Société

Billet de sortie du Gouvernement ilunkamba : Environnement : Avec Claude NYAMUGABO la Rd Congo est aux portes de léconomie verte

Lesprit de redevabilité dans un Congo qui change par le meilleur de ce quil possède, voilà la grande articulation de la politique menée par la gouvernement au travers de son ministère phare, celui de lenvironnement. Pendant deux ans le ministre en charge de ce secteur avait fait vite de comprendre que le pays était à la croisée des chemins entre poursuivre une politique industrielle polluante ou accepter les reformes nécessaires pour accéder à léconomie verte, cest-à-dire sarrimer aux objectifs du développement durable en portant les politiques publiques vers des mutations nécessaires. Dans un pays certes pourvu en ressources, il eut fallu aussi se doter des moyens politiques adéquats pour charrier vers des rivages meilleurs les gros potentiels congolais en matière denvironnement. Claude Nyamugabo a effectivement allié les contingences politiques aux exigences économiques car ses actions dans le secteur ont réussi a ramener vers le trésor public des ressources supplémentaires. En homme politique avisé et totalement impliqué dans le développement du pays et dans la prise en charge de sa circonscription de Kabare, il a fait preuve dun courage politique exceptionnel dans cette période de mutation. Comment continuer à servir la Nation quand certains socles se sont eridés ? Dans cette réflexion profonde le meilleur élu de Kabare a choisi de joindre la dynamique enclenchée par le chef de lEtat dans lunion sacrée dans le but de servir la cause suprême, celle qui est au-dessus des considérations personnelles. Aujourd hui il est possible de prendre en compte la force de proposition qui est la sienne et de lutiliser dans cette République qui a besoin des cadres patriotes et intègres comme Claude Nyamugabo.

Dossier 1 : Performances Budgétaires impressionnantes pour 2020 et Projection optimiste en 2021

Pendant deux jours et par intermittence, ils seront pour la deuxième fois devant le Ministre de l’Environnement et Développement Durable Maître Claude NYAMUGABO afin d’évaluer ensemble les performances et les défis dans la mobilisation des recettes dues au trésor, selon les assignations à ce secteur qui s’est révélé vital pour sa contribution substantielle à l’enveloppe budgétaire de l’État.

Comme en Janvier 2020, les Coordonnateurs Provinciaux de l’Environnement dans leur ensemble ont été conviés à Kinshasa la capitale du pays par la hiérarchie afin de recevoir des nouvelles orientations pour l’an 2021 qui commence.

S’il est vrai que le Ministre Claude NYAMUGABO s’est félicité des résultats obtenus en 2020, dont les assignations fixées au départ à quelques 117 milliards des Francs congolais avant d’être revues à 82 milliards des Francs Congolais, en fin octobre ayant déjà caracolé à quelques 94 milliards des FC soit un taux de réalisation de 115%, il n’a pas non plus caché son ambition de faire mieux en cette année 2021 au cours de laquelle il dit vouloir encore que l’apport de son secteur soit plus conséquente pour permettre au gouvernement de mettre en uvre sa politique et lutter efficacement contre la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie de la population. Car, a-t-il insisté, les assignations sont fixées sur base des minima et que donc il n’est pas impossible de les dépasser de manière spectaculaire.

Pour le Ministre aux côtés de qui faut-il le préciser se trouvaient entre autre la Vice-Ministre Jeanne ILUNGA ZAINA, mais également toute la crème de la pyramide administrative environnementale du pays, le fait d’avoir atteint ces chiffres jamais égalés d’ailleurs, il n’est pas impossible de faire mieux pour 2021. Très obstiné par une gestion axée sur les résultats, c’était ici encore l’occasion pour lui de suspendre une épée de Damoclès sur la tête de certains agents et fonctionnaires véreux qui s’aventurent dans le sable mouvant en minorant les taxes ou en se complaisant dans la complicité de la fraude avec certains assujettis.

“Si nous avons atteint 94 milliards des Francs Congolais dans un contexte macroéconomique complexe en 2020, je ne vois pas pourquoi nous ne saurons aller au delà en 2021″, a martelé Me Claude NYAMUGABO, surtout que pour cet exercice les assignations sont de l’ordre de 84.162.592.799 FC soit un taux d’accroissement de 22% par rapport à l’exercice précédent. ”

Des sanctions positives, il y en aura a promis le Ministre tout en prévenant que des sanctions administratives et judiciaires il pourrait aussi y en avoir à l’encontre des récalcitrants. Les Coordinateurs se sont par ailleurs livrés à l’exercice de signature d’actes d’engagement, devenue désormais coutume en début d’exercice et sur base desquels leur travail sera évalué en fin d’année.

Dossier 2 : Contrer la criminalité forestière

Le commerce illégal des bois dans les ports de Kinshasa figure parmi les problèmes urgents auxquels le Ministre de lEnvironnement et Développement Durable, Me. Claude NYABUGABO BAZIBUHE a voulu remédier. Cest ce qui avait expliqué la descente dans différents ports et îlots à N’Sele, du Chef de Département ayant bois et forêts dans ses prérogatives.

