Monde

Carnet de voyage : Un autre monde se met en place avec une génération mutante

Il est 18 h à l’aéroport de N’djili, je viens de franchir les différents contrôles de sécurité avant de prendre mon vol pour Bruxelles. Assis patiemment au restaurent Keyser, je prends mon café pour passer le temps. Instinct de journaliste, je me surprends en train d’observer autour de moi et c’est là que je constate un phénomène qui en apparence banal, mais dont les perspectives sont révélatrices du changement en profondeur que connaît notre monde. En face de moi est assise une dame avec plusieurs enfants de moins de dix ans qui courent dans tous les sens et qui sont certainement contents de partir pour la plupart venus en RD Congo en vacances. Pendant que ces bouts de chou s’éparpillent, mon fils sort sa tablette et commence à jouer à un de ses trucs favoris. Il a suffi de quelques secondes pour qu’il soit entouré par ces enfants, attirés par la petite tablette et le jeu. Ces enfants qui ne se sont jamais vus ont commencé à converser dans une langue pleine des mots qui m’étaient à moi inconnus, des noms des jeux qu’ils avaient appris à manier.

Des discussions sur les capacités de téléchargements et curieusement sur les effets que ces jeux ont sur eux. Tendant l’oreille malgré moi, j’entends qu’ils échangent des confidences, genre, tel jeu est tellement flippant et tel autre banal, etc. Ils évoquent les coûts de ces téléchargements et regrettent tous que leurs parents ne leur offrent pas des cartes de crédit pour directement payer leur abonnement. Voilà la petite fille qui dit que c’est dommage que les grands ne comprennent pas que eux maîtrisent mieux les nouveaux gadgets qui sont d’ailleurs conçus sur le modèle de l’esprit des enfants. Ils veulent rester en contact mais, n’ont pas des numéros personnels et doivent continuer à vivre sous l’autorité parentale.

Je les écoute et je suis surpris d’entendre mon fils échanger avec un petit belge sur des process techniques que moi je ne comprenais pas. Je me rends compte que les écrans sont devenus les nouvelles écoles et les logiciels d’application, les nouveaux maîtres. Comme une révélation, mes yeux dessillent et je comprends qu’il est venu le temps pour nous de passer progressivement là main à la nouvelle génération qui assume notreAvenir grâce à une faculté rare, mais devenue désormais indispensable à la survie dans ce nouveau monde, la capacité de connexion entre les intelligences.

Le monde change et la nature se dote d d’une qualité d’hommes capables de lui garantir une survie et surtout de permettre la mise en place des équilibres fondamentaux. Pour y arriver, la nature s’est organisée de manière à permettre l’émergence des catégories humaines aptes à remporter le combat de la vie moderne, vie androïde avec des techniques numériques multiples. Nous sommes à l’Aube d’une mutation des mœurs et modes de vie qui sont d’ailleurs captés par les plus jeunes, comme s’ils naissaient avec l’ADN du moment.

Les enfants d’une certaine catégorie préparent leurs prochaines batailles dans un monde connecté et où le pouvoir sera à ceux qui auront une avancée technologique et une maîtrise des instruments. Aujourd’hui quand on arrive en Europe, la première des choses qui saute aux yeux de ceux qui viennent des pays du sud, c’est le fait de la disparition progressive de l’usage des paiements par des billets de banque. Le paiement cash existe, mais il est devenu presque suspect. La dématérialisation des paiements est en train de devenir la mode et d’ailleurs va s’imposer comme le seul moyen de paiement.

Que ce soit dans les taxis de Madrid où de Bruxelles, chaque chauffeur a son terminal pour accepter des paiements des clients. Ce fait que chacun peut constater, est révélateur d’un nouveau mode de vie et surtout d’une nouvelle culture sociétale car il diminue le risque de corruption, il permet une traçabilité immédiate des flux financiers.
Tous les endroits publics sont pourvus des bornes wifi et personne ne peut passer entre les mailles des filets numériques.

Cette société est en train de prendre place et elle va donner aux États qui vont s’impliquer des moyens colossaux pour faire du développement car la monétique va transformer les habitudes et fera grossir les ressources financières d’autant plus que les coulages des recettes seront freinés par le contrôle des réseaux.

Ils sont jeunes, atypiques, cheveux ébouriffés, pantalons jeans serrés, baskets américains au pied, sacs à dos en bandoulière, ils se parlent plus qu’ils ne parlent aux autres. Leurs yeux s’illuminent devant les écrans tactiles et ils se connectent au monde entier et peuvent tout faire avec un téléphone. Ils savent réserver des billets d’avions, acheter en ligne des quantités des produits, envoyez de l’argent à leurs proches, communiquer avec des personnes situés au bout du monde. Ils sont des génies de l’informatique et peuvent régler des problèmes sur lesquels les autres peinent pendant des heures. En avance sur leur temps, ils ont la maîtrise de l’économie numérique et savent que cette destination est l’eldorado.

Comment les aînés peuvent se retrouver dans ce monde nouveau avec leur mentalité d’ascendance et leur complexe de supériorité ? Ils font semblant de nous écouter, ils se soumettent de manière symbolique aux aînés, mais ils savent que le compte à rebours a commencé et que bientôt ils seront majoritaires dans ce monde où les aînés ne se retrouvent pas. La fracture numérique sera la frontière entre le monde ancien et le monde nouveau. Les Nouvelles technologiques vont impacter sur une nouvelle société qui va s’animer et se doter de ses propres codes. Comment ce monde va s’ajuster et se mettre au pas des décisions de ces génies des applications qui avancent à grande vitesse et qui donnent des plans industriels aux capitaines des industries ?

Toutes les grandes valeurs sont aussi en mutation et la société nouvelle sera une école pour les aînés qui devraient appendre des jeunes comment maîtriser les pans nouveaux de cette société numérique. Ils sont aujourd’hui petits et ils ont entre cinq et dix ans pour les plus jeunes. La connectivité de leur vie leur a ouvert les yeux sur des univers entiers. Ce fait a étendu leur conscience au point qu’ils sont tentés de se rebeller contre les traditions et leurs coutumes. Ils estiment que ces pratiques sont anciennes et n’ont plus de place dans le monde moderne. Les philosophes, les sociologues et les penseurs doivent se pencher pour intégrer les paradigmes nouveaux de cette nouvelle société.

Adam Mwena Meji

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top