Politique

Grève des agents de Transco : Un mouvement qui paralyse la circulation de toute une capitale

À l’état normal, la mobilité dans la ville de Kinshasa est un véritable casse-tête. Surtout que le matin comme le soir les mouvements sont guère identiques. La grève des agents de la société de transport congolais (Transco) a amplifié une situation déjà intraitable. Il serait de bon aloi de se poser la question autour de la cause de ce mouvement social des agents, mais aussi la cause des problèmes financiers que connaît cette entreprise.

En ce qui concerne la grève, il faut dire que la représentation syndicale de Transco réclame à ses dirigeants les arriérés de 7 mois de salaire, mais aussi de 20 mois de prime. N’ayant pas obtenu gain de cause pendant tout ce temps, les agents ont choisi d’agir autrement, d’où la paralysie constatée dans les arrêts de bus, avec un nombre important des kinois qui emprunte ces engins qui sont carrément pénalisés pendant ces deux jours de grève, lundi 26 et mardi 27 juillet 2021. Des bus Transco capables d’assurer le déplacement de plus 50 personnes chacun par course.

Le gouvernement de la République n’est pas resté inerte face à cette calamiteuse situation. Via son ministre de transport, voies de communication et désenclavement Cherubain Okende, il promet de trouver une solution idoine dans 48 heures, tout en appelant les agent de l’entreprise Transco à la reprise de leur activité. Ce qui peine à s’observer.
Bien plus, d’aucuns n’ignorent les déclarations du Directeur gêneral a.i de Transco Blackson Bongi, dans une émission radiodiffusée à Kinshasa, affirmant que le mode de financement de Transco ne permet à cette société de couvrir toute ses charges. Etant une propriété de l’Etat congolais, c’est ce dernier qui détient seul le pouvoir de fixation de prix. Ce qui revenait à dire, selon le DG ad intérim, que le coût de 500 FC la course dans le bus Transco à l’heure actuelle représente une proportion qui est quatre fois plus moins que le prix normal.

Le déplacement pendant ce moment de grève des agents de Transco a ressemblé à un parcours de combattants. A en croire plusieurs passagers, cette âpre situation ne peut pas durer longtemps, car elle devient de plus en plus intenable. Une solution appropriée et durable doit vivement être trouvée.

Fiston Oleko.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top