Economie

Avec la vision du DG Cédrick Tshizainga : Les LMC se lancent sur la voie du redressement

Depuis sa prise des fonctions à la tête de la Direction Générale des Lignes Martimes Congolaises, en juillet 2020, L’honorable Cédrick Tshizainga Kapumba est sur la bonne voie pour relancer l’ex Compagnie Maritime Zaïroise. Il est surnommé par les agents de cette l’entreprise et l’appelle fièrement « Haute Tension », le DG des LMC est devenu l’artisan d’une réussite respectée. Impossible d’y croire à la naissance de la société Lignes Maritimes Congolaises, LMC SA en décembre 1974. Un mandataire très admiré et apprécié pour avoir ramené le géant des mers aux verts. Aujourd’hui, la société renaît totalement de ses cendres sous l’impulsion de cet homme qui convainc de mieux en mieux chaque heure, et demeure très accepté par les cadres et agents de cette firme.

En effet, il faut dire que les stratégies « made by Tshizainga » payent cash. Cette réussite hors normes qui s’explique par différentes stratégies mises en place au lendemain de sa prise des fonctions. Parmi les stratégies phares, il y a le rajeunissement du capital humain, qui à ce jour est positivement résolu, cette société qui avait à son arrivée une moyenne d’âge de 54 ans, le Directeur Générale Cédrick Tshizainga a sans baguette magique ramené à une moyenne d’âge de 30 ans et aujourd’hui, les LMC fait désormais rêver la jeunesse congolaise. Et il était impérieux d’être présent sur tous les corridors, et à ces jours ce défi est en pleine concrétisation. L’ouverture d’une Direction d’exploitation dans la partie enclavée du pays (zone Sud-Est), et le lancement des activités, une première dans l’histoire de la société, une réalité inimaginable depuis 46 ans. Donc , il fallait l’arrivée du DG Cedrick Tshizainga Kapumba et du DGA Jean-Claude Mukendi Mbiyamuenza à la Direction Générale pour enfin croire à l’impossible. La société compte désormais les bureaux à Lubumbashi (Haut-Katanga), à Kolwezi (Lualaba), à Kalemie (Tanganyika) et bientôt à Goma (Nord-Kivu), à Bukavu (Sud-Kivu), et à Bunia (Ituri). Les agents retrouvent un sourire, tous ce qui étaient hier traités de jamais irréalisables, prennent forme.

Notons que l’élu de la ville cuprifère, a fait de la bancarisation une réalité pour les agents et cadres des LMC. Longtemps, ils étaient payés à la caisse, ils sont désormais fières de retrouver le chemin de la banque afin de recevoir leurs salaires qu’ils obtiennent désormais chaque le 30, contrairement aux années antérieures où seules les entrées définissaient la date incertaine de la paie.

Concernant le social, plusieurs agents retraités bénéficient régulièrement de leurs dus longtemps attendus afin qu’ils jouissent de leurs pensions. Les LMC, une des Sociétés les plus prometteuses du portefeuille Congolais, une prévision budgétaire de l’exercice 2021 très costaud et réaliste a été validé par le Conseil Supérieur du Portefeuille, un grand coup de pouce pour cette entreprise où l’Etat Congolais est l’Unique actionnaire.

Pour l’année 2021, plusieurs actions sont à mener. Il faut assurer la visibilité et la compétitivité du personnel, accroître le chiffre d’affaires accroître la part de marché, réfectionner le centre médical, accroître la rentabilité des navires et maitriser leur rotation par un suivi rigoureux des escales, améliorer la gestion des conteneurs, gérer les ports secs; organiser le système de perception des droits de trafic à l’Est et au Sud du pays et la perception desdits droits , fidéliser la clientèle acquise grâce à une approche marketing de proximité, mener des études profondes pour le développement des LMC S.A ; …

Il faut retenir que, d’une manière générale, ces stratégies et ces actions programmées vont répondre aux besoins ci-après: la gestion de l’exploitation, l’assainissement, le rajeunissement et le renforcement de capacités du personnel, l’augmentation du chiffre d’affairee, la visibilité de la société et l’extension de la société.

Au regard au travail abattu, 2021 sera une année des réalisations pour cette société étatique. Plusieurs lignes seront lancées : une ligne va relier le Proche-Orient à l’Afrique, elle partira de Dubaï (Emirats Arabes Unis) afin de desservir le corridor Nord : Mombasa et Dar-es-salam et le corridor central qui va desservir les provinces de l’Ituri, du Nord-Kivu, du Sud-Kivu, et le grand Oriental, une autre va relier l’Asie à l’Afrique, elle partira de la Chine jusqu’à Mombasa et Dar-es-salam et enfin une autre va relier les ports africains, elle partira de Mombasa (Kenya) jusqu’à Kribi (Cameroun) en passant par Dar-es-salam (Tanzanie), Beira (Mozambique), Durban (Afrique du Sud), Walvis-Bay (Namibie), Lobito et Luanda (Angola), Boma et Matadi (RDC), Pointe noire (Congo-Brazza). Afin de se confirmer comme le transporteur multimodal attitré, 3 axes routiers seront très prochainement ouverts dans le but de faciliter le connaissement direct, porte à porte, BLT.

GH

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top