Economie

Conséquences de la guerre en Ukraine sur l’économie Congolaise : Chute du prix de diamant à Mbuji-Mayi, Mathieu Mbaya lance un appel de secours à Félix Tshisekedi

Le diamant, un minerai incontournable dans la stabilité socio-économique au Kasaï-Oriental, a largement perdu de valeur à Anvers (Belgique), le plus grand marché international de vente de cette matière précieuse. Un carat de diamant qui se vendait jadis à 100 dollars américains, se négocie actuellement à 50, voire 40 dollars et cela sans preneur. Une chute vertigineuse qui a non seulement provoqué la baisse sensible des activités de la Minière de Bakwanga (Miba), le poumon économique du grand Kasaï, mais aussi celles des creuseurs, négociants, vendeurs et autres intervenants. Avec comme corollaire, la baisse des recettes, la baise des autres activités qui survivaient autour des sites d’exploitation artisanale, en l’occurrence, les restaurants, les maisons de vente des articles divers et  les commerces informels. A cela s’ajoutent, la fermeture des certains bureaux et comptoirs, l’augmentation des arriérés de salaires, la famine, l’exode rural, pour ne citer que ces problèmes.

Nous sommes au marché d’achat de diamant communément appelé ‘’Mutoto (Entendons par-là petit enfant en swahili, Ndrl) ‘’, ex Inankor. Ici, tout est timide. Les opérateurs sont inconsolables. C’est le cas d’Adama Mukuna, l’un des trafiquants : ‘’ Si tu vois bien, il y a des postes de radio, de télévision et d’autres biens sont en vente dans le marché pirate parce que le diamant est en baisse. Comme le diamant est acheté par les blancs, nous ne savons pas ce qu’ils en font. Si tu n’as pas d’autres activités, tu vas mourir de faim. Que les autorités nous viennent en aide. En pareille circonstance, l’État congolais pouvait lui-même acheter ce diamant ‘’.

Qu’est-ce qui serait à la base de la baisse de plus de 50% de la valeur marchande du minerai phare du Kasaï-Oriental ? Matthieu Mbaya, gestionnaire du marché Mutoto, répond : ‘’ Sans oublier la crise financière de 2008, à cause de l’invasion russe de l’Ukraine, les grands acheteurs qui sont en Europe et sous d’autres cieux (Belgique, Chine, États-Unis…) préfèrent acheter actuellement de l’or, la valeur refuge, que le diamant. C’est l’une des raisons qui sont à la base de cette triste situation. Cette baisse constitue un préjudice pour nous les vendeurs et aussi pour toute la province ‘’.

Depuis que le prix du diamant a baissé sur le marché, la situation socio-économique dans le chef-lieu de la province du Kasaï-Oriental et dans l’ensemble de la région est devenue trop alarmante. La Covid-19 est venue aussi réduire sensiblement les activités d’achat et de vente des diamants dans le centre du pays à cause des mesures restrictives de déplacement des personnes.

Les différents bureaux et comptoirs exerçant dans la ville de Mbuji-Mayi, capitale de la province accusent le coup, sinistrés depuis la suspension des vols commerciaux à travers la RDC et en dehors du pays en rapport avec les mesures barrières de lutte contre le COVID-19.

« Cette situation s’explique par le fait que les négociants s’abstiennent d’acheter les diamants en cette période où le cours de plusieurs matières précieuses a sensiblement chuté », a expliqué le Conseil provincial de diamant (CPD). Les creuseurs artisanaux sont également confrontés aux difficultés d’écouler leurs pierres précieuses, car les grandes maisons d’achat sont fermées. Bien plus, les transactions à Kinshasa et ailleurs sont devenues rares ou ne se font presque plus. En fait, les rares comptoirs restés ouverts achètent achètent à vil prix les diamants proposés par les creuseurs.

Dans les mines d’exploitation artisanale disséminées à travers le Kasaï-Oriental, beaucoup de sponsors ont baissé les bras au regard de la charge très lourde des membres des équipes.

Le ralentissement des activités d’exploitation des diamants a entraîné, par ailleurs, la baise des autres activités qui survivaient autour des sites d’exploitation artisanale. En l’occurrence, les restaurants, les maisons de vente des articles divers et  les commerces informels.

Profitant du passage de la presse locale dans ce lieu de négoce, le gestionnaire du marché Mutoto a appelé le Gouvernement de la République et personnellement le Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo qui est originaire du grand Kasaï, à secourir la population est-kasaïenne.

” Si le Gouvernement prend la charge de nous amener des acheteurs sur place, le problème sera réglé à 100%. Les gens ont des colis de diamant dans leurs maisons et comme il n’y a pas d’acheteurs, qui va les acheter ? Si on avait des acheteurs sur place, cela allait résoudre beaucoup de problèmes. Je propose au Président de la République de nous amener les acheteurs (Investisseurs intéressés à la filière diamantifère, Ndlr) à Mbuji-Mayi. Parce que, si on a même cinq acheteurs, la situation va changer ‘’, a déclaré l’administrateur du marché Mutoto. Avec l’espoir que son appel n’est pas tombé dans les oreilles des sourds.

Dieudonné Buanali

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top