Politique

Processus électoral : Des jeunes des mouvements citoyens arrêtés lors d’un sit-in


Des jeunes de la Lucha ( Lutte pour le changement) et d’autres mouvements citoyens ont été arrêtés ce jeudi au cours d’un sit-in organisé devant le palais du peuple. Ces activistes, réunis dans un collectif des organisations des jeunes ont campé devant le palais du peuple, siège du parlement pour faire passer un certain nombre de revendications autour du processus électoral. Alors qu’ils disaient porter un mémorandum à l’intention de l’Assemblée nationale, ils n’ont pas eu le temps de remettre leur mémo, le sit-in ayant été dispersé à coup des gaz lacrymogènes par la police nationale congolaise.

Aux mains des protestataires, on pouvait lire des affiches avec des phrases telles que : “nous exigeons la dépolitisation totale de la CENI et non au glissement”, “nous exigeons le consensus sur les réformes institutionnelles”. Des revendications criées à l’envi devant les caméras des journalistes. Selon Mustapha Kalambayi coordonnateur du mouvement citoyen Mwana Mboka, le processus électoral en cours, “est déjà entaché des germes conflictogènes”. “Nous ne voulons pas de violences et revendications post-électorales”.
Et lorsque les journalistes lui font remarquer que la loi sur la CENI est dans une phase irréversible, ayant déjà été promulguée, l’activiste répond que “le collectif des mouvements citoyens vont multiplier les actions pour obtenir gain de cause”.
Pour lui, il faut coûte que coûte confier la commission électorale totalement entre les mains des organisations de la société civile car, a-t-il dit, “les politiciens ne sont pas susceptibles de s’entendre véritablement et de se faire confiance au sein de la CENI”.

Le groupe, formé d’au moins deux cents personnes de la société civile a compté aussi un politique : Michée Mangala, un des communicateurs de la coalition Lamuka a accompagné les mouvements citoyens. Pour lui, la manifestation de jeudi est “le signe que le peuple congolais s’est levé comme un seul homme pour dire non à la manière dont le dirigeant de la CENI est en train d’être désigné.” “Avant la désignation, il faut que toutes parties se mettent pour dégager un consensus autour de la loi sur la CENI. Ce n’est qu’après qu’on pourra procéder à la désignation du président de la CENI”, a-t-il ajouté.

Patrick Ilunga

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top