Economie

Marchés pirates à Kinshasa : Les Nouvelles Galeries présidentielles, un nid empli des petits commerces

Le nom indique à mieux l’esprit qui se cache derrière l’ouvrage. Les nouvelles galleries présidentielles. Un immeuble faisant partie de deux tours jumelles de 90 mettres avec 26 étages, qui représentaient dans la foulée de l’époque de son érection le confort de la classe élevée, où un President de la République pouvait en toute quiétude faire ses emplettes. Un lieu d’aisance originaire qui ne reflète à ce jour que tout ce qui’il y a dans les petits marchés et rues de Kinshasa. Bien qu’au rez-de-chaussée la place garde encore tout le poid de son qualificatif de “présidentiel”, avec sur les couloirs un nombre important de boutiques qui disposent des articles haut de gamme que n’importe qui ne pourrait s’hasarder y négocier un produit. Ce qui étonne, c’est entre autre l’engouement des petits commerces qui pullulent aux alentours, au delà de tout ce qu’il y a de rébarbatif comme l’existence remarquable des enfants de la rue communément appelé à ” shegué” qui par moment font la loi. Quoi de plus normal que de se poser des questions autour de la présence de ces petits commerces, mais aussi l’attribution du droit d’y placer des étalages pour la vente des bien et services.

Aux ronronnements des moteurs assortis de sons de klaxon des véhicules qui cherchent un parking sur le rez-de-chaussée, les deventueres comme les arrières plans de l’immeuble sont marqués par une présence massive des petits commerces. Les nerfs ophtalmique de tout être humain normalement constitué percevront d’emblée les étalages de ceux qui offrent les Unités des réseaux téléphoniques, les jus et l’eau en canette et en plastique, certains fruits, les pains… mais aussi quelques restaurants de fortunes parsemés ça et là.

Un tenancier de cabine téléphonique avance que tous les commerces qu’il y a ici les sont par la volonté du syndic. << C’est le syndic de l’immeuble Nouvelles galerie presidentielles qui nous octroie des espaces. Nous payons 10 dollars américains pour un mois et d’autres payent 15 dollars. Cela dépend de la négociation entre le future occupant et le syndic>>, dit il. À la question de paiement des taxes ou autres fiscalités de l’Etat, ce jeune dit ne recevoir aucun ticket ou documents venant des services de l’Etat.

À quelques encablures du centre Wallonie Bruxelles, à l’arrière plan de l’immeuble Nouvelles galerie presidentielles, la responsable d’un restaurant de fortune indique qu’elle est là il y’ a longtemps, sans déterminer le temps exact, ni aller plus loin dans ses propos vu la pression de la demande de ses clients. Elle dit être là pour aider les gens qui gagnent moins dans un milieu où tout est acquis presqu’à des coûts élevés.

À constater toutes les scènes qu’il y a actuellement aux alentours de cet ouvrage construit vers les années 70 sous les règnes de feu le président Mobutu, qui donne à son haut niveau une vue formidable de la ville de Kinshasa et du majestieux fleuve Congo, c’est avec raison que plusieurs observateurs pensent que le luxueux immeuble Nouvelles galeries presidentielles n’a plus rien de présidentiel.

Fiston Oleko

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top