ACTUALITE

RDC – Transport aérien :Le conflit autour de la compagnie d’aviation Mwant Jet interroge profondément le climat des affaires

Le monde des affaires est peuplé des conflits d’intérêts multiples et chaque jour qui passe, des malentendus aux divergences des vues éloignent des personnes qui étaient pourtant proches il y a quelques temps. C’est la règle de jeu dans le business et personne ne peut y changer quelque chose. Dans un pays en voie de reconstruction comme le Congo, des milliers de projets passent des mains en mains et sont scrutés par des intelligences diverses. Là où il y a une chance sur mille, certains projets deviennent réalité et s’implantent. C’est le cas de cette jeune compagnie d’aviation Mwant Jet, aux consonances aristocratiques et évoquant un passé glorieux d’un des grands empires du Congo précolonial.

Cette société d’aviation a vu le jour et s’est positionnée sur la ligne directe Kolwezi – Kinshasa. Elle fut accueillie non seulement avec enthousiasme mais, aussi avec empressement tant le besoin était grand dans le domaine du transport aérien. Des conflits existent et celui qui a défrayé la chronique entre les associés n’est pas le premier et certainement pas le dernier dans le monde des affaires.

Les entrepreneurs, les usagers et les observateurs multiples ont certainement souffert et continuent à souffrir de ces distorsions dans le monde des affaires. Néanmoins, la question du différend entre les deux associés fut soumise au tribunal du commerce qui est seule habilité à trancher dans le domaine des conflits commerciaux. Pendant la procédure, les deux parties ont présenté leurs moyens de défense et de manière souveraine. Par une décision, le tribunal a opté pour la désignation d’un administrateur provisoire. Celui-ci est appelé à exercer une mission ponctuelle de gérance de la société mais qui est limitée dans le temps. Douze mois au maximum, pour que les tensions qui existent entre les associés soient apaisées. Telle est sa mission. Et cette décision est prise par un tribunal ad hoc, qualifié pour ce faire.

Seulement voilà, certaines parties prenantes au procès semblent s’engager dans un déni de la décision de justice et se cabrent quant à la faisabilité de ce jugement qui a été motivé par le tribunal de commerce. Si la procédure permet d’aller en appel pour celui qui se sent lésé par la décision judiciaire, il est néanmoins recommandé d’obtempérer à la décision des juges et d’entamer éventuellement le recours. Mais le fait de s’épancher encore dans les médias pour vilipender ce même tribunal est une atteinte au principe sacrosaint qui fonde l’État de Droit. Et cette situation tend d’envoyer un message négatif selon lequel, même la justice ne peut trancher un conflit commercial. Alors, c’est l’anarchie qui va régner. Ce message perturbe le climat des affaires et des investissements, car les opérateurs, au lieu de se fier au processus judiciaire pour la résolution des conflits, seront tentés de choisir des voies parallèles qui, elles, seront forcément contreproductives.

La sagesse populaire conseille aux parties prenantes de respecter les prescrits de l’organe de la Loi et surtout, de se fier aux décisions du tribunal, car toute tentative de sortir de ce cadre perturbe énormément le climat des affaires et des investissements qui est un indicateur important dans le classement Doing Business de la Banque mondiale pour l’attractivité des États.

Adam Mwena Meji

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top