Economie

Finances Publiques : La RDC parvient à un accord avec le FMI et gagne des places dans la notation Moody’s

La République démocratique du Congo et le Fonds Monétaire international sont parvenus à un accord sur la troisième revue du programme appuyé par la Facilité élargie de crédit (FEC) le lundi 21 novembre dernier. C’est le ministre des Finances Nicolas Kazadi qui l’a annoncé mardi devant la presse congolaise, en présence du ministre du Budget, de la gouverneure de la Banque centrale du Congo, notamment.
C’est l’aboutissement des discussions engagées depuis un mois avec la mission conduite à Kinshasa, du 18 octobre au 02 novembre, par Mercedes Vera Martin, cheffe de mission FMI pour la RDC. Le ministre des Finances précise qu’il reste “une étape cruciale, celle de l’approbation par le Conseil d’administration du FMI, en décembre courant, du rapport rédigé par l’Equipe-pays”. L’approbation par le Conseil d’administration du FMI rendra disponibles 200 millions de dollars US de DTS (Droit de tirage spécial) pour le soutien à la balance des paiements.

Les deux premières revues avaient été conclues de manière satisfaisante, respectivement en décembre 2021 et juin 2022. La particularité pour la troisième revue, c’est qu’elle couvre une période dominée par un contexte difficile, tant sur le plan international que national. Le ministre Nicolas Kazadi indique que sur le plan international, “le conflit en Ukraine a entraîné la hausse des prix mondiaux des denrées alimentaires et des carburants, ce qui a induit une hausse de l’inflation en RDC dont le niveau devrait dépasser 12% à fin 2022 contre un objectif initial de 7%. Il s’agit là d’une inflation importée qui a obligé le gouvernement à prendre des mesures pour préserver le pouvoir d’achat des populations, notamment la suspension de la TVA à l’importation des biens de première nécessité”.

Sur le plan national, le ministre des Finances note que “la guerre d’agression imposée à la RDC à travers le M23, a non seulement eu des conséquences néfastes sur la population, mais a aussi induit une augmentation exponentielle des dépenses sécuritaires qui ont consommé quasiment les marges budgétaires réalisées grâce à une mobilisation accrue des recettes domestiques”.

Mais malgré cet environnement difficile, l’économie Congolaise a fait preuve d’une grande résilience. En 2022, au premier semestre notamment, le compte courant a affiché un excédent grâce à la vigueur des exportations, et, à fin octobre, les réserves internationales brutes ont atteint un peu plus de deux mois d’importations, bien au-dessus de l’objectif fixé au début du programme avec la FMI. Pour la fin de 2022, la RDC projette la croissance à 6,6%. Le ministre Nicolas Kazadi se réjouit de ces performances macroéconomiques réalisées par l’exécutif national. L’embellie de l’économie Congolaise est aussi saluée par le FMI. Dans ses conclusions sur l’état de l’économie Congolaise, la mission du FMI en RDC a noté que “les perspectives restent positives. Les services du FMI prévoient une croissance de 6,3% en 2023”.
Ces perspectives favorables sont “soutenues par la dynamique des réformes structurelles engagées et l’expansion de la production minière”, affirme le numéro 1 du secteur des finances en RDC, qui prévient tout de même que la RDC doit rester vigilante “en raison de la vulnérabilité de notre économie aux chocs, notamment la volatilité des cours mondiaux des produits de base et le ralentissement de la croissance mondiale, sans oublier la guerre à l’Est du pays”. “Ainsi, nous allons veiller à une gestion prudente des finances publiques, à travers un renforcement de la mobilisation des ressources intérieures et une maîtrise de dépenses, l’année 2023 étant une année électorale”, a dit le ministre des Finances.
Dans ce même cadre de l’effort pour faire face aux éventuels chocs, selon les conclusions de l’équipe du FMI, “les recettes imprévues contribueront à constituer des marges budgétaires pour répondre à ces chocs”.

Moody’s rehausse la notation de la RDC

La lutte permanente pour maintenir les finances publiques dans la bonne forme, a fini par être remarquée et ces performances ne laissent plus les agences de notation financière indifférentes. Ainsi, après avoir vu sa notation être rehaussée par l’agence S&P de CCC+ à B- en janvier dernier, c’est au tour de l’agence de notation Moody’s de rehausser la notation de crédit de la République démocratique du Congo qui est passée de Caa1, perspective positive à B3, perspective stable. Ces agences ont pour rôle d’analyser la capacité d’endettement et de remboursement de dette par une économie suivant sa santé. En somme, elles notent et constatent l’amélioration ou la détérioration d’une économie. Pour le cas de la RDC, ces structures financières ont constaté l’amélioration de l’économie Congolaise.

“Cette action de notation intervient à la suite du changement de perspective de stable à positive, en octobre 2022, par l’agence Moody’s”, a noté Nicolas Kazadi, qui a ajouté que, la RDC est ainsi “le seul pays d’Afrique Subsaharienne à avoir vu sa notation rehaussée par deux agences au cours des 12 derniers mois”.
“Le rehaussement de la notation de la RDC est le reflet d’un changement structurel profond amorcé depuis plusieurs années”, note le ministre des Finances.
Dans son mot de circonstance, Nicolas Kazadi a cité l’agence Moody’s, disant que cette structure note que “la perspective de relever la note de l’émetteur à B3 reconnaît l’amélioration des perspectives économiques et budgétaires du pays, favorisées par les améliorations institutionnelles soutenues par le programme du FMI. L’agence insiste notamment sur les évolutions favorables du secteur extérieur et les fortes réalisations dans le domaine des finances publiques, ainsi que le renforcement du cadre politique monétaire.
Toujours selon le ministre des finances, “il est attendu que la RDC maintienne une croissance forte, notamment soutenue par les bonnes perspectives dans le secteur minier et des investissements en capital pour adresser les défis relatifs au manque d’infrastructures”.

Patrick Ilunga

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top