Politique

Billet de sortie : Ministère des Ressources Hydrauliques et Électricité : Eustache Muhanzi Mubembe, un pas décisif dans la longue marche vers l’accès total à l’eau et à l’électricité

L’engagement de la République Démocratique du Congo dans le processus d’amélioration de la desserte en eau et électricité est à ce jour irréversible. Une question qui revêt certes un caractère complexe, au regard de la croissance exponentielle de la donne démographique des populations congolaises. Déjà, le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo l’avait rappelé lors de sa dernière adresse à la Nation devant les deux chambres du parlement réunies en congrès, en des termes très interpellant : « Nous devons rompre avec la culture du potentiellement riche pour s’inscrire dans la logique de la réalisation effective et efficiente de nos potentialités », avait-il déclaré. Pour matérialiser la volonté du Chef de l’Etat liée à l’amélioration de desserte en eau et électricité, le Ministre d’Etat en charge des Ressources Hydrauliques et Électricité Eustache Muhanzi Mubembe était dans tous les fronts, pendant une période de près de deux années qu’il a passées à la tête de ce ministère. Si hier Stanley parlait de l’inexistence du Congo qui sera induite par l’absence du chemin de fer, aujourd’hui, le secteur énergétique est le fer de lance de l’idéal développementaliste industriel pour le Congo Kinshasa.

Il est donc de bon aloi de noter qu’à l’avènement du Ministre d’Etat Eustache Muhanzi au ministère des Ressources Hydrauliques et Électricité, il avait le devoir de faire face d’abord aux dossiers sur la table, notamment les dossiers dont l’exécution était plus qu’imminente : la question du programme de 100 jours qui a placé l’eau et l’électricité parmi les priorités. Parmi les projets phares, on trouve l’érection des Usines de traitement d’eau de Binza Ozone et de Lemba Imbu pour augmenter substantiellement le taux d’accès à l’eau potable dans la ville Province de Kinshasa.

Effectivité de la libéralisation des secteurs de l’électricité et l’Eau

L’un des champs de bataille du Ministre des Ressources Hydrauliques et Électricité Eustache Muhanzi était celui de déployer des efforts pour doter la RDC des moyens claires d’application de la politique de la libéralisation des secteurs de l’électricité et de l’eau. En ce qui concerne ce challenge, les résultats sont là, car il faut d’abord signaler que cette libéralisation a été effective théoriquement le 17 juin 2014 avec la Loi n°14/11 relative au secteur de l’électricité, et le 31 Septembre 2015 avec la Loi n°15/26 relative à l’eau.

Pour ce qui est de l’électricité, c’est sous les auspices du Ministre E.Muhanzi qu’il est Obtenu la mise en place des animateurs de deux établissements publics par ordonnances présidentielle n° 020/120 et 020/121 du 17 juillet 2020, l’un qui est l’Autorité de Régulation du Secteur de l’Electricité, (ARE) et l’autre qui est l’Agence Nationale de l’électrification et des Services Energétiques en milieux Rural et périurbain( ANSER). Ainsi, l’ARE assure la régularisation, la gestion de la tarification, la fixation des standards de base ainsi que la veille stratégique pour une meilleure compétitivité des activités du secteur, l’ANSER mobilise les investissements, assure la promotion du business et des services énergétiques en milieux ruraux et périurbains. En claire, elle vise l’électrification à grande échelle sur l’ensemble du territoire national de la RDC.

C’est dans cette optique qu’il est mis sur pied le Fonds Mwinda, qui lors de son lancement, en présence du Président de la République, le ministre Muhanzi déclare que « le Fonds Mwinda a comme vocation de doter ANSER des moyens nécessaires pour faire accéder 15 millions des congolais au moins à une énergie électrique à un prix abordable et fiable d’ici 2024 », ce qui représente une augmentation en desserte de 30%. L’idée est celle d’atteindre enfin les ODD.7 à l’horizon 2030 qui vise un accès à l’eau à hauteur de 50% des populations. Ce fonds envisage atteindre 500 millions USD à mi-parcours et 1 milliard USD à l’échéance, donc 2030.

