Communication

Hier est-il relié à aujourd’hui ?

Le 17 août 2021: C’est en cherchant comment concilier ma naissance – le 18 août, mais inscrit le 20 août – à la réception d’un certain nombre d’ouvrages – à date plus de 70 – qu’un flash, involontaire, qui n’a pas dépendu de moi, attirera mon attention sur l’aventure qu’aurait connue en 1939/1940, mon père, Tshimpanga Muukute Kabitanga (1925-2002), alors âgé d’une quinzaine d’années, un cahier et un crayon à la main, sur un parcours long de plus de 500 km (Aller/Retour) à travers les villages, les rivières, les montagnes, les vallées… Vers les Nord et Nord-ouest… Troisième enfant – et deuxième fils – d’un Chef de Groupement, mon Père serait né vers 1925 au cœur du Kongo… Par un concours de circonstances non encore élucidées, il se sent poussé et attiré par l’école primaire à la Mission catholique de Tshidimba, à 14 km… A l’époque, il fallait plus que l’héroïsme afin d’affronter et de vaincre beaucoup d’obstacles sociologiques et entamer ainsi les études primaires… Lui, il a tout supporté afin de savoir lire, écrire, calculer, etc. De toute la génération née entre 1920 et 1939, il sera le seul à avoir atteint la cinquième année primaire… La vie pouvait suivre son cours normal s’il n’y avait pas eu ce long voyage vers le royaume du Grand Chef des Bakuba afin de ramener les étoffes en raphia pour l’intronisation de son Père, comme Chef de Groupement… Celui-ci choisit son deuxième fils pour ce voyage, périlleux il faut le reconnaître… A cette époque-là, on trouvait encore des mangeurs “des hommes” … Contre toute attente et à l’insu de tous, l’adolescent TSHIMPANGA emporte un cahier, un crayon et une lame de rasoir… Comme un journaliste, il se met à transcrire, dans l’ordre de passage, les noms des villages, des Groupements, des rivières, des vallées, des montagnes traversés… Jusqu’à la Capitale, chez le Roi des Bakuba… Après le repos bien mérité et après avoir retiré les costumes d’apparat, il constate que ses hôtes n’étaient plus pressés de le voir repartir… Personne n’acceptait de le raccompagner… Contrairement à la ferme promesse faite jadis à son Père… Et voilà ! Double miracle ! Primo, il décide d’intégrer un groupe ambulant de danseurs et chanteurs… Les fameux Kabwalala… A la surprise générale, il savait admirablement bien jouer au tam-tam… Entouré des artistes et protégé par eux… Il était en sécurité.. Secundo, c’est là que son cahier magique sortira de sa cachette et l’aidera, de proche en proche, à regagner son village natal après une dizaine de mois d’errance guidée… Au moment où tout le monde était convaincu de sa mort… Son père au bout d’arguments… Sa mère déjà inconsolable… Le voilà surgir vers les 17 heures, son colis en bandoulière, il sera accueilli par un kasala interminable de sa chère maman Tshibola NTUMBA…. Personne n’est parvenue à en retenir quelques strophes… C’était beau, magistral, inimitable…. ” Un enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne. ” (Victor Hugo)… Il a fallu plusieurs jours de vive émotion avant que tout redevienne normal (?)… Entre-temps, Tshimpanga, nourri de grands espaces, encouragé et soutenu par sa chère Maman, sera l’un des premiers de la contrée à franchir le Rubicon : rejoindre l’Union Minière du Haut-Katanga à Likasi… De cette incroyable aventure doublée de l’art que sont reliées et ma naissance dans une Cité minière et mon écriture et ma participation à l’art le plus éminent, l’art de la Parole, l’art dramatique : le THEATRE ? Merci Seigneur de cette autre grâce ! (Extrait tiré du Premier tome de mes mémoires in ” Mon Théâtre : De l’appropriation à la création. Processus d’élaboration artistique. “, 8 tomes, sous presse, aux éditions du CEPROLA, Kinshasa… Le cahier de mon Père, de 1939/1940, ressemble étrangement au mien ? Dans lequel, à partir du 31 janvier 1965, à mes 15 ans – encore 25 ans ? 1939/1940-1965 – j’ai effectivement débuté l’écriture, dans un cahier de 200 pages, par la tenue régulière du journal intime que je nommerai plus tard ” Journaux de bord ” Voyez-vous ! Tout a effectivement un sens. Tout se tient. Tout se relie. Par la grâce du Très-Haut, SHAKAPANGA… )

Katsh

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top