de ce bloc. Le Congo-Kinshasa a augmenté le marché de consommation de la Communauté d’Afrique de l’Est de 177 millions à 260 millions de personnes et fera passer le PIB de la région de 193 milliards de dollars à 240 milliards de dollars.

Après que les États d’Afrique de l’Est aient organisé des réunions pour aider le Congo à combattre l’insécurité à l’Est de la République, le temps est de parler investissements et intérêts économiques. Les États s’apprêtent (chacun) à emboîter le pas au Burundi pour venir dans la partie orientale du pays, mais cela ne devrait pas empêcher de poursuivre des intérêts commerciaux.

Les États d’Afrique de l’Est considèrent qu’exporter vers la RDC peut offrir des marges bénéficiaires élevées car le marché n’est pas encore saturé. Pour l’Afrique de l’Est, la RDC reste cruciale.

Le Kenya et le Rwanda se sont bousculés pour créer des hubs de transport continu au Congo, notamment au Nord-Kivu avec la ville de Goma. Après que le vol de Rwand’Air a été suspendu sur l’espace congolais, le Kenya est resté celui qui a la meilleure connexion avec le Congo avec les compagnies aériennes comme Jambojet, et Kenya Airways.

Patrick Ilunga

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top