securité

Kwamouth : Conflit entre Teke et Yaka vu par Adolphe Muzito

Dans une conférence de presse tenue ce jeudi 22 septembre au siège de son parti politique Nouvel Élan, Adophe Muzitu a fait part de ce qu’il a pu constater lors de sa tournée d’itinéraire et d’assistance humanitaire dans la Province de Mai-Ndombe pour se rendre compte de la situation du conflit entre les Teke et les Yaka dans le territoire de Kwamouth. 

Selon l’ancien Premier ministre, lui et sa suite ont parcouru un trajet de plus ou moins 300 Kilomètre. Ce qui lui a permis de prendre la pleine mesure de ce qui est appelé « conflit Teke et Yaka». Il a dit avoir comprendre que ce conflit a donné lieu : à une situation humanitaire préoccupante avec plus d’une centaine des morts; à plus où mois 80 villages incendiés; à des milliers de déplacés concentrés dans les réfuges de fortune; à des écoles brûlées, des enseignants et des élèves en errance ; à une insécurité permanente ; et à l’abandon des champs, ce qui rend d’ailleurs la récolte incertaine.

Selon l’ancien Premier ministre congolais les cause de ce conflit qui a eu pour théâtre le territoire de Kwamouth est double. Premièrement, l’augmentation de la redevance coutumière due aux Teke par les exploitants Yaka et, deuxièmement,  l’installation d’un chef Yaka sur une terre Teke. A lui de poursuivre que ces « 2 faits présentés par d’aucuns comme étant la cause de ce qui est aujourd’hui “massacre de Kwamouth ” ne suffisent cependant pas  à justifier ces violences qui embrasent des dizaines des villages. il faut entendre et prendre en compte d’autres informations pour mettre en contexte ces faits et saisir leur portée,» a rapporté Adolph Muzito

Si il est connu de tous que les acteurs dans ce conflit à plusieurs conséquences humaines et matérielles sont les Teke et les Yaka, mais il y a aussi de ces acteurs, qui ne sont pas de ces deux ethnies, mais qui sont des exploitants des fermes et des champs, notamment des “Mbororo”. Selon les témoignages glaner par Adolphe Muzito.  Il n’est pas aussi à exclure les politiques qui en sont des tireurs de ficelles.

Le président de Nouvel élan propose des solutions dans plusieurs approches. Il y a d’abord sur le plan sécuritaire : il a proposé le renforcement de la sécurité dans ce coin du pays. Sur le plan humanitaire : l’assistance aux victimes en vue d’une réinsertion communautaire, distribution des Kits de reprise et des outils aratoires et des semences, initier un programme urgent de réinsertion et offrir une perspective d’emploi. Sur le plan politique : organiser un dialogue, restaurer l’autorité coutumière, engager les leaders religieux pour retaurer les systèmes scolaire et sanitaire.

Sur le plan judiciaire : Engager des poursuites judiciaires à l’endroit des auteurs des atrocités après leur identification. Sur le plan légal et réglementaire : titriser les terres en distinguant celles de l’Etat de celles de la communauté, réglementer la redevance, réglementer le pouvoir traditionnels. Sur le plan économique : engager des travaux de stabilisation des voies de communication et aider à la reprise de l’activité économique.

Fiston Oleko

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top