Economie

Impact de la journée du 8 mars sur l’économie congolaise : Hausse du prix des pagnes au marché de Beach Ngobila

La journée internationale des droits des femmes est célébrée le 08 mars de chaque année.
A Kinshasa, un constat a été fait par notre rédaction sur le prix des pagnes qui a connu une légère hausse dans différents marchés de la ville province de Kinshasa, pour des raisons moins motivantes et surtout personnelles selon l’unanimité de femmes vendeuses de ce produit trouvé sur place.

Nous sommes au Beach Ngobila, un espace notamment réputé par la vente des pagnes.

Sur place, nous avons noté une effective hausse du prix des pagnes. La journée internationale des droits des femmes est sans doute une convention pour valoriser la femme dans la société, reconnaître ses droits et sa dignité; mais, certaines personnes en profitent pour se faire de l’argent, à l’instar de ces femmes vendeuses au Beach Ngobila.

Vendus autrefois entre 8 USD et 10 USD selon la qualité du tissu, la marque du pagne dite JAVA a connu une hausse de 2 USD pour chaque qualité, soit de 8 USD à 10 USD pour la qualité faible et de 10 USD à 12 USD pour celle de la haute qualité, d’un côté ; la marque démi-super a aussi flotté un tout petit peu, vendue à 10 USD l’autre fois, a atteint le seuil de 15 USD américains et le hollandais vendu à 12 USD a aussi été vendu à 15 USD.

Interrogé sur les raisons occasionnant cette hausse du prix des pagnes, Madame Divine Ngoy, vendeuse dans ce marché de Beach Ngobila, fait savoir: ” les prix changent pour plusieurs raisons, d’abord pour certaines marques de pagne qui sont des pièces rares, soit si nous l’avons acheté dans les manœuvres, c’est-à-dire au travers d’une autre personne. Mais pour la ressente hausse, l’élément déclencheur est la journée internationale des droits des femmes…”

Dans un pays comme la RDC où la loi existe, et où l’État dispose des services spécifiques pour la fixation des prix en cas d’une éventuelle hausse ou d’une gestation, il serait inadmissible de vivre ce phénomène qui bat son plein non seulement dans ce commerce de pagne mais dans presque tous les autres commerces où les vendeurs fixent eux-mêmes le prix de service à ses clients.

De ce fait, cette manière de faire doit interpeller les autorités sensées poursuivre l’évolution et la fixation des prix des articles afin d’éviter de tels dérapages et pourquoi pas infliger des sanctions aux récalcitrants.

*Les commerçants plaident pour un marché moderne*

Il est nécessaire ici d’évoquer l’état du marché du Beach Ngobila qui demeure d’une part la source de revenus pour le gouvernement provincial aux travers de taxes qui lui sont imposés.

En effet, le marché du Beach Ngobila évolue dans des conditions très médiocres , avec des constructions anarchiques, alors qu’il se trouve en plein centre-ville.

” _Pendant la pluie, nous ne savons pas comment vendre car tout ce que vous voyez n’est que des efforts personnels qui ne suffisent même pas et ne répondent pas à tous les besoins. Nous bricolons avec des bâches pour essayer de nous protéger contre les intempéries, mais ça ne tient toujours pas. Voilà pourquoi nous sollicitons aux autorités urbaines de nous construire un marché moderne_ ”

À titre de rappel, pour cette année, la journée internationale des droits des femmes a pour thème mondial, selon l’ONU :” leadership féminin pour un futur égalitaire dans un monde de la Covid-19″.

Ce thème a pour mission de responsabiliser la femme à contribuer aujourd’hui dans la lutte contre la covid-19, par son implication totale comme l’homme notamment dans le secteur des recherches et tant d’autres.

Enock ISEY

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top