securité

Commune de Maluku – Port de Ngafura : L’incendie de la balenière le plus meurtrier, bilan 20 morts !

Je m’associe à la douleur non seulement des familles éprouvées, mais aussi à celle de tous ceux qui sont touchés par cette autre tragédie, après celle de Matadi-Kibala, encore vivace en chacun de nous. Se disant que celle du 28 février 2022 aurait pu/dû être évitée. Comment ne pas raisonner autrement quand, dès le début de la tragédie – existe-t-il un autre mot plus fort que ce dernier, devenu banal à la longue – dans cet espace dépourvu d’infrastructures de base pour justifier cette fonction de ” port “… Pas de quai d’embarquement/de chargement. Pas de bouches d’anti-incendie. Pas d’extincteur. Pas de police d’incendie dans cette partie de la capitale située à plus de 80 kilomètres du centre-ville. Certainement pas de gilets de sauvetage… On en aurait vu ici et là.

Aucun collaborateur chargé de SSE, c’est-à-dire Sécurité, Santé et Environnement. Celui-ci, entraîné, gardant sang-froid et tête froide en toutes circonstances, apte à gérer toutes sortes de cas exceptionnels dans un port. Je l’ai en vain cherché des yeux, à travers les images d’amateurs. C’est ainsi que j’ai assisté – et de loin, donc impuissant – à l’atroce agonie suivie de la mort effroyable de mes chers Compatriotes. Abandonnés et livrés à eux-mêmes. C’est ce qu’on appelle en français facile ” Non assistance à personne en danger ! “

Mais ne m’avez-vous pas affamé que ces ports dits privés étaient déjà fermés ? L’origine de l’incendie, selon quelques témoins cités par les internautes, en attendant le résultat des enquêteurs professionnels, serait provenue d’une série d’explosions des fûts d’essence, stockés dans les cales de la baleinière. Une histoire qui rappelle un autre drame, celui de Sange, au Sud-Kivu, à l’est de la RDC.

Ayons à l’esprit que le transport mixte produits inflammables et passagers reste interdit dans n’importe quelle circonstance. Voir les nombreux arrêtés… Contrairement aux déclarations des uns et des autres, l’incendie n’a pas été provoquée par une série d’explosions des fûts d’essence. C’est plutôt le contraire… Tenez ! Un fût d’essence ayant un petit trou perd une partie même infinitésimale de son contenu qui par ses caractéristiques se dilue dans l’air… Dans un endroit fermé… Vu le nombre de futs et de trous… La concentration de vapeur d’essence irait crescendo… D’où toute proximité d’un feu nu augmenterait le risque d’incendie… Voilà, le principe ayant inspiré plusieurs normes de sécurité. Or, en pratique, que remarquons nous et sur ces types d’embarcation et à quelques mètres de la terre ferme ? Une multitude de Malewa (Restaurants de fortune, Ndlr), ces cuisines ambulantes utilisant les charbons de bois.

Donc, le feu nu à proximité. Par la vapeur d’essence concentrée, le feu atteint les fûts à une grande vitesse. La chaleur monte rapidement. D’où, l’explosion des fûts en série dont le feu encercle les malheureux passagers pris en tenaille. Que le Seigneur leur accorde la grâce !

Katsh

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top