ACTUALITE

Drame de Debonhomme : Le Gouvernement annonce la création d’une brigade des Hydrocarbures

 


Après l’incendie qui s’est produit dans la soirée du mercredi 16 mars 2022, au quartier Debonhomme, dans la commune de Matete, située à l’Est de Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo, la rédaction de Géopolis Hebdo a recueilli pour vous auprès des experts et témoins, ce que pourront être les causes ayant conduit à ce drame de trop. Contacté par nos reporters, l’environnementaliste Fanon Babadi fait savoir que la gestion des dépôts de produits inflammables et station-services en RDC est un réel problème de sécurité et surtout, environnemental qu’il faut gérer.

 ” Il y a une étude ou évaluation à faire avant d’installer une station-service. La question reste à savoir si les résultats des études menées sont validées et appliquées par l’Agence congolaise de l’environnement (ACE) où il y a des  gens qui s’imposent eu égard à la prolifération de station-services en RDC ”, a déclaré d’entrée de jeu notre Environementaliste.

Des  risques liés à l’environnement,  Fanon Badadi a révèlé que la prolifération de station-services pourrait être à l’origine de plusieurs maux sur l’environnement, la sécurité et la santé.

” La mauvaise utilisation du carburant peut être à l’origine de la pollution acquese, lorsque cette dernière est fruitée de la citerne. Ceci peut affecter directement la nappe phréatique et la polluer. Et lorsque le carburant est renversé pendant un moment sur le sol,  la terre n’est plus à mesure de survivre ”,  a martelé l’Expert. Avant de poursuivre :  ” Il y a aussi la pollution de l’air créée par l’odeur dégagée par le carburant. Hormis les pollutions momentanées, il y a des pollutions chroniques qui créent d’énormes risques sanitaires liées aux émissions décomposées organiques volatiles. Ce sont des substances se trouvant dans le carburant ”.

L’on note également la pollution des eaux causée par le fait de l’usage abusif du carburant qui est parfois souvent renversé sur le sol.

Des mesures prises

De retour au pays le jeudi sous une pluie battante après un chek-up médical à Bruxelles, le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, a fait un escale dans le quartier pour réconforter les familles des victimes. Très compatissant et en garant de la nation, il a ordonné la fermeture des dépôts des carburants et des matières inflammables clandestins situés le long du boulevard  érigés sans normes et règles de l’art à côté des habitations.

 Se trouvant également sur le lieu du drame, le ministre des Hydrocarbures, Didier Budimbu, a exprimé sa désapprobation d’apprendre que la propriétaire de ce dépôt serait un cadre de son Ministère avant de rassurer la population de ladite municipalité qu’un comité de crise sera déployé en urgence sur terrain, dans 48 heures, afin d’identifier les victimes et procéder à la fermeture de tous les dépôts des carburants clandestins dans cette partie de la capitale.

Dans la foulée, le ministre Budimbu a annoncé qu’une brigade des Hydrocarbures sera mise en place dans les tout prochains jours pour faire en  sorte que des tels incidents ne puissent plus se produire.

Il sied de noter que les sources policières font état de plusieurs maisons et véhicules calcinés. Sur le plan humain, on déplore la mort à fleur d’âge d’un jeune homme de 16 ans.

E.Funda, P. Lokeke et D. Mujinga

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top