Politique

En visite à l’Université Moderne de Kinkole : Jean Marc Kabund : «Nous ferons un effort pour porter la voix de cet Alma mater très haut afin qu’il aille de l’avant»

Si certaines convenances religieuses se mettent d’accord que : “la maison où fréquentent les visiteurs est bénie”, le principe a été bien appliqué ce samedi 02 octobre de l’année en cours à l’Université Moderne de Kinkole (UMK) qui a vu les pieds du premier vice-président de l’Assemblée Nationale Congolaise Jean-Marc Kabund-a-Kabund fouler son sol. Alors qu’il avait d’ailleurs un argument solide à présenter pour justifier son éventuelle absence, au regard de son agenda chargé, l’exemple patent sera l’inauguration de l’EP 1 et l’EP 2 Bikanga dans la commune de Kinsenso, Jean-Marc Kabund a tenu à honorer non seulement sa parole, mais aussi cette institution d’enseignement supérieur et universitaire.


De quoi réjouir le promoteur de l’Université Moderne de Kinkole le PCA Lamy Lamiel qui s’est rassuré, par cette visite, du soutien de l’État congolais à travers les animateurs de ses institutions. Pour ça, Il a exprimé toute sa “gratitude” à ce visiteur de marque. Au delà de la trouvaille qui a caractérisé cette visite, celle-ci était en même temps un moment de partage de convictions. C’est à ce titre que le Président du Conseil d’Administration de l’UMK Lamy Lamiel, tout en remerciant vivement son hôte de son passage très remarqué, a rappelé le rôle clé que joue l’éducation dans le processus de développement des nations. A lui d’ajouter dans la même lancée que la loi fondamentale de la RDC consacre l’éducation comme un droit pour la population, et «une université est un établissement d’utilité Publique, de par sa mission, elle exerce des activités qui sont qualifiées de philanthropiques, donc tournées vers le social”, a-t- il dit.

Au regard de la localisation de l’Université Moderne de Kinkole (UMK) qui se situe dans un quatier périurbain où les populations ont une situation socioéconomique défarovorisée, son promoteur plaide pour que l’Etat ait de la mesure surtout dans le cadre d’imposition. Cela non seulement pour l’UMK, mais pour tout établissement d’enseignement supérieur et universitaire exerçant dans des milieux dits reculés.

«Il s’avère malheureusement que l’État a du mal à accompagner ces d’établissements dans l’accomplissement de cette mission de formation de l’élite congolaise, qui d’ailleurs est la sienne. Le constat malheureux est que ces universités ne bénéficient d’aucune facilité de l’État en termes de subvention. Mais au contraire elles sont asphyxiées par des taxes de tous bords, les empêchant d’exercer correctement leur mission première celle d’investir dans le capital humain.», renchérit Le PCA Lamiel, avant d’illustrer son propos par le fait que l’UMK reçoit des factures de l’eau et électricité comme si elle était une industrie.

Il va encore loin pour exposer au premier vice-président de l’Assemblée Nationale son incompréhension du fait que «comment l’État ne peut pas exonérer ces universités installées dans des quartiers de derniers rangs même de droits d’entrée des équipements informatiques, de laboratoire par exemple ! » s’est exclamé le PCA Lamy. Juste après, c’est le Recteur de l’UMK Luaba NKuna qui illustre cette visite de l’élu de Kinshasa et membre influent du bureau de l’Assemblée nationale comme une manifestation parfaite du désir de l’abandon de soi pour une cause commune.

Face à tout un cahier des charges lui présenté, On pouvait facilement dépeindre la sensibilité de Jean-Marc Kabund de par son visage. Il a aussi partagé ses convictions. pour lui : «un pays ne peut se développer que lorsque ses dirigeants politiques mettent au centre de leur action politique l’homme congolais. Et l’homme congolais ne peut-être mis au centre de l’action politique que s’il est bien formé pour être utile dans la société.», a indiqué JM Kabund.
A lui de poursuivre : « Je me suis dit que je devais répondre à cette invitation malgré mon agenda chargé, pour encourager l’initiateur de cette vision. J’appelle ça vision parce qu’il (promoteur UMK) pouvait se construire un Hôtel ou une villa, ça serait plus facile pour lui de gagner de l’argent que d’investir dans un milieu urbano-rural. » ,a déclaré Jean Marc Kabund-a-kabund, avant de lâcher « il faut être courageux pour faire ça.»

Étant législateur et membre au bureau de la chambre basse du parlement, Jean-Marc Kabund promet de discuter avec tous les membres de l’exécutif national pour que les demandes formulées par les responsables de l’UMK trouvent gain de cause. «On ne peut pas comprendre qu’une Université construite dans un environnement comme celui-ci être considérée comme une activité commerciale. C’est absurde, on ne peut pas imposer des taxes et impôts allant au delà de ses ressources, avec crainte que l’université ferme. Ma visite ici ne sera pas sans résultats. nous ferons un effort pour porter la voix de cette Université Moderne de Kinkole très haut, afin qu’elle aille de l’avant et devienne plus grande. »

De quoi rallumer la flamme de joie, a l’endroit de Top-manager de l’Université. De l’inauguration de l’école Bikanga Ep 1 et Ep 2 à Kinsenso à la visite dans les installations de l’Université Moderne de Kinkole, cela ne peut être pris comme un fait du hasard, à contrario, c’est la manifestation de tout un engagement dans le chef d’un homme dans le secteur éducatif comme vecteur du développement. Et ça les dirigeants de l’UMK l’ont compris, d’où toute leur attitude d’expression de gratitude à ce hôte qui est le premier vice-président de l’Assemblée Nationale Jean-Marc Kabund.

Fiston Oleko

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top