Société

Prolifération des forages à Kinshasa : Fanon Babadi appelle à des études de nappes pour éviter toute contamination

La prolifération des forages d’eau dans la ville-province de Kinshasa constitue un manque considérable à gagner pour la Régie de distribution d’eau (Regideso, Société d’État). De plus en plus, on assiste à l’installation des bornes fontaines dans les communes et quartiers non desservis en eau potable de la capitale de la République Démocratique du Congo (RDC). Cette eau puisée chez les propriétaires des bornes fontaines est, en plus d’être très coûteuse, parfois impropre à la consommation. Cela a des conséquences fâcheuses non seulement sur l’environnement mais aussi sur la santé de la population avec comme corrollaire la survenance des maladies hydriques. ” Le forage d’eau doit faire l’objet d’une étude en avance afin d’éviter la contamination de la nappe phréatique ”, a indiqué Fanon Babadi, Chercheur en environnement, dans une interview exclusive accordée à Géopolis Hebdo, le jeudi 2 septembre 2021. Avant d’ajouter : ” La prolifération des forages dans la ville fait peser des graves menaces sur la nappe d’eau souterraine ”.

Concernant le danger du à la prolifération des forages d’eau, Fanon Badadi a expliqué que les conséquences sont quasiment liées au rythmes que ces eaux se renouvelent et aussi, au rythme de l’utilisation, si jamais il y a inégalité entre l’eau utilisée et celle qui doit être renouvelée.

” Cet alors que nous tombions dans la surexploitation, chose qui fait l’objet de plusieurs conséquences visibles notamment, l’assèchement des rivières qui sont des exutoires de ces nappes et aussi, l’affaissement du sol. C’est-à-dire, le sol diminue, ce qui entrenerait après des années les fissures de la terre, des bâtiments ou de mûrs ”, a alerté ce chercheur congolais.

Selon notre source, il est venu le moment pour le Gouvernement de la République, par l’entremise du Ministère de l’Energie et Ressources Hydrauliques, de faire des études sur les nappes phréatiques du pays afin de ne pas tomber dans ce problème. Il en est de même de la potabilité de l’eau de forage qui doit être certifiése par des analyses pointues, ce qui permettra de savoir si l’eau peut être consommée.

Les métaux, les ions, les toilettes traditionnelles situées non loin des forages… sont, a fait remarquer Fanon Babadi, des facteurs qui infectent l’eau, sans oublier la polution ponctuelle causée, par exemple, par le fait qu’un mécanicien déverse à chaque fois de l’huile monteur sur le sol.

A en croire ce chercheur, la qualité de l’eau de forage est fonction de la roche où elle se retrouve. Du côté des consommateurs de ces eaux de forage disséminés à travers les communes de la capitale, la majorité a déclaré aux reporters de Géopolis Hebdo qu’ils consomment cette eau faute de mieux, sans se soucier si elle de bonne qualité ou pas. D’où l’appel lancé aux propriétaires des forages de fortune de veiller sur la qualité de l’eau distribuée à la population. Les sévices compétents dont l’Office Congolais de Contrôle (OCC) sont appelés aussi à ouvrir l’oeil et le bon.

Patience Lokeke

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top