Economie

Leader mondial de l’exploitation minière automatisée : Kibali a réalisé en 2020 un record de production qui va au-delà de ses objectifs

Malgré la crise économique qui touche le pays et les interruptions dans le mouvement du personnel dues aux mesures de restrictions de voyage imposées par la Covid-19, la société commune Kibali ne cesse de réaliser des performances. Elle multiplie donc des records qui vont même au-delà de ses prévisions de production. En 2020, Kibali Gold Mine a produit 808 134 onces d’or. Cette performance est due à son exploitation souterraine dont la production en minerai a atteint un niveau mensuel et trimestriel record en décembre et au quatrième trimestre 2020. L’annonce a été faite au cours de sa 41ème conférence de presse organisée mardi 2 février 2021 dans la salle Virunga de l’hôtel Memling à Gombe, tout en respectant les gestes barrières pour face à la maladie à coronavirus. Et c’était en présence non seulement des journalistes, mais aussi des officiels congolais, des parlementaires et de ses partenaires.

Production conforme au plan d’affaires 2020

« Si on a une destination claire, on y arrive toujours ». C’est par ces mots que le Président et Directeur Général de Barrick Gold, Mark Bristow a ouvert cette conférence. Tout en renseignant que Kibali a largement dépassé ses prévisions, en produisant 808 134 onces d’or, il a indiqué que cette société a extrait de sa mine souterraine 977kt de minerai au quatrième trimestre 2020. L’usine de pâte a réalisé des volumes de 307 m3 et les puits ont atteint une production de 828 kt au cours de la même année, a-t-il ajouté.

Le résultat de l’année qui vient de passer est éloquent. Et il faut aussi souligner que Kibali demeure forte et reste le leader mondial de l’exploitation minière souterraine automatisée. Et cela grâce à ses systèmes qui permettent à plusieurs machines autonomes de fonctionner sur les mêmes niveaux de transport et de production, et fournissent une visibilité en temps réel de toutes les opérations ainsi qu’un contrôle automatisé des ventilateurs d’aération. Kibali exploite également une technologie de pointe dans ses autres services et reste convaincu de la mise en service réussie d’un analyseur de taille de particules en ligne qui permettra d’optimiser le broyage fin sur ses broyeurs ultrafins.

Mark Bristow a de plus noté que la stabilité des installations de traitement a permis à Kibali d’assurer une autre année de récupération dépassant les prévisions. Grâce à ses trois centrales hydroélectriques (Nzoro 2, Ambarau et Azambi) qui fournissent de l’électricité à la mine de Kibali et ses environs, cette firme a pu réduire ses émissions de carbone. Et puis, la mise en place d’une surveillance de maintenance prédictive dans ces centrales permettra encore de réduire le temps d’arrêt. La dépendance de la mine à l’égard de l’énergie thermique de secours a été aussi réduite grâce à son nouveau système de soutien à l’énergie réactive basé sur des batteries.

Parallèlement, Kibali a continué à se concentrer sur l’exploration et la conversion des ressources et semble être prête à remplacer une fois de plus les onces épuisées par l’exploitation minière. Ce qui prolonge la durée de vie de la mine de 10 ans.

Kibali, un acteur proche des communautés locales

La Société commune Kibali a également fait la différence en 2020 dans ses actions. Elle a été très proche des communautés locales en investissant dans de nombreux projets de développement des infrastructures et de développement économique local, mais aussi dans la santé, l’éducation, le renforcement des capacités et autres. Pour tous ces projets sociaux et communautaires, 450 000 dollars ont été dépensés au quatrième trimestre et 2 millions pour l’année en cours. Sur son actif, l’on peut mettre le projet d’asphaltage de Durba, dans le Haut-Uélé dont la première section de 1,2 km est terminée et remise au gouvernement. Kibali a distribué des livres et de bancs dans les écoles et les ateliers sur les emplois professionnels pour les jeunes. Et a rénové la porcherie et les bâtiments avicoles de Doko II.

Dans le secteur de la santé, la firme Kibali a renforcé son partenariat avec le gouvernement central en offrant un don de plus de 2 millions de dollars pour soutenir l’administration centrale, provinciale et locale, et en construisant un centre de traitement et d’isolement à Surur (Durba). Elle a également achevé le centre de santé de Monya et terminé le projet d’adduction d’eau à Kanana/Angarakali/Nganya.

