securité

Sécurité et enjeux régionaux : La guerre de Ruto en RDC et les intérêts du Kenya

Lorsque le premier groupe des Forces de défense du Kenya est parti hier pour l’est de la République démocratique du Congo, cela a marqué à la fois la réalisation d’une promesse que le Kenya avait faite à la région et une chance pour le président William Ruto de redorer son blason aux yeux de Kinshasa.

Les troupes des KDF devraient rejoindre d’autres du Soudan du Sud, de l’Ouganda et du Burundi, formant la Force régionale de l’Afrique de l’Est (EARF) évoquée plus tôt dans l’année pour apprivoiser les groupes armés en RDC, y compris le M23.

Pour le président Ruto, cependant, il s’agit peut-être autant de son projet personnel que de celui du Kenya. En campagne, son principal rival, Raila Odinga, s’est fait passer pour un ami plus proche de la République démocratique du Congo que lui.

Lorsqu’il a remporté les élections, la RDC a été le dernier des membres de la Communauté de l’Afrique de l’Est à le féliciter.

En février, il avait suscité la colère des Congolais après avoir été filmé en train de commenter leur “incapacité” à élever des vaches et leur penchant pour le port de pantalons taille haute (principalement dans des clips vidéo).

Cela a forcé l’ambassadeur du Kenya à Kinshasa, le Dr George Masafu, à présenter des excuses dans lesquelles il n’identifiait pas Ruto alors comme vice-président. M. Odinga l’a ridiculisé pour avoir été “un échec pathétique à voir où les opportunités abondent pour le Kenya”.

Il s’avère que le Dr Ruto avait été mal compris, selon son entourage. Son discours à Nyeri, ont-ils affirmé, visait à attirer les habitants vers l’élevage laitier, considérant l’entrée alors imminente de la RDC dans la Communauté de l’Afrique de l’Est comme un marché à exploiter.

Maintenant en tant que président, les discours de Ruto sur la RD Congo ont été plus mesurés. Lorsqu’il a remis le drapeau aux troupes la semaine dernière, il était catégorique sur le fait que l’enjeu du Kenya était en danger.

“En tant que voisins, le destin de la RDC est étroitement lié au nôtre”, a-t-il déclaré aux soldats à Nairobi le 2 novembre.

“Nous ne permettrons à aucun groupe armé, criminel ou terroriste de nous priver de notre prospérité commune.”

Cette prospérité repose sur la richesse, l’emplacement et la population de la RD Congo. Avec 90 millions d’habitants, Ruto avait soutenu pendant la campagne électorale que ce serait un marché riche pour les produits du Kenya. Avec son immense richesse, une exploitation sûre de celle-ci sera utile pour le Kenya.

Au moins 70 % du cobalt mondial provient de la RDC et la moitié du cuivre que nous utilisons aujourd’hui provient de ce pays riche en minéraux. Son projet de barrage Grand Inga, une extension complexe de sept barrages sur le fleuve Congo, pourrait produire suffisamment d’énergie pour alimenter l’ensemble du continent africain, s’il est pleinement mis en œuvre dans le cadre de l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

La RDC est également connectée à 11 corridors commerciaux en Afrique, notamment dans le cadre de la Communauté de l’Afrique de l’Est, de la Coopération pour le développement de l’Afrique australe (SADC) et de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC).

Sauf que ses parties orientales sont en guerre. Selon l’ONU, au moins 120 groupes armés parcourent la région, ce qui en fait l’endroit le plus dangereux de la RD Congo. Pourtant, c’est aussi la région la plus importante pour le Kenya en termes de commerce.

“Grâce à ce déploiement, le Kenya préservera également ses intérêts vitaux, notamment la sécurisation des entreprises kenyanes telles que les banques opérant en RDC, de nombreux hommes d’affaires dans le pays, le commerce bilatéral avec la RDC et l’utilisation du port de Mombasa par la RDC, entre autres”,selon Nelson Koech , député de Belgut et président de la commission de la défense et des relations extérieures de l’Assemblée nationale, qui a déclaré cela au Sunday Nation, un hebdomadaire kényan.

Pour Nairobi, la viabilité du port de Mombasa sera améliorée si le commerce avec la RDC s’améliore. Les responsables ont défendu le coût financier du déploiement des troupes, 4,5 milliards de shillings (37 millions de dollars) pendant six mois, comme étant moins cher que ce qu’il en coûterait à Nairobi s’il devait croiser ses bras et regarder s’embraser le Congo.

« Le déploiement des troupes est complémentaire et très stratégique pour le processus politique en cours en RDC », a déclaré M. Koech, se référant aux raisons du Kenya présentées au parlement plus tôt cette semaine.

Ruto est devenu le premier président kenyan à envoyer des troupes dans une mission de combat en RD Congo. Ses prédécesseurs ont souvent envoyé des troupes dans les missions de maintien de la paix de l’ONU.

La force régionale d’Afrique de l’Est

est qualifiée de force « d’application », les responsables affirmant qu’ils insisteront sur la présence militaire tout en incitant les groupes armés à sortir de leurs trous avec des drapeaux blancs.

Ils engageront des combats avec ceux qui refusent de se rendre. La mission durera six mois. Elle sera peut-être prolongé de deux autres, avant de se retirer, selon la note d’information d’opérations parvenue au Sunday Nation.

Mais ce ne sera pas le seul moyen. Le président Ruto a pleinement soutenu le processus de Nairobi, une médiation lancée par son prédécesseur Uhuru Kenyatta et soutenue par la Communauté de l’Afrique de l’Est.

Plus tôt cette semaine, l’EAC (la communauté d’Afrique de l’Est) a tenu une réunion parallèle à Charm el-Cheikh où ils ont approuvé une décision d’harmoniser la tentative de paix de la RD Congo avec celle négociée par l’Angola pour aider le Rwanda et la RDC à dissiper leurs soupçons de soutien aux rebelles.

Dimanche, le président Kenyatta, désormais facilitateur de paix de l’EAC pour l’est du Congo, est arrivé à Kinshasa où il doit rencontrer des représentants des communautés de l’Ituri, du Nord et du Sud-Kivu, les trois provinces de l’est du Congo où prospèrent les rebelles. Selon la présidence de la RDC, il devrait convaincre les leaders communautaires de choisir le dialogue plutôt que la guerre.

Une source dans l’entourage de Kenyatta a déclaré au Sunday Nation que la complexité du conflit en RDC a forcé les parties à faire pression ensemble pour la paix.

« Il y a une perception que la consolidation de la paix peut se faire en un clin d’œil, en deux ou trois semaines. Nous ne sommes pas aveugles aux réalités sur le terrain. Rien dans l’histoire de la consolidation de la paix n’a été fait dans un délai de cette nature », a indiqué le responsable.

“Nous mettons tout le monde en commun. Ce sont des Africains qui prennent en charge leur réalité, résolvent leurs problèmes avec des solutions africaines.”

Kenyatta devait rencontrer le président angolais Joao Lorenco, qui est le médiateur de l’UA dans le différend Rwanda-RDC. Les deux pays se sont mutuellement accusés de financer les rebelles du M23, qui combattent l’armée congolaise.

Alors que Ruto soutient le déploiement et soutient la navette diplomatique de son prédécesseur, son sentiment est que le président congolais Félix Tshisekedi devrait localiser le problème en veillant à ce que la question des rebelles armés ne dégénère pas en violence ethnique.

Tshisekedi a rencontré vendredi des dirigeants de la communauté tutsi et Hutu de l’est de la RDC.

Aggrey Mutambo Nation Africa et Patrick Ilunga

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top