Le secteur de l’eau n’est pas un parent pauvre dans ce processus de libéralisation, car sous l’impulsion du Ministre d’Etat Eustache Muhanzi, les mesures d’application de la Loi relative à l’eau ont été élaborées, examinées et adoptées par différentes commissions du gouvernement, elles sont même déjà soumises aux délibérations du Conseil des Ministres. Concrètement, on parle de trois projets de Décrets, à inclure aussi celui lié à l’Autorité de Régulation du Secteur de l’Eau, adoptés le 16 Octobre 2020 au cours de la 53ème Réunion.

Somme toute, le processus de changement paradigmatique dans les secteurs de l’électricité et de l’eau est une réalité en RDC, le système monopolistique de production, transport, distribution et commercialisation, a laissé place à un système plus libéralisé, ainsi l’Etat congolais n’aura que le pouvoir de tutelle dans une dimension purement technique, à travers les organes de régulation. La Régideso et la SNEL ont comme Ministère de tutelle Technique : Ministres des Ressources Hydrauliques et Électricité et celui du Portefeuille.

De l’exécution des travaux et réalisation des projets

Le moins que l’on puisse dire est que le temps passé par Eustache Muhanzi au ministère des Ressources hydrauliques et Électricité n’était pas de tout repos. Il a laissé des traces indélébiles, d’autant plus que la stratégie qu’il a choisie, est celle de terrain, dans les grandes rencontres pour nouer des liens solides avec des partenaires tant publics que privés au vu surtout de la complexité du secteur lié à la multiplicité d’acteurs.

Après qu’il soit mis au parfum des informations liées à tous les rouages de son secteur, Eustache Muhanzi a décidé dès le départ, de contacter les investisseurs déterminés à s’engager dans le secteur de l’énergie électrique. Dans ce cadre, plusieurs protocoles d’accord sont signés dont le protocole d’accord signé avec l’entreprise britannique B.BOX à l’issue du sommet sur l’investissement Royaume-Uni pour l’Afrique, un accord qui envisage l’électrification de plus de 10 millions de congolais, à travers la fourniture en kits scolaires ; le protocole d’accord de partenariat avec la firme américaine General Electric qui s’est engagée à investir à hauteur de un milliard de Dollars américains dans le Barrage d’Inga; le protocole d’accord avec le consortium allemand dans le projet Inga 3 et tant d’autres… Ce, dans la perspective de la production de l’énergie électrique, partant de l’exploitation des diverses ressources : de l’hydraulique aux thermiques en passant par le photovoltaïque, les biomasses et éoliennes.

Il est évident que le Ministre d’Etat Eustache Muzanzi a trouvé dans les tiroirs, les projets tels que d’Inga 3, qui étaient déjà en cours. Cela n’a pas empêché la volonté du gouvernement congolais, à travers le Ministre d’Etat des Ressources Hydrauliques et Électricité de laisser ses empreintes dans la poursuite de ce qu’a été fait jusque-là. Ainsi, les négociations pour le développement du projet grand Inga a connu des avancées significatives. En décembre 2019 et janvier 2020, à l’issue de deux ateliers, la BAD a réitéré sa disponibilité à poursuivre le partenariat et se dit prête à financer à hauteur de 55 millions USD. À noter aussi la manifestation d’intérêt d’autres candidats développeurs et acheteurs enregistrés dont certains Etats du continent à l’occasion des ateliers virtuels tenus en juin 2020. De là, on peut dire que ces faits corsent l’argumentaire du Maitre Muhanzi qui confirme que le Projet Inga 3 est «  à son stade de maturation ».

La Covid-19 est aussi passée par le ministère des Ressources Hydrauliques et Électricité. Personne n’est sans ignorer l’implication du Ministre d’Etat en charge de ce ministère pour maintenir le cap. Ce service public était entre le marteau et l’enclume, dans ce sens qu’il a fallu faire l’équilibre entre desservir les populations en eau pour observance des gestes barrières, mais aussi d’appliquer à la lettre les mesures prises par le Chef de l’Etat pour fournir gratuitement pendant deux mois, le mois d’avril et de mai 2020 l’électricité et l’eau potable. Ce qui a été exécuté sans heurts.