Accompagné de son adjointe, la Vice-Ministre Jeanne ILUNGA ZAINA, du Secrétaire Général dudit Ministère Benjamin Toirambe, du DG Forets ,Mr Ilanga ainsi que du Chargé de mission du Fonds Forestier National, Alain Kalangiro, le Patron de lEnvironnement congolais avait effectué une visite dinspection improvisée de trois ports basés à la commune de la NSele ainsi que des ilots environnants. Sur place, Claude NYAMUGABO a constaté leffectivité de ce trafic illégal qui fait perdre chaque année des millions de dollars américains à la caisse de lEtat.

Aux grands maux les grands remèdes, le Ministre de lEnvironnement a décidé de la fermeture de tous les ports illégaux et des ilots transformés en paradis pour les criminels. Mais également, la saisie de toutes les grumes illégales dont la provenance et les propriétaires sont inconnus.

A ces mesures sajoutent linterdiction des activités de scierie, ainsi que des usines de transformation de bois, proscrites par les lois congolaises. « Au Gouvernement, je présenterai un dossier complet pour quavec tous les ministères concernés, nous prenions des mesures urgentes () Nous sommes déterminé à siffler la fin de cette récréation. », affirme Me Claude
NYAMUGABO BAZIBUHE , qui ne sest pas gardé dinviter les travailleurs et exploitants de bois trouvés sur le Port Moleka, à ne plus scier les bois aux ports, car les résidus de ces derniers polluent les eaux.

Rappelons par ailleurs, que cette descente sur terrain vient a posteriori du rapport de la mission réalisée par une équipe des services du Ministère de lEnvironnement et Développement
Durable pilotée par le chargé des missions du Fonds Forestier National ,Alain Kalangiro ,mais aussi le constat de la société civile environnementale. Clôturée le mercredi 20 mai dernier, cette mission a rapporté les dérapages observés dans différents ports, notamment les tracasseries de 14 services et 10 autres opérant sur les lieux.

Pour note, le Ministre de lEnvironnement et développement durable a annoncé des sanctions qui suivront tant au niveau interne du Ministère quà lexterne, et ce, grâce au concours de la police judiciaire. Occasion pour le Ministre de tutelle daborder également la mise en place du processus de traçabilité des bois, qui permettra de localiser le déplacement du bois partant de la coupe darbres jusquà son transport et commercialisation.
Il y a lieu de noter ici la décision du conseil des ministres , sur proposition du ministre NYAMUGABO portant interdiction d’exploitation des grumes non transformées d’ici le second semestre de 2021.
D’où une plus value aux bois congolais et création d’emplois pour les congolais.
Claude NYAMUGABO a mené des inspections au Lualaba dans le Haut Katanga et à Kinshasa pour vérifier la conformité des industries aux normes environnementales, un ministre de terrain, c’est le cas de le dire.
Il y’a peu, le ministre Claude NYAMUGABO a publié un livre intitulé, Méga Biodiversité, ” enjeux de gouvernance et stratégies d’un leadership supranational “, livre préfacé par le professeur Néhémie Mwilania Wilonja.

Dossier 3 : La guerre aux réseaux maffieux dans lexploitation du bois congolais

Déterminé à accompagner le Chef de l’État dans la réussite de sa mission, celle de relever le secteur environnemental de la République Démocratique du Congo pour que cette dernière puisse jouer pleinement son rôle de leader qui du reste est déjà naturel, le ministre de l’environnement Claude NYAMUGABO a été victime des coup montés depuis le 17 mai 2020, par un réseau mafieux bien connu. Ce réseau a formenté une série d’articles distribués dans différents médias sous couvert des tribunes pour salir l’image du Ministre Claude NYAMUGABO BAZIBUHE avec une succession des griefs évoquant l’exploitation illégale et commerce illicite des bois, allocation et octroi des concessions forestières, clientélisme et la non prise en compte des services techniques du Ministère. Il faut preciser ici que le nud du problème, qui est le souci principal des instigateurs de cette cabale à peine voilée, c’est l’installation d’un conseil de tutelle à l’Agence Congolaise de l’Environnement mais aussi, le changement et l’affectation des Directeurs Généraux.

Faisant suite à cette cabale médiatique savamment montée de toutes pièces, Il est imperieux d’apporter une mise au point en vue d’éclairer la lenterne de plusieurs sur ce dossier.

Il est important de savoir que le Ministère de l’Environnement et Développement Durable est membre du comité de pilotage de l’initiative pour les Forêts d’Afrique Centrale (CAFI) qui a fait signer une feuille de route pour la mise en exécution du programme de gestion durable des forêts qui sera financée par l’Agence Française de Développement, (AFD). Ainsi, le Ministre Claude NYAMUGABO a d’ailleurs signé et accepté la revue légale des concessions forestières qui sera exécutée par un fonctionnaire international indépendant recruté pour la cause. Ceci est une preuve palpable de la transparence du Ministre NYAMUGABO dans l’exercice de son travail.

Qu’en est-il de l’exploitation du bois et des contrats ?

