Société

Échos de nos Communes : Pénurie d’eau au quartier Mazal, les abonnés Regideso/Mont-Ngafula dans le désarroi

Les habitants du quartier Mazal, dans la commune de Mont-Ngafula, située à l’Ouest de la ville-province de Kinshasa, vivent depuis plusieurs années sans l’eau potable de la Régie de distribution d’eau (Regideso, société d’État, dont le slogan semble être ”L’eau, c’est la vie ”, Ndlr). Pour s’approvisionner en cette denrée devenue si rare et chère, ces abonnés qui dépendent en grande partie de la production de l’usine de traitement d’eau potable de Malueka/City font recours aux forages de fortune et puits d’eau dont la qualité laisse à désirer. Fatigués de payer des factures d’eau sans contrepartie malgré la présence des robinets dans leurs parcelles, fatigués de se réveiller chaque matin pour chercher de l’eau loin de leurs habitations, fatigués de transporter des lourdes charges au dos et à la tête, et enfin, fatigués d’effectuer des dépenses d’achat d’eau non prévus dans les budgets des ménages, les habitants de ce coin de la capitale, profitant du passage des reporters de Géopolis Hebdo, le mercredi 18 août 2021, dans leur localité, ont lancé un cri d’alarme à l’endroit des autorités compétentes.

Monsieur Kevin Mbala, habitant du quartier, s’est ainsi exprimé : ” C’est difficile pour trouver de l’eau potable dans notre quartier. De fois, nous allons dans des quartiers environnents ou carrément, nous achetons de l’eau de forages à 250 Francs congolais (0,125 USD) pour un bidon d’eau de 25 litres, sans oublier le coût lié au transport pour ceux qui n’ont pas de force physique ou de voitures.
L’eau de la Regideso ne jaillit que 5 à 6 fois le mois et pendant des heures tardives. Malgré cela, elle continue de nous envoyer des factures que nous payons régulièrement. Nous sollicitons l’intervention du gouvernement central pour résoudre ce problème ”.

Madame Cathie Osako, habitante du quartier Mazal, a exprimé son ras-le-bol en ces termes : ” Je suis nouvelle dans le quartier mais depuis que j’habite Mazal, je n’ai jamais vue l’eau jaillir du robinet. Nous utilisons de l’eau de puits pour certaines tâches ménagères mais pour boire, nous achetons tous les jours un bidon de 5 litres d’eau traitée à 1000 Francs congolais (0,50 USD).

Quant à Niclette Ndaya, une autre habitante du quartier, celle-ci explique :
” Ici à Mazal, nous avons toujours de problème pour trouver de l’eau, l’eau de Regideso jaillit rarement de nos robinets.Très souvent, nous utilisons de l’eau de puits. Quand plusieurs personnes y puisent de l’eau, celle-ci devient salle à cause de non respect des règles d’hygiène. Nous ne savons même pas si cette eau est traitée par les tenanciers des puits ”.

Pour certains habitants du quartier, cette situation date de longtemps. Beaucoup de chaînes sont passées par ici, mais rien n’a changé depuis. Ils espèrent en cette publication de Géopolis Hebdo pour toucher les cœurs sensibles.

Dans cette attente, c’est l’article 15. Ceux là qui ont des moyens érigent des forages dans leurs parcelles. Un manque à gagner considérable pour cette entreprise publique appelée à atteindre ses assignations budgétaires.
Les autres par contre se contentent de l’eau de puits pendant la saison sèche avec toutes les conséquences qui en découlent sur la santé de la population et les activités économiques.

Signalons que le quartier Mazal se trouve au carrefour des quartiers Mbudi, CPA et Snel.

Patience Lokeke

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top