Pas plus tard qu’à la fin de ce mois de février 2021, Eustache Muhanzi vient de clôturer une mission de travail dans le site d’aménagement de la centrale hydroélectrique de Katende, dans le souci de traduire en acte la volonté du Chef de l’État d’électrifier le pays en relançant cette centrale hydroélectrique de 64 MW devant, une fois installée, alimenter plus de 79 000 abonnés. Il va même de l’idée de booster l’économie dans le grand Kasaï. Il ressort entre autre de cette mission : la possibilité de récupérer ce projet de construction de la centrale de Katende, cela en poursuivant les partenaires n’ayant pas respecté les clauses de contrats.

Quoi de plus Normal que de mettre à l’actif de Maître Eustache Muhanzi cette volonté de bien faire, qui se traduit par la confection d’un recueil des tous les textes légaux et réglementaires relatifs au secteur d’électricité, un document volumineux qui comprend au Total 7 Décrets, 2 arrêtés interministériels, 10 arrêtés ministériels, un Cahier des charges général des activités du secteur ainsi que les modèles de contrats de concession, de délégation de la gestion, des licences, des autorisations et agréments des prestataires des services. Ceci, dans le but notamment de permettre aux intervenants un accès à tout l’arsenal juridique du Secteur de l’énergie électrique en République Démocratique du Congo, un secteur que le ministre d’Etat Eustache Muhanzi accorde plus d’importance pour son rôle Moteur dans le développement industriel, économique, social et culturel .
Il faut aussi dire que l’exécution de plusieurs projets poursuit son bonhomme de chemin. Cela, tant pour ceux que finance l’Etat congolais que les partenaires nationaux et étrangers sur l’ensemble du territoire national.

Dans le secteur de l’eau, le Ministre d’État en Charge des Ressources Hydrauliques et Électricité est à pied d’œuvre dans l’exécution des projets de la construction de deux usines de Captage et de traitement d’eau à Kinshasa. L’idéal reste celui de l’amélioration mais aussi l’augmentation du taux de la desserte en eau potable, pour atteindre le niveau de 50 % d’accès des populations conformément aux Objectifs du Développement Durable auxquels la RDC a adhéré. En mi-octobre 2020, la construction de l’usine de traitement d’eau de Lemba Imbu avec une capacité de 22.000 m3/jour est à plus de 40 % du niveau d’exécution physique, 75 % d’exécution. En ce qui concerne le projet de construction de l’Usine de Binza Ozone dont l’exécution financière est à 26; 26 % alors que l’exécution physique est à 15%. Maître Eustache Muhanzi a effectué plus d’une descente pour s’assurer de la bonne marche des travaux.

Déterminé à atténuer les difficultés que subissent de plein fouet les populations pour accéder à l’eau potable, celui qui chapeaute le secteur de l’énergie en RDC s’est impliqué personnellement dans la réhabilitation de l’Usine de Captage et traitement d’eau de Ndjili. Il a aussi procédé à l’acquisition des camions citernes neufs pour desservir les populations en eau potable. Dans cette même lancée, il a assuré la réception des nouveaux groupes motopompes et Ateliers de forage de N’djili et Lukaya.

Au-delà de tout, le secteur de Ressources Hydrauliques et Électricité a passé aussi des moments d’incertitude, liés à l’exécution du budget. Les chiffres sont très éloquents. Chiffré à 536.835.310 milliards CDF, le crédit budgétaire pour l’exercice 2020 alloué à ce ministère n’a été exécuté en fin juin 2020 qu’à 1, 29%. Ce qui met en difficulté l’application des politiques dans ce secteur vital.

Les avancées enregistrées dans le secteur des Ressources Hydrauliques et Électricité en République Démocratique du Congo représentent un acquis indispensable qui balise le chemin vers l’effectivité de l’amélioration du taux de desserte en eau potable et en Électricité en République démocratique du Congo.

L’établissement des animateurs des ARE et ANSER par ordonnances présidentielle en est une illustration. Une fierté pour le Ministre d’Etat en charge des Ressources Hydrauliques et Électricité Eustache Muhanzi Mubembe, qui, en un laps de temps, a laissé des traces ineffaçables pour le Congo et surtout ses habitants.

Fiston Oleko

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top