Economie

Socle du programme du Gouvernement Sama : Le secteur industriel, catalyseur du développement national

La République Démocratique du Congo (RDC) dispose de plusieurs potentialités pour développer son secteur industriel, à savoir :

une main-d’œuvre abondante et bon marché ; une diversité des matières premières (cuivre, cobalt, coltan, or, diamant, pétrole, bois, pétrole…) favorables au développement du tissu industriel national ; un marché global de plus ou moins 80 millions de consommateurs potentiels, extensible au niveau sous-régional ; l’existence de 80 millions d’hectares de terres arables favorables au développement de l’agro-industrie ; et enfin, l’existence d’une part importante de marché dans les différentes filières industrielles. La mise en œuvre de la Centrale d’Inga III (Grand Inga), de Kakobola, de Zongo II et de Katende constitue un atout majeur pour relancer le volume de production existant, de favoriser l’attraction des investissements nouveaux au pays et de diversifier l’économie congolaise. Comment concrétiser, dans les faits, l’impératif de la diversification de
l’économie congolaise afin de créer les conditions d’une croissance inclusive, gage d’un progrès économique et social durable ? C’est la question fondamentale posée par le Premier ministre de la République Démocratique du Congo (RDC), Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, lors de la présentation de son Programme du Gouvernement devant la représentation nationale. La réponse à cette question, avait fait savoir le nouveau locataire de la Primature, passe par la pose des trois piliers importants ci-après : 1) La modernisation des infrastructures de base et l’aménagement du territoire ; 2) La promotion et le développement du numérique et des nouvelles technologies de l’information et de la
communication ; 3) La création des conditions d’un développement durable.

S’agissant toujours de la diversification de l’économie congolaise, toutes les actions à mener par le Gouvernement de la République visent, bien sûr, la redynamisation et la promotion de tous les secteurs de l’économie.

Vision du Gouvernement dans le secteur industriel

” Mon Gouvernement mettra un accent particulier sur la revanche du sol sur le sous-sol, c’est-à-dire, de l’agriculture sur les mines et les hydrocarbures. ll ne s’agira plus de ne compter que sûr le seul secteur minier ou pétrolier. L’agriculture doit redevenir le premier secteur pourvoyeur des richesses et
d’emplois dans notre Pays. Il en sera de même du tourisme. L’ensemble de ces secteurs (Ndlr : Tourisme, Agriculture, Mines et Pétrole) devant être boostés par une politique d’industrialisation que mon Gouvernement s’engage à mettre en œuvre ”. Telle est la vision déclinée du Gouvernement de l’Union Sacrée dans le secteur industriel.

L’industrie étant l’un des secteurs prioritaires du Gouvernement à l’instar de l’agriculture, des infrastructures, de l’énergie, de la santé, de l’enseignement, de l’habitat, des hydrocarbures, et autres, dans sa vision, le Gouvernement a adopté une approche de développement dite « auto-centrée et intégrée », consistant au déploiement équilibré sur le territoire national des pôles économiques et industrielles de croissance. Cette approche s’appuie sur la possibilité de développer, en fonction des avantages comparatifs et compétitifs de chaque espace économique, des industries de transformation et des industries manufacturières, particulièrement dans les secteurs agro-industriels, de valorisation des ressources naturelles et des industries structurantes ou industrialisantes. La stratégie de développement du secteur industriel est principalement axée sur la création des Zones Économiques Spéciales (ZES), des parcs agro-industriels et des pôles de croissance.

Pour ce faire, le Gouvernement prévoit notamment de : 1) Promouvoir le paysannat par la constitution des coopératives agricoles ; 2) Créer une véritable Banque de Crédit Agricole pour financer le développement de ce secteur ; et enfin, 3) Relancer l’agriculture vivrière, industrielle et pérenne ainsi que la pêche et l’élevage.

A cet effet, le Gouvernement de la République vient de solliciter de l’Assemblée nationale l’accélération du processus d’adoption de la proposition de loi modifiant et complétant la loi portant principes fondamentaux relatifs à l’agriculture.

S’agissant du Plan directeur d’industrialisation de la RDC dernièrement conçu, celui-ci, foi de Sama Lukonde, sera appliqué pour
redynamiser ce secteur. Une fois mis en pratique, ce Plan permettra de consolider la base industrielle, en favorisant une plus large transformation locale des produits agricoles, de pêche et d’élevage, de même que l’implantation des Parcs agro-industriels et des Zones économiques spéciales (ZES).

A son avènement, le Premier ministre Sama a trouvé le chemin déjà balisé par ses prédécesseurs. Des bases solides et des projets-phares ont déjà été posés dans plusieurs grands espaces du pays dans ce secteur porteur de croissance par le ministère de l’Industrie dont l’actuel locataire est le ministre Julien Paluku Kahongya (Mise à jour au 11 mai 2021), reconduit dans le nouveau Gouvernement pour son dynamisme et ses réalisations. Il s’agit notamment de : 1) Espace Kasaï : les routes Mbuji-Mayi et Ndomba, y compris le pont éponyme, la centrale photovoltaique de Tshipuka, l’usine de traitement d’eau potable de Mbuji-Mayi, sans oublier la ZES de Kalamambuji ; 2) Espace Katanga : la ZES de Kishwishi (Lubumbashi) ; la ZES de Manono/Lithium (Production des batteries et véhicules électriques), la ZES de Musompo ( Kolwezi) et la cimenterie de Lubudi ; 3) Espace Kivu : la ZES de Musienene (Lubero) ; 4) Espace Oriental : la cimenterie de Maiko, la transformation du bois et la ZES de BO (Isiro) ; 5) Espace Kinshasa : la ZES de Maluku (Montage des véhicules 4×4, Made in Congo) ; la ZES de Kimpese (Montage des bus), la ZES de Songololo (avec la sidérurgie de Christal), la réhabilitation et modernisation de la sidérurgie de Maluku, la cimenterie de Kimpese et le développement des usines de panification dans la contrée (Usage de la farine de manioc) ; 6) Espace Équateur : la ZES Miluna (Sud-Ubangi).

La Loi n° 14/022 du 07 juillet 2014 fixant le régime des Zones économiques spéciales (ZES) en République démocratique du Congo (RDC) et la Loi n°14/023 du 07 juillet 2014 fixant les règles relatives aux conditions et modalités de sauvetage de l’entreprise industrielle en difficulté en constituent le cadre légal.

Il sied de noter qu’il y a dix (10) autres Zones économiques spéciales dont les sites ont déjà été visités et identifiés par les experts du ministère de l’Industrie. Leur lancement ou ouverture n’est qu’une question des jours.

Dieudonné Buanali

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Syndicat, n° 315, Kinshasa-Gombe, RDC
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top