ENVIRONNEMENT

Poursuivant ses réunions-marathons stratégiques : Eve Bazaïba mobilise les gouverneurs des provinces forestières pour la réussite de la Pré-COP27

La République Démocratique du Congo (RDC), en partenariat avec la République arabe d’Egypte, va abriter du 03 au 05 octobre prochains, les travaux préparatoires de la 27ème Conférence des Parties signataires de la Convention Cadre des Nations-Unies sur le changement climatique dénommée COP27. C’est dans ce cadre que la Vice-première ministre, ministre de l’Environnement et Développement Durable, Eve Bazaïba Masudi, a appelé à l’implication des ministres, de la Société civile, des scientifiques ainsi que des gouverneurs des provinces forestières dont la Tshuapa, l’Equateur, la Mongala et le Sud-Ubangi, pour la réussite de ce grand événement devant permettre à la RDC de s’attirer les projecteurs du monde, en tant que pays-solution face aux effets néfastes du réchauffement climatique.

En effet, la 27ème Conférence des Parties signataires de la Convention Cadre des Nations-Unies sur le changement climatique, COP27, se tiendra du 07 au 18 novembre prochains à Charm El-Cheikh, en République Arabe d’Egypte. Six (6) ans après Marrakech, au Maroc, lors de la COP22 de 2016 et la COP26 à Glasgow, Écosse, en 2021, la RDC avait exprimé son ambition d’abriter les travaux préparatoires de la COP27, Pré-COP27 et cela, avec le soutien de plusieurs États du Bassin du Congo, de l’Afrique et des pays développés.

Avec ses forêts qui séquestrent plus de 24,5 Gigatonnes de CO2 par jour, sa biodiversité, son eau douce, soit 67% des eaux totales du Bassin du Congo, ses minerais stratégiques dont le cuivre, le cobalt, le coltan, le lithium, pour ne citer que ceux-ci, le pays de Patrice-Emery comme pays-solution qui s’apprête à célébrer ses 62 ans d’indépendance politique sans une véritable indépendance économique, veut récupérer son leadership climatique et environnemental dans le bassin du Congo, l’Afrique et le monde. ” Mieux vaut tard que jamais ”, dit-on.

Pour y arriver, l’implication des roit s les parties prenantes est plus que nécessaire. C’est justement pour cette fin et particulièrement dans le cadre des préparatifs de la COP27 que la VPM Eve Bazaïba a reçu différentes couches de la société, notamment les scientifiques, les ministres, les gouverneurs des provinces forestières et la société civile environnementale.

Pour la patronne de l’Environnement congolais, la RDC pays-solution signifie trois choses : d’abord, le pays est conscient des enjeux du climat autour de ses ressources naturelles. Ensuite, le pays s’engage à améliorer la gouvernance de ses ressources naturelles et enfin, la RDC réclame une compensation équitable pour les services écosystémiques rendus au monde par ses forêts, ses tourbières et ses autres ressources naturelles.

En ce qui concerne particulièrement les Gouverneurs, Vice-gouverneurs et autres représentants de quelques provinces, la Vice-premier ministre en charge de l’Environnement a échangé avec ses hôtes sur les problèmes inhérents au secteur forestier de leurs entités respectives, la gouvernance forestière, le crédit carbone, les questions liées aux taxes et redevances.

Les Scientifiques n’étaient pas en reste. A l’occasion de cette Pré-COP27, le monde scientifique Congolais a proposé à la ministre de l’Environnement des options pratiques, politiques et scientifiques innovantes en vue de renforcer la protection et la sauvegarde des écosystèmes congolais, tout en encourageant la mise en place d’une stratégie de collaboration entre les scientifiques et les décideurs politiques, en vue d’une meilleure prise en compte des recommandations scientiques dans la lutte contre le changement climatique dans le bassin du Congo. Aussi, le type de collaboration envisageable entre la science et la politique du climat afin de promouvoir dans le bassin du Congo, des solutions de développement socioéconomiques intégrant la protection des forêts, la lutte contre la pauvreté et l’amélioration de la desserte en énergie électrique. La VPM à l’Environnement qui a prêté une oreille attentive à ces hommes de science, a insisté sur le marché carbone et les potentiels de la RDC pour traduire cette séquestration de carbone en espèces sonnantes et trébuchantes en faveur du peuple congolais.

Il sied de noter que les travaux préparatoires visent à assurer une organisation harmonieuse et sans faille de la Pré-COP27, en vue de la consolidation du leadership environnemental et climatique de la RDC. Occasion pour la VPM d’insister sur le fait que les ressources naturelles de la RDC sont au cœur de la transition écologique actuelle et désormais au centre du débat sur la lutte contre le changement climatique.

Partenaire du ministère, la société civile environnementale congolaise est également mise à contribution, car son point de vue compte pour la réussite de ce grand événement.

L’organisation de la Pré-COP27 par RDC devra davantage placer le pays au centre des enjeux climatiques de la planète, en sa qualité de pays-solution à la crise climatique et tirer le maximum des dividendes y afférents en termes de compensations.

Dieudonné Buanali

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top