Economie

Importation des produits pétroliers : Didier Budimbu accorde un moratoire de 6 mois aux opérateurs

Le ministre des Hydrocarbures, Didier Budimbu, a annoncé le lundi 16 août dernier à Moanda, la levée de la mesure de suspension de certaines voies d’entrée des produits pétroliers en province du Kongo-Central.
Ayant accordé une oreille attentive aux doléances des familles dont le revenu provient du commerce de ces produits et ayant prêté attention au plaidoyer des opérateurs, réunis dans l’association des Pétroliers Kadhafi du Congo (APKC), le ministre a accordé un moratoire de 6 mois à ces opérateurs afin qu’ils se conforment aux normes.

Face à un désordre généralisé qui entoure parfois le secteur, Didier Budimbu s’était résolu de rendre optimale l’importation des hydrocarbures en instruisant, par une correspondance datant du 27 juillet, la hiérarchie de la Direction Générale des Douanes et Accises, ( DGDA), de suspendre temporairement les activités pétrolières, par les voies d’entrée de Lufu, Yema, Yacht, Makayi Samba, Tshela (Manterne) et Matadi (Noqui Ango-frontière) dans le Kongo-Central, pour une période allant de 3 à 6 mois à dater du 1er août 2021.

Dans la correspondance susmentionnée, le ministre proposait aux opérateurs œuvrant à Yacht, une frontière maritine située à Moanda, de s’approvisionner auprès des terminaux officiellement reconnus par le gouvernement comme à Socir S.A, ceux de Boma à Kuntuala Terminal, à Matadi Ango-Ango, Sep-Congo, SPSA-Cobil et Lerexcom Petroleum, LP, à Kinshasa à Sep-Congo.

Dans la foulée de cette décision, des remous ont été observés à Moanda, dans le Kongo central, suite à la décision du ministre. En réalité, le souci a été de réorganiser le secteur pour le bénéfice du pays. Et par le pays, les exploitants du secteur aussi.
Pour l’instant, le ministre a décidé que les activités reprennent, mais que désormais, certaines normes doivent être respectées.

En somme, il est question de ménager les pétroliers Kadhafi, mais en même temps ne pas fouler aux pieds les normes et les textes légaux. Il ne sera plus question de laisser libre cours à une sorte de traffic frauduleux des hydrocarbures. Pour ancrer la culture des normes dans ce secteur, le ministre Didier Budimbu a exhorté les jeunes à acquérir des compétences nouvelles dans le domaine. 48 heures avant l’annonce de la levée de la mesure de suspension des activités, Didier Budimbu avait incité les jeunes de cette contrée à s’intéresser aux études sur la filière pétrole et gaz. Il a promis de plaider pour l’implantation de cette filière dans cette partie de la République démocratique du Congo vu que l’exploitation frauduleuse des produits pétroliers ne cesse d’être signalée dans la région.

Le ministre a, en outre, insisté sur la nécessité de la mise en place d’un dispositif de marquage moléculaire assorti des mécanismes de contrôle par une brigade assermentée pour préserver la qualité des produits pétroliers.

Ainsi donc, la paix est revenue à Moanda sous les bonnes bases. Et les opérateurs pétroliers locaux se sont réjouis au terme de ces échanges et pensent avoir obtenu une solution satisfaisante qui comblera toutes les parties.
Didier Budimbu a proposé de créer les unités de stockage dans ces points frontaliers qui faciliteraient l’exercice de cette activité dans les normes requises.

Patrick Ilunga

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top