Politique

Echos des provinces / KINSHASA : Lutte contre le coronavirus en milieux de travail : La protection de l’employé au centre d’un accord entre Kinshasa et l’OIT

La ville-province de Kinshasa a signé, lundi 21 avril 2021, la charte de prévention contre la covid-19 sur le lieu du travail dans le secteur informel de la capitale de la République Démocratique du Congo (RDC) par différents acteurs y œuvrant. C’était à Béatrice hôtel, en présence du ministre provincial des Finances et économies, Jean Ngoyi Mvuzi, venu représenter le Gouverneur de la Ville que la signature de la charte a eu lieu.

Selon le Bureau International du Travail (OIT), ladite charte s’incarne dans la mesure où, le monde du travail, en cette période de la pandémie, ne pourrait s’en sortir que par la contribution normative et stratégique dudit Bureau, dans la lutte contre les conséquences de cette pandémie dans le secteur informel.
A l’unanimité, les différents signataires de ladite charte se sont engagés donc à la réaffirmation du respect des gestes barrières tout en mettant en place plusieurs mesures qu’ils doivent appliquer désormais dans les lieux de travail.

« Les acteurs du secteur informel, tous ceux qui représentent une grande partie des travailleurs dans le pays africains doivent être impliqués dans la lutte contre la covid-19.» a dit, Aminata Maiga, Directrice du Bureau-Pays de l’OIT.

Parmi les signataires de la charte figurent : le Syndicat des travailleurs, les Patrons et le Gouvernement qui, en signant cette charte, se joignent à concentrer les efforts pour identifier des mesures à mettre en place afin de ralentir l’impact du coronavirus dans le secteur informel.

Violant par ses catastrophes, et ravage des vies humaines, le coronavirus est un élément perturbateur des activités tant économiques que personnelles. Cette acception se constante auprès des petits commerçants qui ont du mal à subvenir à leurs besoins quotidiennes. Raisons pour lesquelles la rigueur des mesures barrières sont au centre des préoccupations communes car, cette pandémie peut se propager rapidement au sein des entreprises et dans d’autres lieux publics voire, pendant le recours au transport en commun (motos, taxis, taxi-bus, bus et autres).

C’est sous cet aspect que l’Organisation Internationale du Travail s’est engagée à assurer son accompagnement au patronat de la ville. Selon les signataires, après la signature de la charte, cette dernière sera largement vulgarisée pour sensibiliser les employeurs et employés du secteur informel afin de protéger leurs activités, leurs emplois et sauver leurs vies face à cette pandémie aux conséquences sanitaires et socio-économiques néfastes.

« L’Organisation Internationale du Travail, dont la mission est de veiller à assurer une justice sociale pour tous, s’est ainsi jointe aux efforts déployés, de par le monde et particulièrement en RDC, pour mettre fin à cette pandémie. Dans cette situation de crise sanitaire, l’Afrique a pu s’en sortir jusqu’à présent, bien qu’ayant été affectée aussi comme partout au monde. Son impact s’est fait sentir sur la fragilité des structures économiques et sociales, du fait qu’en Afrique, l’activité économique est dominé jusqu’à 80% par le secteur informel. D’où la nécessité d’accompagner le Continent », renchérit-elle.

Enock Issey

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top