Economie

Finances publiques : Retour en force de la Cour des comptes dans la gouvernance d’État

Face aux enjeux stratégiques de l’assainissement des finances publiques, de l’augmentation des recettes ainsi que de la lutte contre la corruption au sein des institutions publiques, la nomination d’un Premier Président de la Cour des comptes n’est pas passée inaperçue dans l’agora politique tant l’attente est grande de voir la Cour des comptes revêtir de ses habits de puissance pour imposer à tous ceux qui gèrent au nom de l’État, les règles de la bonne gouvernance. Par cette décision de doter des nouveaux animateurs la Cour des comptes en désignant aussi un Procureur général près cette cour, le Président Felix Tshisekedi manifeste une volonté supplémentaire de construire un écosystème assis sur l’orthodoxie dans la gestion de la chose publique. La Cour des comptes a toujours fonctionné, ses rapports furent toujours publiés, mais le poids des institutions politiques fut tel qu’il était presque impossible de voir une suite aux contenus de ses analyses. Avec les années, la Cour est passée dans la périphérie des institutions de contrôle au point de perdre en image et en prestige. Aujourd’hui l’arrivée de Jimmy Munganga est perçue comme un évènement déclencheur de ce retour attendu du contrôle sur les premières scènes de la république et surtout qu’il est venu ce moment de détruire les mauvaises pratiques qui s’étaient emparées du gotha politique en matière de gestion et de recevabilité.

Pour rappel il faut souligner que la Cour des comptes est l’institution supérieure de contrôle des finances publiques. Elle a pour mission d’effectuer de manière indépendante, un contrôle à posteriori des finances de l’Etat et ses démembrements ainsi que des organismes, entreprises publiques et autres entités bénéficiant du concours financier de l’État.

On comprend que la Cour des comptes doit contribuer par ses missions de vérification et de contrôle de conformité à l’amélioration de la gouvernance financière et au respect des principes de reddition des comptes.
L’État de droit qui est l’objectif poursuivi par le leadership national ne peut se bâtir que sur des personnes qui se sont engagées à matérialiser chaque jour les différents aspects et celui du contrôle des finances publiques est primordial, c’est pourquoi le profil du nouveau président ramène l’espoir dans les milieux des finances publiques car il amène un background suffisamment riche pour relever le défi lui imposé par l’État.

Magistrat d’expérience il a été successivement substitut du procureur de la République, juge d’instance, Magistrat Conseiller à la Cour des comptes et Avocat Général près la Cour des comptes. En plus de ce parcours élogieux, il a eu des formations multiples de mise à niveau sur la comptabilité publique, la comptabilité générale OHADA, sur les finances publiques et sur la fiscalité. Jimmy Munganga est un homme d’expérience qui prend la tête de cette institution d’élite et qui est appelé à faire de la Cour des comptes un centre d’excellence dont la crédibilité se fonde sur le professionnalisme et la qualité de son travail. Il est attendu que le nouveau leadership puisse incarner et faire respecter les valeurs cardinales qui structurent cette institution à savoir l’indépendance, le professionnalisme, l’intégrité, le service à l’intérêt public. Ces valeurs sont le terreau qui va garantir l’amélioration des conditions de vie des populations congolaises.

Robert Tanzey

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top