Société

Au cours d’un Breakfast Briefing : Kalej Nkand insiste sur les retombées des activités de la sous-traitance

Le Directeur Général de l’Autorité de Régulation de la Sous-traitance dans le Secteur Privé (ARSP), Ahmed Kalej Nkand , a participé , hier jeudi 18 février 2021 à Pullman Kinshasa , au Breakfast Briefing organisé par la Chambre de Commerce des Etats Unis en RDC.
Ce, sur le Thème, “La Maximisation de la sous-traitance en RDC”. Au cours de ces échanges, Ahmed Kalej Nkand, a eu à présenté brièvement et démontré les réalisations de cette firme qu’il dirige depuis deux ans et remercier la chambre de Commerce des Etats Unis en RDC pour l’importance que ses membres attachent à la question de la sous-traitance dans le secteur privé et surtout le désir commun de chercher des solutions idoines aux imcoprehensions qui peuvent subvenir dans l’application de cette nouvelle législation et de tous les autres textes réglementaires qui l’accompagnent.

Dans son mot du jour, le numéro 1 de la l’ARSP a fait a savoir que, son secteur est celui qui concerne les petites et moyennes entreprises en particulier, il prend de plus en plus une place importante dans le développement économique des pays et joue un rôle moteur pour la diversification de l’économie, la création des emplois durables et des riches.

C’est pour cette raison qu’il a rendu un vibrant hommage au président de la République Félix Tshisekedi , pour sa détermination d’une politique incitatives favorables à l’émergence d’une classe moyenne constituée essentiellement des PME à capitaux congolais.

En effet, Ahmed Land a présenté brièvement l’entreprise publique qu’il dirige il y’a de cela deux ans.

” La loi no1 fixant les règles applicables à sous-traitance dans le secteur privé
a été promulguée le 08 février 2017, et est entrée en vigueur à l’expiration d’un moratoire d’une année . Il faut entendre par entreprise à capitaux congolais celle dont la majorité du capital est détenue par des personnes physiques ou morales de nationalité congolaise”, a-t-il expliqué.

Et d’ajouter, ” la mise en oeuvre de la Loi sur la sous-traitance a été laborieuse. Après l’expiration du moratoire, deux décrets d’exécution ont été signés par le premier Ministre sortant en date du 24 Mai 2018″, a-t-il rappelé.

Le DG de l’ARSP a profité de cette occasion pour faire appel aux partis prenantes dans la mise en oeuvre de l’application de la loi sur la sous-traitance.

” Je profite de cette opportunité pour lancer un appel à toutes les parties prenantes à s’impliquer dans la mise en uvre de la loi et ses textes réglementaires d’application pour qu’ensemble nous puissions maximiser ou, mieux, tirer le maximum de bénéfice des retombées des activités de sous-traitance dans le secteur privé”, a-t-il interpellé .

Il sied de savoir que la maximisation de la sous-traitance sera profitable à toutes les parties aux côtés de l’ARSP qui, constitue un “outil important du gouvernement de la République dans la mise en place de sa politique de diversification de l’économie nationale et de création des conditions favorables à l’émergence d’une classe moyenne d’entrepreneurs congolais.

Il est important de retenir que, la maximisation de la sous-traitance dans le secteur privé, pour l’État congolais, ne peut être atteinte que lorsque grand nombre des sous-traitants à capitaux congolais pourront facilement accéder aux marchés de sous-traitance dans le secteur privé. “Cette évolution aura comme conséquence le transfert des compétences, la création des emplois, la domestication de l’économie nationale et l’émergence d’une classe moyenne proprement congolaise mais surtout l’élargissement de l’assiette fiscale au profit du trésor public”.

Il a fait savoir aussi que pour les entreprises principales, la mise en uvre effective de la loi fixant la sous-traitance, les règles relatives à la sous-traitance dans le secteur privé a des avantages indéniables en leur faveur. Il s’agit, d’après lui, notamment de la réduction des coûts de main d’uvre et la réalisation des économies sur le coûts d’exploitation.

Le DG de l’ARSP a, par la même occasion, rappelé que, pour la mise en uvre effective de la loi sur la sous-traitance, son institution a mené, durant toute l’année 2019, des activités de vulgarisation de ce texte. Elle a mis également, a-t-il renchéri, un site web (www.arsp.cd) à travers lequel 700 sous-traitants ont déjà soumis leurs demandes en ligne.

Cependant, le DG Ahmed Kalej Nkand a reconnu que la pandémie de Covid-19 a ralenti la mise en uvre du plan opérationnel de l’ARSP pour 2020. Ce plan, selon lui, consistait notamment à accentuer la vulgarisation pour bien faire connaître la loi sur la sous-traitance et créer une synergie avec les différentes administrations et services concernés par la question de la sous-traitance.

De son côté, le président de la Chambre de commerce des USA en RDC, Lino N’shimba, a rappelé que la RDC a réintégré l’AGOA (loi sur la croissance et les opportunités en Afrique). À l’en croire, cette réintégration du pays va permettre aux entreprises congolaises (petites ou grandes) d’exporter vers les États-Unis d’Amérique environ 6500 produits sans droits de douane.il appel aux entrepreneurs congolais à en tirer profit afin de faire développer le pays Lumumba.

Blandine Bampala

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top