Pour ce qui est de la sécurité au travail, Kibali a enregistré seulement un décès à la mine souterraine et le taux de fréquence total des blessures enregistrables a été réduit de 2.0 en 2019 à 1.51 en 2020. D’autre part, un cas positif de Covid-19 a été signalé en 2020 et plus de 600 tests ont été organisés par la société.

Par ailleurs, la philosophie de travail de Kibali reste la même : travailler ensemble avec les communautés locales et appuyer les exploitants locaux. Cependant, l’on peut considérer que le développement de la mine de Kibali a permis l’émergence remarquable d’entrepreneurs locaux qui ont maintenant besoin de travailler avec des sociétés nationales et internationales pour consolider leur renommée. « Sans les entrepreneurs locaux, il n’y aura pas moyen de travailler », a affirmé Mark Bristow avant de révéler que leur société a payé 49,6 millions de dollars aux sous-traitants locaux durant le quatrième trimestre de 2020 et 200 millions de dollars pour toute l’année aux entrepreneurs.

Kibali est présente dans 13 pays du monde et compte 42 000 agents. En RDC, cette société emploie 4 743 nationaux et 324 expatriés, soit 94 % des nationaux et 6 % des expatriés. L’objectif de cette entreprise est de former davantage des congolais qui seront également disséminés à travers le monde.

De 2010 au quatrième trimestre 2020, la Société Kibali reste un investisseur important en République Démocratique du Congo. Elle a déjà injecté 3,4 milliards USD sous formes d’impôts, de permis, d’infrastructures, de salaires et de paiements aux fournisseurs locaux. Cette somme est constituée des formes des contributions : 183,7 millions USD des contributions visibles directement dans la zone du projet et 3,211 milliards USD des contributions. Dans cet investissement, Kibali attend récupérer 195 millions de dollars de la Taxe sur la valeur ajoutée auprès du gouvernement congolais.

Kibali, ses perspectives de 2021

Du reste, Mark Bristow a formulé quelques perspectives de Kibali pour l’année 2021. Il s’agit notamment de la poursuite de l’exploration et la conversion des ressources pour étendre la durée de la vie de la mine, la mise en œuvre de la deuxième phase de construction de la route en béton Watsa/Durba, la poursuite du Plan d’action de réinstallation des Congolais pour former davantage des gestionnaires techniciens nationaux, le renforcement de partenariat avec les entrepreneurs locaux et l’amélioration de la frontière économique déjà établie, la poursuite du dialogue avec le gouvernement et les institutions de la RDC pour régler les questions en suspens, la poursuite de la recherche des réserves supplémentaires pour remplacer les réserves épuisées, de l’investissement dans les nouvelles découvertes et l’exploitation minière.

De plus, Kibali envisage de développer des programmes économiques alternatifs dans les zones de Watsa/Durba, de renforcer le partenariat avec le gouvernement provincial, de s’attaquer aux problèmes liés à l’exploitation illégale et de poursuivre le plan de réinstallation de Kalimva/Kamva et lancer le processus du PAR de Pamao.

Après la série des questions-réponses entre les participants à la conférence et les organisateurs, le Directeur-pays de cette firme internationale, Cyril Mutombo a annoncé que la prochaine conférence de presse aura lieu au mois d’avril. Et il a affirmé que sa compagnie va continuer à travailler dans le strict respect des lois du pays en matière de l’environnement en payant ses taxes et en contribuant au développement socio-économique du pays.
Pour lui, tout ce que Kibali fait est pour le bien-être des congolais et le souci est de continuer à soutenir l’industrie minière en RDC en général.

A propos de Kibali

Avec plus de 10 ans d’existence, Kibali comprend 10 permis couvrant une superficie d’environ de 1 836 Km2 dans les champs aurifères de Moto dans le nord-est du pays, à environ 560 Km au nord-est de la ville de Kisangani et 150 Km à l’ouest de la ville frontalière ougandaise d’Arua. Kibali est une joint-venture entre Barrick (45%), AngloGold Ashanti (45%) e ta Société Publique de la RDC de la RDC SOKIMO (10%). La mine est exploitée par Barrick Gold Corporation.

Kibali comprend également une exploitation intégrée à ciel ouvert et souterraine ainsi qu’une usine de traitement de 7,2 Mtpa.

Djodjo Mulamba

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top