Politique

Grands dossiers de la République/ Briefing de Presse, une avancée dans la redevabilité institutionnelle : Innovation du gouvernement grâce au talent de Patrick Muyaya

Les briefings de presse sont des moments importants dans la marche de la république, car ils mettent en face l’opinion publique représentée par la presse et les différents responsables dans les arcanes de l’État pour que ceux-ci rendent compte de l’action menée au nom du peuple.
Cette innovation a comme effet immédiat de briser la chaîne des fakenews qui polluent l’univers de l’information.
Mais mieux, permet à la presse de poser les questions les plus pertinentes pour avoir l’information la plus complète.
Cet exercice de redevabilité impose aux décideurs de porter leur sujet, de s’approprier les dossiers et surtout de développer les aptitudes de communicabilité.
Aujourd’hui, grâce à un regard rétrospectif, on peut évaluer la capacité de certains ministres et autres hauts cadres d’agir de manière responsable face aux défis du moment.

Les acteurs

Patrick Muyaya

Au cœur de ce dispositif démocratique et communicationnel, il est la pierre angulaire car il a décidé de participer de manière substantielle au changement du narratif sur le Congo.
Ce changement part du principe que l’information qui couvre l’action publique doit arriver à temps et avoir des effets positifs sur les situations parfois tragiques.
Que le jeune ministre ait commencé ses briefings avec les membres de l’armée, est un signe d’urgence sécuritaire qui entaille l’intégrité et la cohésion nationale.
Grâce à ces prises de position, il n’a laissé aucune place aux habitués à propager la peur sur l’Est du pays.
Son travail qui va de l’organisation matérielle à celui plus subtil, politique, a fait monter les points du gouvernement SAMA LUKONDE dont l’implication dans le quotidien est désormais palpante.

GENERAL KASONGA

Si il est dit que l’armée est une grande muette, son obéissance au pouvoir civil lui a donné le devoir de communiquer sur les opérations militaires en vue d’extirper les mensonges disséminés et surtout d’obtenir la participation des populations à ce combat qui endeuille depuis 20 ans le pays.
Formé dans les meilleures écoles de la communication et de l’information, le général a donné de son temps pour rendre accessible aux communs de mortels, le langage codé de l’armée.
Aujourd’hui, sur l’état de siège, sur les pertes en vies humaines, sur la libération des populations otages des forces négatives, sur le retour à la normale sur certains tronçons, l’armée a libéré la parole et se positionne comme l’une des forces de frappe montante en Afrique.
Le général KASONGA et son équipe, participent à cette image de plus en plus noble et patriotique.

Jacques Kangudia

Dans ce changement du narratif sur le Congo, Jacques Kangudia est un acteur, car en participant à ce briefing sur le civisme fiscal, il a donné le ton sur l’empleur du changement attendu en RDC.
Le pays, pour conserver ses chances de progrès, doit changer son “mental”, sa perception de son avenir, car tout s’est effondré à cause d’une mentalité de la prédation et une classe politique déstructurée, collée aux détournements des deniers publics.
Jacques Kangudia et son équipe croient qu’il est possible de changer le destin du pays par un changement des mentalités en commençant par le devoir qui revient à chaque citoyen de contribuer aux charges publiques.

Civisme fiscal et citoyenneté consciente, sont possibles dans un changement volontaire.
En participant à côté du Ministre des médias et porte-parole du gouvernement, Jacques Kangudia a scellé la volonté de Félix Tshisekedi de conduire son peuple vers l’accession à des cercles vertueux où règnent l’intégrité et le patriotisme.
L’effort de rendre compte et la volonté de lancer cette campagne ont garanti le succès de ce briefing.

Rose Mutombo Kiesse

La Ministre d’Etat, ministre de la justice s’est mise à la disposition du briefing de presse pour rendre compte de l’évaluation de l’état de siège.
Dans cet exercice difficile qui n’a pas manqué des couacs, l’exercice de redevabilité s’est déroulé comme il se doit, car dans cet espace où l’État de siège était proclamé, il fallait se rassurer que les droits à une justice fiable étaient garantis.
La ministre d’État a rassuré l’opinion que l’état de siège était important pour régler des problèmes graves auxquels la Nation était confrontée dans cette partie du pays.

Aucune faute, aucune infraction ne sera impunie, a rassuré la garde des sceaux.
Rendre compte au jour le jour de l’action menée est un effort qui permet au gouvernement de croître ses liens de confiance avec la population.
Les ministres qui acceptent de participer à cet exercice font preuve de responsabilité et contribuent au changement des mentalités.

VPM Eve Bazaiba

S’il y a un briefing de presse qui était parfait car portant sur les fondamentaux de la vie en communauté, c’est celui auquel la dame de fer a participé aux côtés de Patrick Muyaya.
D’abord les faits.
Des produits polluants jetés dans les rivières Kasaï et Tshikapa ont contaminé les eaux, tuant les poissons et mettant les riverains en danger.
Ces populations n’ayant que cette eau, ont consommé et plusieurs en sont mortes.
Cette situation se trouvant à des milliers de kilomètres de Kinshasa, a fait l’objet de cette action de redevabilité, car le congolais a les mêmes droits partout où il est.

Son gouvernement doit lui rassurer cette protection et son aide.
Madame Eve Bazaiba dont on ne peut douter de l’engagement, a fait fort de dénoncer les coupables (une firme angolaise) et surtout de rassurer les populations de l’action publique.
C’est en cela que rejaillit la foi dans les institutions.

WAK

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code