En ce qui concerne l’exploitation du bois, il faut un permis de coupe industrielle qui du reste est établi par un organe technique qu’est la Direction de la Gestion Forestière, lequel permis est ensuite signé par le Ministre sous la couverture du Secrétaire Général de l’Environnement et Développement Durable. Et ce, obligatoirement et annuellement.

La licence d’exploitation et commerce est délivrée par la même direction technique sans que le Ministre ne signe.

A la question liée aux 9 contrats couvrant 2 millions d’hectares des forêts, il est à signaler qu’il n’y a pas eu d’allocation encore moins d’octroi d’un seul centimètre du sol pour exploitation. Il a plutôt été question de changement de dénomination, et le code forestier le permet allègrement.

Plusieurs entreprises ont déjà uvré sous cette cape dont TRANZEM devenue ORGAMAN puis aujourd’hui IFCO, et cela n’a jamais fait l’objet de bruit parce-que c’ est reconnu comme tel.
D’ailleurs, il est à relever que le dossier est sur la table de la Primature où le Conseiller Principal du Premier Ministre en charge de l’Environnement, de surcroît ancien Ministre de ce secteur a dû écouter à son temps, puis confronté la Société Civile Environnementale et les experts techniciens du Ministère pour avoir de la lumière sur cette question. Les éclairages conséquents et légaux ont été apportés, ainsi toutes les zones d’ombres ont été dissipées.

S’agissant d’une prétendue mise en place operée dans l’administration le 06 février 2020 en violation de l’instruction du Directeur de Cabinet du Chef de l’État, il n’en est nullement question. Le Ministre Claude NYAMUGABO, tenant compte des faiblesses managériales constatées dans le chef de certains Directeurs, a tout simplement procédé à une permutation interne de 3 cadres afin de renforcer l’efficacité du service. Seuls trois Directeurs-Chefs de service ont été concernés, tous ayant conservé leur grade.

Quant à la question du Conseil de Tutelle à l’Agence Congolaise de l’Environnement, il s’agit d’une structure provisoire qui a toujours existée depuis des années et opérationnalisée par les prédécesseurs du Ministre Claude NYAMUGABO, et ce, en attendant la nomination par le Chef de l’État, des membres de son Conseil d’Administration.

D’ailleurs, faut-il mentionner que c’est dans la même logique qu’un Chargé des Missions et un Chargé de Mission Adjoint sont désignés depuis plus de 5 ans par le Ministre en charge de l’environnement et ce, en attendant la nomination, par le Chef de l’État d’un Directeur Général et d’un Directeur Général Adjoint.
Selon une certaine opinion, les allégations sur les missions de service réservées aux proches du Ministre ne tiennent pas debout, les différents ordres de mission établis à cet effet faisant foi, attestent que Claude NYAMUGABO n’est pas partisan de la mauvaise et sale habitude de balancer les documents officiels sur les réseaux sociaux. L’opinion doit savoir que le Ministre Claude NYAMUGABO a astreint l’administration à une obligation de résultats de performance en faisant signer à tous les Coordonnateurs provinciaux un acte d’engagement pour permettre l’atteinte des assignations budgétaires en cette année, décrétée comme année de l’action par Son Excellence Monsieur le Président de la République, Félix Antoine Thisekedi Tshilombo.

Il est à signaler quà la question sur la gouvernance forestière, personne ne sait prouver laquelle des dispositions légales a été énervée. Le Ministre, à ce sujet, reste déterminé à doter le pays, après 60 ans d’indépendance, d’une politique forestière nationale dont les travaux de finalisation ont commencé depuis le 4 mars 2020.

Compte tenu de la situation sanitaire qui préoccupe le monde au plus au point, dans la lutte contre le covid-19, le Ministère de l’Environnement via la Direction de l’Assainissement (DAS) y attache une grande importance en cette période d’État d’urgence sanitaire.

Dossier 4 : Lutte contre le Covid-19 en RDC

Après avoir inspecté le materiel ultramoderne destiné à l’assainissement, le Ministre de l’environnement et développement durable, Claude NYAMUGABO BAZIBUHE, est passé à une vitesse supérieure en lançant, l’opération de la désinfection de la Commune de la Gombe placée en confinement total.

C’est la première étape d’une opération qui devra s’étendre sur toutes les autres communes de la Ville de Kinshasa ainsi que les Provinces touchées par la pandémie du Covid-19, a précisé le Ministre. Avec une équipe composée du personnel qualifié, les fumigateurs, pulvérisateurs et les atomiseurs de la Direction d’assainissement sont entrés en action sous la supervision personnelle du Ministre. Mardi, l’immeuble du Gouvernement qui abrite plusieurs Ministères a commencé à être désinfecté de fonds en comble. D’autres bâtiments et places publiques devront suivre pendant cette période.

Le Ministre Claude NYAMUGABO a insisté sur le fait que la priorité des priorités du Gouvernement, c’est la Santé publique en cette période où le monde fait face à l’une des pires crises sanitaires de notre ère.

Sélection de la rédaction de Geopolis Hebdo

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top