Economie

Félix Tshisekedi opère un changement stratégique : Malangu Kabedi-Mbuyi, première femme Gouverneure de la BCC

Madame Malangu Kabedi-Mbuyi a été nommée, le lundi 05 juillet 2021, par ordonnance présidentielle lue sur les antennes de la Radio-télévision nationale congolaise (Rtnc), Gouverneure de la Banque centrale du Congo (BCC). Devenant la première femme à occuper cette fonction très convoitée et stratégique dans l’histoire de la Banque des banques, Malangu Kabedi-Mbuyi remplace à ce poste Monsieur Deogratias Mutombo Mwana Nyembo, nommé Président du Conseil d’administration de l’Autorité de régulation du secteur des assurances en RDC (ARCA). Le désormais ex Gouverneur de la BCC cède ainsi son fauteuil qu’il occupait depuis le 14 mai 2013. En nommant une femme à la tête de la Banque nationale, le Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a opéré non seulement un choix stratégique mais aussi, fait un clin d’œil à la gent féminine congolaise qui représente 52% de l’électorat (Cfr. Les dernières statistiques de la Centrale électorale, CENI).

A travers cette nomination, le Chef de l’État rd-congolais remet la RDC sur la voie des pays qui promeuvent une société égalitaire, car on ne peut construire une nation sans l’apport de la Femme congolaise. Depuis son avènement à la tête du pays, le Président Tshisekedi veille à une meilleure représentation des femmes au sein des instances dirigeantes des entreprises et institutions publiques pour ne pas parler de la parité Homme-Femme. ” Le Chef de l’Etat a porté son choix sur
Madame Malangu Kabedi-Mbuyi pour diriger la Banque centrale du Congo (…). Cette nomination témoigne de la vision genrée du Chef de l’Etat d’accorder plus de places aux femmes à des postes de responsabilité ”, a écrit sur son compte Facebook Monsieur Patrick Muyaya Katembwe, ci-devant ministre de la Communication et des médias, porte-parole du Gouvernement de la République. Mais qui est au juste Malangu Kabedi-Mbuyi ? D’où vient-elle ? Que peut-elle faire en cette période où la pandémie de Covid-19 frappe de plein fouet l’économie mondiale ?

Portrait

Native de Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï-Central, Madame Malangu Kabedi-Mbuyi a vu le jour un certain 1er février 1958. Elle a fait ses études supérieures à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) où elle a obtenu
une licence en économie et une maitrise en économétrie.

Au cours de sa carrière professionnelle, elle a principalement travaillé comme économiste au Centre d’Economie Appliquée (DULBEA) de l’Université Libre de Bruxelles pendant une année ; au Département des études de la Banque centrale du Congo (à l’époque appelée Banque du Zaire) pendant deux ans ; et enfin, au Fonds monétaire internationale (FMI) pendant 32 ans.

Sa carrière au sein de cette institution de Bretton Woods a couvert des postes multiples et variés : économiste dans cing pays successifs dont le Cap-Vert et le Burkina Faso ; enseignant à l’Institut de formation du FMI ; conseiller principal à l’administrateur en charge des pays Africains francophones au Conseil d’administration du FMI ; représentant-résident du FMI au Bénin et au Cameroun respectivement ; assistant au Directeur du Département Afrique ; Chef de Division adjoint et Chef de mission pour cinq pays ; et Directrice du Centre Régional d’Assistance Technique du FMI pour l’Afrique de l’Ouest. Une riche expérience qu’elle va mettre, oui nous le croyons, à la disposition de sa chère patrie, la RDC.

La première femme Gouverneure de la BCC est polyglotte. En plus de langues vernaculaires, Madame Kabedi-Mbuyi parle couramment le Français et l’Anglais, et possède un parfait niveau de connaissance fonctionnelle en Espagnole et en Portugais. Mariée et mère de deux enfants, le successeur de Deogratias Mutombo a beaucoup de pain sur la planche.

Défis à relever

Plaidoyer pour rendre autonome la Banque centrale, mettre en place une nouvelle politique monétaire, résoudre l’épineuse question des cartes visas attribuées illégalement aux officiels non attitrés et anciens dignitaires, lutter contre la contrefaçon de la monnaie nationale le Franc Congolais (CDF), ramener tous les congolais dans le circuit bancaire par la poursuite de la bancarisation des salaires et des paiements en luttant contre la pratique dite ” Maboko Banque ”, cette liste n’est pas exhaustive, sont les défis à relever par la promue.

Dans cette attente, bon vent à Madame la Gouverneure, un baobab de la finance internationale qui a succédé à un autre baobab !

Dieudonné Buanali

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top