EDUCATION

Civisme routier : FOJAC s’engage à œuvrer comme solution aux problèmes liés aux accidents et incidents de la circulation routière

Dans sa vision de l’assainissement radieux du secteur des transports et Mobilité par la prédiction et la prévention des accidents et incidents, le Centre de recherche en Transports et Mobilité, CRTM en sigle,  la cellule intelligente de la Fondation Janny Ciabembi a réuni les professionnels des médias pour examiner les possibilités de réduire le taux   d’accidents et incidents liés à la circulation routière.

Devant la presse, le Professeur Docteur Janny Ciabembi a commencé par rendre public les objectifs poursuivis par ce centre avant d’étaler des stratégies à mettre en place pour lutter efficacement contre les accidents de la circulation en République démocratique du Congo, particulièrement à Kinshasa.

“Selon les rapports d’enquêtes fiables, notre cher et beau pays, la République Démocratique du Congo, d’une part, et la plupart des pays non suffisamment nantis du continent africain, d’autre part, accusent un taux très élevé de mortalité par suite, en premier lieu, d’accidents bourrés de multiples effets collatéraux dans le domaine de circulation routière, ferroviaire, lacustre, fluviale, maritime et aérienne et, en deuxième lieu, d’une persistante inanition fort pernicieuse issue du déficit permanent d’autosuffisance alimentaire”, a expliqué le docteur.

La médecine automobile est le projet du CRTM qui compte travailler dans la sensibilisation des parties prenantes pour lutter contre les accidents et incidents.

Ce centre est animé par le Centre de Recherche en Transports et Mobilité, CRTM en sigle, dont le personnel spécialisé se livre, sans relâche, à la sensibilisation permanente des autorités compétentes et des opérateurs du secteur des transports routiers à recourir résolument à la médecine automobile et, de façon concomitante, à d’autres mesures contraignantes afin de réduire sensiblement des accidents et incidents de circulation routière.

Évoquant les causes liées aux Accidents et Incidents, le visionnaire de ce centre évoque notamment l’état des routes (délabrement) ; l’état des véhicules (vétusté) ; la Formation des conducteurs ; la Négligence de la police de roulage ; la Mauvaise conduite ; la Formation des policiers de circulation routière non adaptée aux réalités du terrain ; Manque de contrôle de permis de conduire ; Manque de formation appropriée dans des centres certifiés ; Non maîtrise du Code de la route ; Déficit du contrôle technique réel et périodique des engins motorisés ; l’Usage des véhicules à volant à droite sur les routes nécessitant des véhicules à volant à gauche ; Absence d’entretien régulier des véhicules et motos ; Excès de vitesse ; Violences et détachement des plaques d’immatriculation, dégonflement des pneus et chambres à air par la police de circulation routière utilisant des pinces, tourne-vis et autres métaux truffés des pointes verticales argues ; Intolérance, incompréhension, violence entre les usagers de la route ; l’Usage des stupéfiants et des boissons alcoolisées ; Déficience de la Santé mentale et physique des conducteurs et des receveurs, cette cause est la plus proéminente.

Face à ces problèmes,

le Centre de Recherche en Transports et Mobilité, CRTM en abrégé, s’emploie, avec l’appui des partenaires nationaux et internationaux, à réduire considérablement le taux d’accidents et incidents dans la Ville Province de Kinshasa d’abord et progressivement dans tous les autres coins du pays.

Pour atteindre le but, les Dirigeants du CRTM devront mener un plaidoyer intense auprès des ministères Sectoriels en vue de parvenir dans les brefs délais, à obtenir du Gouvernement entre autre la validation rapide en République Démocratique du Congo de la médecine automobile qui aura pour tâche de remettre à tous les conducteurs et receveurs d’engins motorisés, une fiche technique ou attestation valide ainsi que de la carte du bien-être du conducteur et du receveur valable pour une période donnée à l’issue d’une consultation médicale et des soins appropriés si nécessaire.

“Cette fiche technique et la carte du bien-être du conducteur et du receveur constitueront ainsi un préalable à l’acquisition d’un permis de conduire ou d’un emploi de conducteur ou receveur sous réserve d’autres conditions et exigences de routine. Les experts du CRTM auront à déployer les efforts pour amener l’État congolais à doter et équiper la police de circulation routière des appareils respirateurs qui jaugent le taux d’alcool consommé par les conducteurs et receveurs pendant les heures de service. Pour réussir toutes ces actions, la sensibilisation permanente sera maintenue en direction des gestionnaires et des usagers de la circulation routière, des responsables des associations des propriétaires d’engins roulants, des chauffeurs, receveurs et des parkings, en bénéficiant d’un appui sans faille des médias, des artistes et de concepteurs des banderoles, affiches et réclames distillant des messages relatifs au changement réel des mentalités”, a déclaré le Professeur Docteur Ingénieur Janny CIABEMBI MUKENDI.

Avant de poursuivre qu’une fois ce projet opérationnalisé correctement,  la médecine automobile contribuera à la réduction sensible des accidents et incidents, du taux de mortalité et de l’impact des dégâts causés aux matériels roulants, aux biens meubles, immeubles et à l’assainissement de l’environnement.

Du but de ce projet, le patron de “CRTM” se propose de Mener un plaidoyer auprès de l’Etat congolais en vue d’obtenir la création d’une médecine automobile capable de certifier la bonne santé mentale et physique des usagers de la route ; Palier en conséquence à l’ébriété des conducteurs et receveurs ; Obtenir des propriétaires des véhicules et des motos, des responsables à de degrés divers des services officiels ou privés impliqués dans la circulation routière que l’engagement, la remise de permis de conduire et la conduite des engins soient conditionnés par l’exhibition d’une fiche technique ou attestation du bien-être valide ainsi que de la carte du bien-être du conducteur et du receveur.

Il est également question  de mobiliser les acteurs dans le domaine de transport routier quant à la contribution de la médecine automobile à la réduction très sensible du taux d’accidents de circulation et aussi de sensibiliser les professionnels des médias et les acteurs de théâtre et d’associations des corporations à intensifier la campagne de prévention des accidents et incidents dus à l’ébriété des conducteurs et des receveurs des véhicules de locomotion.

Noter que ce projet deux  bénéficiaires

notamment, la population cible qui compte, en son sein, les automobilistes, les receveurs, les motocyclistes, les agents de transport, les policiers, les passagers et les piétons qui, moyennant entretien, sensibilisation, formation et enquête de la part du “CRTM”, auront l’opportunité de s’approprier pleinement la gestion du projet, chacun en ce qui le concerne

 On note également dans ce projet, la participation de la population cible à la gestion du projet

Ici, les conducteurs des engins motorisés à 2, 3, 4 roues ou plus, préalablement bien formés ou recyclés, détenteurs d’un permis de conduire doublé d’une fiche technique ou attestation et de la carte du bien-être du conducteur et du receveur, pourront rouler en toute sécurité et la durée de vie de leurs engins s’en trouvera prolongée.

“La sécurité en sera ainsi garantie pour les piétons, les passagers, les véhicules, les policiers et les agents de transports. Les embouteillages s’estomperont peu à peu et le plaisir de se déplacer sera pleinement restauré”, dit le docteur Badinani

Blandine Bampala

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top