Politique

Confidences de François Lumumba Tolenga et Message à Fatshi : « Courage monsieur le Président, vous n’êtes pas seul dans ce combat »

 

Le Président du Mouvement National Congolais Lumumba , Francois L. Tolenga n’a pas hésité un seul instant à adhérer à la dynamique d’une union sacrée car pour lui elle est l’étape ultime pour la construction d’une État fort débarrassé des futilités qui empoisonnent son décollage. Pour lui le politique est au service du peuple et non le contraire comme plusieurs tentent à le faire croire. Évoquant l’exemple du héros national il se met à l’écart des mouvements séparatistes, divisionnistes vrillés sur la tribu. Il est temps que des serviteurs de la République se mettent ensemble pour rallumer l’espoir au sein de ce peuple qui n’a de cesse de réclamer sa liberté et sa dignité. Évoquant certaines citations de Patrice Lumumba, il a rappelé que sans dignité, il n y a pas de liberté, sans justice il n y a pas dignité, et sans indépendance, il n y a pas d’hommes libres. Le temps n’est pas venu où l’Afrique doit écrire sa propre histoire et elle sera une histoire de gloire. Personne selon François Lumumba ne peut décider du sort d’un peuple en dehors de celui-ci et de sa propre volonté. Des confidences du Président du MNCL ont été faites à geopolis hebdo et dans cette édition nous publions la première partie. Moments d’un retour sur le futur.

Geopolis hebdo : Que pensez-vous de ce relent de tribalisme qui plane sur le pays où l’on assiste à des replis identitaires au point que la politique devient une forme d’exaltation de l’appartenance tribale ?

François Lumumba : Nos valeurs et nos traditions politiques nous éloignent de ces antivaleurs et d’ailleurs pour nous Lumumbistes, c’est un retour en arrière sur les victoires que nos pères fondateurs nous ont légué. Le Congo ne peut se payer le luxe d’un repli identitaire et ce recul est dû au fait que plusieurs ne savent plus pour quelles raisons ils font de la politique. Devenue une activité à la mode, la politique pour beaucoup est un moyen comme un autre pour gagner sa vie. Et pourtant c’est une vocation ; un sacerdoce pour la protection et la préservation des intérêts du peuple. Ce tribalisme qui revient dans tout et qui pousse la jeunesse dans des actes condamnables d’intolérance est aux antipodes des valeurs défendues par notre héros national. LUMUMBA n’avait jamais aimé qu’on le réduise en mutetela ou que les atetela s’appuient sur son origine tribale contingente pour s’en prévaloir. Il avait dit plutôt, de son vivant :“POUR LE PEUPLE,JE N’AI NI PÈRE,NI MÈRE ; POUR LE PAYS,JE NE SUIS D’AUCUNE TRIBU, D’AUCUNE PROVINCE,JE NE SUIS PAS UN HOMME,JE SUIS UNE IDÉE,JE SUIS LE CONGO,CAR LE CONGO M’A FAIT ET À MON TOUR,JE FAÇONNE LE CONGO!”

Geopolis hebdo : Et pourtant Lumbumba avait une tribu aussi ?

François Lumumba : Il est vrai qu’il avait une tribu et il a assumé cette donne comme tout citoyen de ce pays, mais il n’a jamais fait de celle-ci un strapontin d’accès à quelque posture que ce soit. Lumbumba a vécu selon un certain nombre d’idées et ce sont ces valeurs qu’il a voulu transmettre à la Nation même au prix de sa vie sa pensée politique(lumumbisme),qui est pourtant la chose la plus importante que sa personne, car lui-même avait dit que”ce n’est pas ma personne qui compte, mais le CONGO”.A ce titre, l’idolâtrie faite autour de sa personne est une hérésie et de la déviation. C’est sa pensée politique, conçue exclusivement pour le développement et le progrès du Congo, qui est plus riche que toutes les théories scientifiques”exteristes”,exotiques que nous autres, juristes, politologues, économistes, internationalistes, etc avions apprises à l’université, et dont l’application n’a jamais apporté le développement escompté du Congo, qui ne cesse de patauger, voire de dégringoler à outrance, depuis son accession à l’indépendance, aujourd’hui 60 ans passés; que nous devrions assimiler comme la “Bible”politique, qui doit nous amener à devenir véritablement un peuple et un seul État, pour que le progrès national et général du Congo ne puisse plus relever de l’impossible ou de miracle.

