Non classé

Situation sécuritaire en RDC : Les chefs religieux congolais appellent la communauté internationale à briser l’omerta

Face à la situation d’insécurité préoccupante dans la partie orientale de la République démocratique du Congo (RDC), l’Eglise a choisi d’agir, usant de toutes les voies qui lui sont susceptibles. Après la journée de prière pour la Nation et l’armée congolaise (FARDC) qu’ils ont tenue au stade des Martyrs le 17 juillet, les chefs religieux ont déposé un mémorandum à la MONUSCO, a l’attention du Secrétaire général des Nations Unies et du président du conseil de sécurité ce vendredi 22 juillet 2022.

Les pasteurs ont fustigié le silence assourdissant de la communauté internationale sur la menace de paix et de la sécurité internationale que constitue les guerres en RDC, orchestrées ou soutenues parfois par ses voisins, alors que «le conseil de sécurité, organe habilité à constater cette menace ne le fait pas ». Les hommes de l’Eglise croient fortement et rappellent que les actes d’insécurité qui écument les populations congolaises sont le fait d’une demande de la communauté internationale formulée à la RDC d’ouvrir ses frontières aux réfugiés venant du Rwanda en 1994 lors de Génocide, sans pour autant lui doter des moyens nécessaires pour éloigner ces réfugiés des frontières de leur pays de provenance. Cela avec comme conséquences, l’arrivée de l’AFDL qui est aussi une action internationale contre le président Mobutu, mais aussi, selon les religieux, l’existence d’un nombre impressionnant des groupes armés dont le M23 et les ADF qui endeuillent les populations sous l’œil de cette communauté internationale.

«fort de ces antécédents, la RDC est aujourd’hui exposée au risque de rester prisonnière des influences stratégiques des puissances occidentales et régionales aux intérêts en même temps antagonistes et convergeants. Les pays voisins comme le Rwanda, l’Ouganda et les groupes d’intérêts économiques trouvent en elle une zone de confort dans la situation chaotique de sa partie Est, partie géographiquement la plus importante, en mettant en mal les citoyens obligés de vivre en insécurité permanente, » peut-on lire dans ce mémorandum de l’Eglise congolaise. A en croire les pasteurs, le silence, l’indifférence, et la complaisance de la communauté internationale face à plus de 10 millions de morts RDcongolais sont d’autant plus étonnants que révoltants.

Au regard des efforts que les autorités congolaises, avec à leur tête le président de la République Félix Tshisekedi fournissent pour la paix au pays, les responsables des confessions religieuses se disent ne plus pouvoir garder silence lorsque « l’ONU, l’UE et l’UA refusent d’apprécier a sa juste valeur la démarche du président Félix qui ne cherche que la paix et la concorde avec tous nos voisins, » déclarent-ils. Pour eux, malgré toutes les preuves établissant l’agression et l’appui du Rwanda aux M33, le monde garde un mutisme complice, en plus dequel, il y a le rapport Mapping qui git dans les tiroirs de l’ONU, mais aussi une machine internationale interdisant la RDC de se réarmer librement avec un ambargo du conseil de sécurité. En sus, «il nous impose une force régionale.»
Les confessions religieuses sont visiblement tentées de croire qu’avec la crise de la COVID-19 et celle Russo-ukrainienne, les puissances de la planète s’organisent actuellement pour s’approprier à tout prix les minerais du Congo en « utilisant l’insécurité comme armé et argument. »

Un ultimatum lancé

Fort de plus de 100 millions d’âmes vivant en République démocratique du Congo, la majorité de cette population est croyante. C’est à ce titre que les pasteurs de l’Eglise du Congo, agissant comme des gardiens de ces âmes ont dénoncé ce calme planètaire face au projet machiavélique ourdi contre la RDC indiquent-ils. Bien plus, ils exigent un certain nombre d’actions de la communauté internationale, faute de quoi, avec un ultimatum d’une semaine à dater de ce vendredi, une mobilisation de tous les croyants du pays aura lieu pour forcer une réponse de l’ONU à cette requête.

Les pères de l’église exigent :

* La convocation d’un conseil de sécurité extraordinaire pour statuer sur la situation de l’agression rwandaise et des manœuvres ougandaise ;
* La levée de l’embargo sur les achats d’armes en faveur de la RDC ;
* Le rejet de l’intervention militaire régionale au risque d’aggraver et d’éterniser la présence de ces militaires étrangers au Congo. Il ne faudra pas dupliquer la mission de la monusco qui est déjà impuissante et incapable d’assumer la mission lui confier depuis plus de deux décennies affirmant même toute honte but que le M23 est mieux armé qu’elle ;
* Le retrait immédiat et neutralisation des troupes et rebelles étrangers ayant exporté leur guerre en RD Congo ;
*Cessation de manipulation des congolais pour enrichir les grandes puissances et les multinationales dans ce contexte de la crise économique issue de covid 19 et de la guerre Ukraino-russe ;
* L’imposition de la démocratie dans les pays voisins, le Rwanda, Ouganda et le Burundi afin de récupérer leur opposition en exil dans notre pays ;
* La réaction de la communauté internationale en faveur de la RD Congo à la suite de la diplomatie entreprise par le président Félix Tshisekedi.
* Le refus de l’exploitation commune des richesses minérales avec les pays voisins en violation de nos lois internes ;
* Exploitation et exécution du rapport Mapping pour sanctionner tous les auteurs des crimes contre l’humanité.

Une fois de plus, les pères de l’Eglise congolaise se sont réunis, représentant la majorité croyante de la République démocratique du Congo, pour contribuer à la recherche des solutions durables pour que le cycle infernal de l’insécurité au pays connaisse un terme. C’est également une réponse à l’appel de l’unité lancé par l’Executif national, afin de mettre hors d’état de nuire toutes les forces négatives actives sur le sol congolais.

Fiston Oleko

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top