Economie

Lutte contre le vol et la contrefaçon des téléphones mobiles : Registre des appareils mobiles (RAM), une solution pour mettre fin au fléau en RDC

Depuis plusieurs années en République Démocratique du Congo, un fléau gangrène le secteur de la téléphonie mobile. Il s’agit notamment du vol récurent des appareils portables et de la contrefaçon de ces appareils. Le vol des téléphones appelé communément “Tshiombo” est plus fréquent dans les lieux publics, notamment dans les grands marchés où cette pratique est le gagne-pain de jeunes gens appelés “Shegués” et de voleurs plus expérimentés.

Dans plusieurs pays du monde, des mécanismes ont été mis en place pour freiner ette pratique. La RDC veut à son tour installer un Registre des Appareils Mobiles (RAM) officialisé par un arrêté ministériel signé le 10 juin dernier par Augustin Kibassa Maliba, Ministre des Postes et Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (PT-NTIC). Ce registre, à en croire les experts du secteur et à la lumière de l’arrêté ministériel, regroupera l’ensemble des numéros d’identité internationale des appareils mobiles connectés au réseau de téléphonie mobile congolais. Il est donc destiné à lutter efficacement contre le vol et la contrefaçon des téléphones mobiles en RDC et pour améliorer la qualité des services de communication.

ll faut souligner qu’au-delà de la nécessité d’un tel dispositif en République Démocratique du Congo, la mise en place du RAM suit les recommandations de l’Union Internationale de Télécommunications (UIT). Ce registre dont le lancement officiel intervient le 24 septembre prochain, s’inscrit dans la vision du Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo notamment en ce qui concerne le renforcement, la consolidation, l’innovation et le développement du secteur du numérique en RDC conformément à son plan national du numérique.

Mais comment fonctionne le RAM ?

Conformément au communiqué de presse du ministère des PT-NTIC rendu public le 6 août dernier, chaque appareil mobile devra désormais être enregistré et identifié dans le Registre des Appareils Mobiles (RAM). Pour cela, les usagers devront payer un droit d’enregistrement annuel en 6 échéances d’un droit d’enregistrement annuel auprès de leur opérateur. Ces frais déversés serviront à rémunérer les prestations de l’Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications du Congo (ARPTC) dans le cadre de la mise de la maintenance du RAM pour la protection des consommateurs.

En résumé, ce registre permettra de reconnaître les appareils contrefaits et non-conformes et bloquera leur accès au réseau national et international. Notons que cette reconnaissance se fera sur la base du numéro d’identité internationale de l’appareil, appelé numéro IMEI, et de l’identité de l’abonné concerné. La déconnexion des appareils contrefaits profitera ainsi à tous les utilisateurs et contribuera à améliorer la qualité du réseau.

Avantages pour les victimes des vols

En ce qui concerne les victimes des vols, le RAM offre la possibilité aux victimes de solliciter le blocage de leur appareil volé. Il permet aussi de protéger l’intégrité des données stockées sur l’appareil et d’empêcher toute utilisation ultérieure en vue de dissuader les voleurs potentiels.

Soulignons enfin qu’après le lancement officiel le 24 septembre prochain, une période de grâce sera accordée afin de permettre aux utilisateurs de se conformer à cette nouvelle règle.

Théodore Ngandu

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top