Geopolis hebdo : Mais comment expliquer alors que lui dont la personne importait peu a tout de même écrit la lettre à Pauline, sa femme ?

François Lumumba : Je vous remercie pour cette question car elle va me permettre de préciser un certain nombre des choses. A partir du moment où il s’est engagé en politique Patrice Lumumba avait développé une conscience nationale qui dépassait celle que l’on a pour sa propre famille. Il est vrai qu’il était attaché à celle-ci, mais il avait transcendé son devoir d’homme d’État au point que pour lui l’avenir de ses propres enfants était lié à celui des autres enfants congolais. Quand il écrit à Pauline sa femme, en réalité il s’adresse à tous les congolais, il donne des indications sur la qualité de la vie qu’il faut mener, une vie au service des autres. Il s’adresse à ses enfants mais au travers d’eux à tous les enfants du Congo pour qu’il indique une vie de conquête de leur liberté par le travail et le combat au quotidien. Il écrit cette lettre à des personnes physiques mais on comprend très vite qu’il est dans une dimension supérieure celle des valeurs universelles de dignité et de liberté. D’ailleurs l’histoire ne s’est pas trompée en disant que la lettre à Pauline était un testament politique.

Geopolis hebdo : Vous avez récemment rencontré le Président Félix Tshisekedi et vous avez soutenu son initiative des consultations en répondant positivement à son appel de l’union sacrée, pour quelles raisons ?

François Lumumba : Nous étions en parfaite harmonie avec cet appel car il correspondait à notre propre analyse en tant que MNCL , analyse par laquelle nous savions que le destin du peuple congolais pour les prochaines décennies était tributaire de la capacité des gouvernants à transcender de futiles clivages en vue de la construction d’un véritable consensus. Ce consensus ayant pour finalité de permettre au pays de relever efficacement les défis majeurs qui persistent. A ce jour nous le voyons dans la construction de l’ État de Droit, la consolidation de la démocratie ; le progrès social, la lutte contre les antivaleurs, l’instauration de la paix. Au regard de cette situation nous avions apprécié à sa juste valeur le message du Président de la République adressé au peuple congolais. Nous étions en droit de rappeler aux gouvernants, bien qu’élus,exercent le pouvoir non pas en vertu d’un droit propre, mais plutôt d’un mandat conféré par le souverain primaire. En envisageant une large consultation avant de lever des grandes options, le chef de l’État a manifesté son attachement au principe d’inclusivité. C’est pourquoi nous lui avions lancé un appel pour qu’il continue avec courage dans ce combat car il n’était plus seul. Nous sommes cohérents avec nos propres valeurs c’est pourquoi nous soutenons ce processus dans la mesure où il devrait permettre aux gouvernants de résoudre les vrais problèmes qui assaillent le pays.

Geopolis hebdo : Que pensez-vous de la décision des autorités belges et congolaises de remettre les reliques de Lumumba et pour les secondes de préparer des funérailles dignes du fils du pays et ce 60 ans après son décès ?

François Lumumba : Nous sommes satisfaits de l’état d’avancement des démarches pour qu’aboutisse ce processus car Patrice Lumumba comme tout homme a besoin d’une sépulture et nous avons aussi besoin en tant que famille de faire notre deuil. Mais concernant les autorités congolaises nous avons été frappés de constater que le Président de la République était très attentif sur la question et nous a promis de mobiliser tout ce qui est en son pouvoir pour trouver une solution idoine. Il est important que notre peuple comprenne que si la cause pour laquelle elle lutte est noble, le temps ne compte plus, il faut aller de l’avant et ne jamais se décourager. Notre combat de poursuivre les criminels qui ont assassiné le Premier Ministre Lumumba nous a pris toute notre vie, mais cela valait la peine car aujourd’hui nous pouvons dire à nos enfants que celui la qui était rejetté par les ennemis de la République, les adversaires de la vérité et de la démocratie est aujourd’hui réhabilité et se dresse comme un modèle au cœur de notre Nation pour nous guider vers les valeurs. Ce Lumumba comme principe et comme idée valait la peine qu’on attende même soixante ans pour aboutir à des évidences.

Propos recueillis par Willy Kalengay

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top