Société

RDC – assassinats à répétition des professionnels des médias : Gaby Kuba : ” Les journalistes travaillent pour toutes les parties et ne peuvent donc pas être considérés comme des cibles. ”

La corporation des chevaliers de la plume et du micro s’est réveillée avec émoi le week-end dernier à cause de l’assassinat crapuleux du journaliste Joël Musavuli de la RTCB dans le territoire de Mambasa, en Ituri, au Nord-est de la République Démocratique du Congo (RDC), une zone en proie à des conflits armés récurrents qui écument cette partie de la République. En réaction à cette triste nouvelle, l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC) va organiser dans les jours à venir des actions de grande envergure pour exiger la justice. Annonce faite, le mardi 17 août 2021, par son Président National, M. Gaby Kuba Bekanga, au cours d’un point de presse tenu au siège national de l’Organe fédérateur des journalistes en RDC, sis au numéro 11 de l’avenue de
la presse, immeuble Moanda, à Kinshasa-Gombe. Ledit point de presse a porté essentiellement sur deux sujets, à savoir : 1) les assassinats à répétition des Journalistes dans la partie Est
de la RDC et, 2) les préparatifs des États Généraux de la Presse, édition 2021.

S’agissant du premier point, il convient de rappeler que les journalistes sont habitués souvent à ne parler que des autres, rarement de leurs problèmes socioprofessionnels et sécuritaires. ” Aujourd’hui, l’UNPC, à travers son Bureau Exécutif, a jugé bon de convoquer la presse pour parler de ces deux problèmes. Ce point de presse est également organisé dans toutes les 26 provinces de la RDC ”, a déclaré d’entrée de jeu, le Président GKB pour les intimes. Avant de dénoncer les assassinats à répétition des journalistes à l’Est du pays, notamment dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri : ” Ces deux provinces connaissent une situation d’instabilité et d’insécurité depuis plusieurs années. Ça fait pratiquement trois mois depuis que le Président de la République, Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a décrété, par ordonnance présidentielle, l’état de siège dans ces deux provinces pour restaurer la paix et la sécurité. L’UNPC a constaté depuis la perte de quatre de ses membres. Le dernier cas est celui de Joël Musavuli de la RTCB. Les images que nous avons reçues de notre Président-sectionaire de l’Ituri sont horribles. Certains confrères les ont diffusé par inadvertance. J’ai demandé que l’on puisse les retirer et ne plus les diffuser pour le respect de notre confrère (Inhumé le dimanche passé, ndlr) et à la dignité humaine (…) ”.

Poursuivant son speech, l’orateur du jour a donné d’autres cas qui font froid au dos. Le deuxième cas est celui de Héritier Mayagane, journaliste à la RTNC, qui a été assassiné presque dans les mêmes circonstances, le 07 août dernier, dans le territoire de Rutshuru. Le 15 juillet 2021, Tshonga Kibwana a été assassiné au Nord-Kivu. Le 10 mai de cette même année, un autre confrère a été assassiné presque dans les mêmes circonstances à Kitshanga au Nord-Kivu. Il est venu le temps pour nous de nous interroger, pourquoi tant d’assassinats des professionnels de médias ? Question de réflexion posée à toute la corporation par Kuba Bekanga Gaby.

” Personne, alors personne ne nous défendra si nous ne faisons pas assez pour que l’exercice de notre métier soit sécurisé ”. Interpellation venant du fond du cœur du Président National de l’UNPC très consterné par tant des disparitions des journalistes dont certains à fleur d’âge pendant son mandat.

Dans ces provinces précitées, l’état de siège à réduit sensiblement les droits et libertés fondamentaux pour des raisons connues de tous.

” Nous sommes dans une période exceptionnelle mais le Président de la République a demandé aux médias d’accompagner l’état de siège. Lorsque les journalistes sont assassinés, cela devient une préoccupation essentielle pour la corporation. Dans les tout prochains jours, nous allons organiser une série d’actions que nous allons soumettre à votre appréciation. Il s’agira d’abord de soumettre un mémorandum aux autorités compétentes afin de réclamer la protection des journalistes qui exercent leur métier dans ces zones de tension ; Ensuite, organiser trois jours de black-out ou journées sans presse sur toute l’étendue du territoire national. Cette liste pas exhaustive. Cela pour manifester notre consternation, notre indignation et notre désapprobation face à ces assassinats dont les professionnels des médias sont victimes ”, a annoncé le PN Bekanga Kuba.

Poursuivant sa communication, Gaby Kuba a rappelé à l’assistance les propos tenus récemment par le ministre de la Communication et des médias, porte-parole du Gouvernement, M. Patrick Muyaya Katembwe, qui avait dit : ” A chaque fois que l’on tue un journaliste, cela ressemble à un chrash ”. Au Président National de l’UNPC de dire à son tour : ” Avec 4 journalistes déjà tués, la situation ressemble maintenant à un tsunami. C’est inacceptable. Notre liberté dans l’exercice de notre profession est inaliénable et non négociable. Nous voulons travailler dans des conditions de sécurité maximale. Les journalistes ne peuvent pas faire l’objet des assassinats en séries. Nous demandons que cette situation s’arrête parce que, les journalistes travaillent pour toutes les parties et ne peuvent donc pas être considérés comme des cibles ! ”

Avant de parler du deuxième sujet, le Président Gaby a demandé une minute de silence pour les confrères lâchement assassinés. Concernant les préparatifs des États Généraux de la Presse, un projet qui date depuis le Gouvernement Ilunga Ilunkamba, le Président de l’UNPC a fait savoir que pour des raisons liées à la Covid-19 et au nombre très impressionnant des participants, l’organisation a jugé bon que ce forum ne puisse pas réunir plus de 70 personnes.

” Ce forum de réflexion qui sera assorti des recommandations, n’est pas seulement réservé aux Kinois. Il concerne aussi les journalistes qui travaillent dans le Congo profond, le monde scientifique, les institutions politiques et les institutions d’appui à la démocratie ”, a martelé le Président de l’UNPC, co-organisatrice de ces États Généraux de la Presse.

” Ce n’est pas une messe noire contre qui que ce soit mais d’un forum pour réfléchir sur l’avenir de la presse en RDC. Ce forum est une occasion pour les journalistes que nous sommes (que vous êtes) d’apporter (vos) nos propositions pour corriger ce qui ne marche pas dans la profession. Pour ne pas faire piètre figure, l’UNPC n’y ira pas les mains bredouilles. Elle va également apporter son cahier de charges qui n’est pas hermétiquement fermé. Toutes les propositions sont les bienvenues ”.

Mot de la fin du Président Gaby Kuba qui ouvrira le bal à un jeu des questions et réponses poue éclairer les lanternes des participants.

Dieudonné Buanali

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top