securité

RDC : Kwamouth, quand la crise communautaire vire au drame humanitaire

 

Du conflit entre les communautés Teke et Yaka, des conséquences sont fâcheuses. Avec des violences qui caractérisent cette crise, actuellement la situation sécuritaire délétère est en train de virer à un drame humanitaire, au regard du nombre des morts.

Le bilan officiel dresse un nombre d’au moins 28 personnes tuées (plus de 50 morts, selon certains témoignages), et le nombre croissant des déplacés qui fuient les affrontements vers les environs de Kwamouth dans la province de Maï-Ndombe, mais aussi ailleurs.

Plus de 240 maisons et plusieurs écoles ont également été incendiées, rendant ainsi hypothétique la rentrée scolaire 2022-2023 décrétée pour le 05 septembre prochain.

Les autorités administratives du territoire de Bolobo, l’autre territoire de la province de Maï-Ndombe où plus de 5 000 déplacés ont afflué, ont annoncé que 10 d’entre eux ont trouvé la mort dans le village de Lediba. La cause, les conditions de vie précaires dans lesquelles vivent ces déplacés. Sur les 5000 déplacés, seuls 20 personnes parmi les blessés ont pu recevoir une assistance médicale dans le territoire de Bolobo.

«Il faut maintenant que le gouvernement puisse les assister. D’abord par la nourriture et puis les habits aussi puisqu’ils ont laissé tous leurs biens là-bas. Il faut les moustiquaires, des mousses, l’argent aussi», a déclaré l’administrateur du territoire de Bolobo Nestor Mbangi. Ce dernier a, en revanche, signalé qu’il règne un calme instable à Kwamouth après le déploiement des forces de sécurité et de défense, mais la psychose est encore bien présente.

Du côté du gouvernement congolais, il est toujours attendu la suite favorable de l’annonce faite lors de la dernière réunion du conseil des ministres du vendredi 19 août 2022 par le Premier ministre, sur l’envoie d’une mission gouvernementale pour un état de lieu global de la situation. « Face à la dégradation de la situation, il a été annoncé l’envoi sur place d’une mission gouvernementale pour faire l’état des lieux de la situation sécuritaire et humanitaire en vue de prendre des mesures supplémentaires qui s’imposent », avait indiqué le Ministre de la communication et médias, porte-parole du gouvernement Patrick Muyaya dans son compte rendu lu à la télévision nationale RTNC. Une décision qui avait été confirmée par le Vice-Premier premier ministre ministre de l’intérieur Daniel Aselo.

Au regard de ce déchirement communautaire qui prend des allures inquiétantes, plusieurs messages à la paix sont lancés à l’endroit de ces communautés concernés par des violences : Teke et Yaka. Pour Martin Fayulu, l’opposant politique et président du parti politique Engagement citoyen pour le développement (ECIDE), « l’heure est grave ! La cohésion nationale, la colonne vertébrale de l’unité nationale de notre pays est gravement menacée, » a-t-il déclaré dans un message qu’il a adressé aux congolais.

Pour ce leader de Lamuka, ce conflit entre les ethnies qui vivent depuis longtemps ensemble n’est pas un fait anodin.  « au moment où notre pays est agressé par le Rwanda, je suis convaincu que ce qui se passe à Kwamouth, n’est pas un fait isolé. A coup sûr, il doit participer d’un complot ourdi par les ennemis de notre pays pour le déstabiliser, et au besoin, provoquer son implosion. Aucun congolais digne de ce nom ne peut l’accepter, » a-t-il laissé entendre, avant d’ajouter qu’il’« est donc du devoir de tout un chacun de se mobiliser pour stopper cette poussée divisionniste et protéger l’héritage que nous ont légué nos pères de l’indépendance,» peut-on lire dans le communiqué du leader de l’Ecidé.

Ce drame de Kwamouth réveille le démon de la division en République démocratique du Congo. Plusieurs observateurs avertis appellent tous les congolais, et ce à tous les niveaux, à accorder une attention particulière pour mettre fin à une situation de nature à détruire le tissu social sur une partie importante du pays. Un tissu longtemps cimenté par des années communes vécues ensemble entre les Teke et les Yaka.

Fiston Oleko

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top