Economie

Attribution prochaine des blocs pétroliers et gaziers en RDC – Greenpeace s’inquiète, Kinshasa rassure sur la protection de la cuvette centrale : La redistribution de certains blocs pétroliers permettra de générer une manne pétrolière de l’ordre de 1, 3 milliards USD pour le trésor public

Le Gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC), par le biais du Ministère national ayant en charge la gestion des Hydrocarbures, a décidé de lancer officiellement, dès la semaine prochaine, des appels d’offres international afin de ” mettre aux enchères ” 32 blocs pétroliers et gaziers dont 27 blocs pétroliers, 3 blocs gaziers et 2 autres blocs pétroliers récupérés auprès de l’homme d’affaires israélien Dan Gertler. Une décision qui constitue une menace pour l’environnement, selon certaines ONG environnementales. En effet, les autorités congolaises ont annoncé, lundi 18 juillet, dans la soirée, leur volonté de mettre aux enchères 27 blocs pétroliers et 3 blocs gaziers, faisant fi des critiques de l’ONG environnementale Greenpeace.

” Sur 32 blocs initialement sélectionnés, des appels d’offres pour l’attribution des droits vont être lancés le 28 juillet pour 27 blocs pétroliers, notamment les deux blocs restitués par l’homme d’affaires israélien Dan Gertler et 3 blocs gaziers ”, a déclaré Didier Budimbu, ministre congolais des Hydrocarbures.

” Les blocs concernés sont repartis à travers tout le pays : 3 dans le bassin côtier, 9 dans la Cuvette centrale, 11 dans le Graben du Tanganyika et 4 dans le Graben Albertine ”, a-t-il expliqué. Les 3 blocs gaziers sont situés dans le lac Kivu.

En février 2022, l’État congolais avait conclu un accord à l’amiable avec l’homme d’affaires Dan Gertler qui détenait des droits sur les blocs 1 et 2 dans le Graben Albertine pour une valeur de 2 milliards de dollars. En avril de la même année, le Gouvernement congolais a levé l’option de la mise aux enchères des blocs pétroliers, dont au moins 9 situés dans l’écosystème sensible de la Cuvette centrale.

D’après Greenpeace, il ne fallait pas attribuer des blocs pétroliers dans la Cuvette centrale, un complexe riche en tourbières et en biodiversité qui contient environ 30 gigatonnes de carbone, soit l’équivalent de trois ans d’émissions mondiales de CO2. Pour l’organisation de protection de l’environnement, ce projet gouvernemental aurait des conséquences catastrophiques sur les communautés riveraines de ces blocs pétroliers, la biodiversité et le climat mondial.

Ce que rejette catégoriquement la Vice-première ministre et ministre congolaise de l’Environnement, Eve Bazaïba Masudi. Ce membre du Gouvernement Sama Lukonde Kyenge a affirmé récemment à la Radio-télévision nationale congolaise (RTNC) que des études appropriées étaient menées permettant ces attributions des droits d’exploration dans la Cuvette centrale. Il n’y a rien à s’inquiéter selon la warrior Bazaïba.

Avec cette attribution des blocs pétroliers et gaziers, le Gouvernement de la République veut concrétiser son autonomie par rapport au secteur minier, dans le respect de la législation en vigueur, afin d’accroître également sa part contributive à l’économie nationale comme l’avait souligné il y a une année et demie le chef de l’Exécutif national.

” Le Gouvernement mènera des actions, tant en amont qu’en aval du secteur, notamment en certifiant et en rendant accessibles des réserves pétrolières et gazières du pays ; en y lançant des appels d’offre utiles ; en renforçant l’exploration et la production des
hydrocarbures, du gaz naturel et des biocarburants en vue de réduire le déficit énergétique du pays ; en augmentant les capacités de transformation du secteur, grâce à la construction des raffineries adaptées ; en améliorant le réseau de stockage, de transport et de distribution du pétrole et du gaz pour un approvisionnement optimal du pays en produits pétroliers et gaziers ”, avait promis le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, lors de son discours d’investiture en Avril 2021. Avant d’ajouter : ” La redistribution de certains blocs pétroliers permettra de générer une manne pétrolière ou des recettes additionnelles de l’ordre de 1, 3 milliards USD pour le trésor public ”.

Il sied de noter que Greenpeace, en français ” Paix Verte ”, est une organisation non gouvernementale internationale (ONGI) de protection de l’environnement présente dans plus de 55 pays à travers le monde et fondée en 1971 par Jim Bohlen et Irving Stowe, après le mouvement ” Don’t Make a Wave Committee ” visant à s’opposer aux essais nucléaires aux États-Unis. De nos jours, Greenpeace est devenu un groupe de plaidoyer luttant contre ce qu’elle estime être les plus grandes menaces pour l’environnement et la biodiversité sur la planète. Qui vont remporter les mises ? Réponse après les soumissions aux appels d’offres international.

Dieudonné Buanali

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top