Politique

Dossiers de la République -selon le dernier Sondages GEC : 51% des congolais d’accord de la gouvernance Tshisekedi – Lukonde

A deux ans des élections générales en République Démocratique du Congo, c’est la popularité du Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo dans les sondages qui constitue l’événement principal. Le Chef de l’Etat congolais est aujourd’hui en mesure de produire des résultats éloquents aux prochaines échéances électorales. Alors que les campagnes électorales n’ont pas encore commencé, il bénéficie déjà de près de la moitié des opinions favorables et positives de la population congolaise, révèle le dernier rapport des sondages publié hier mardi 19 octobre par le Groupe d’Etudes sur le Congo (GEC) et le Bureau d’Etudes, de Recherche et Consulting (BERCI). Nonobstant la tendance baissière de la popularité de tous les dirigeants et la plupart des figures de proue de l’opposition ces six derniers mois, ce récent rapport indique que le président Tshisekedi demeure l’acteur politique le plus populaire avec 48 % alors qu’il était à 78 % dans les sondages précédents. Il est suivi par son Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge qui est passé de 66 à 48 % aussi.

Constitué de 18 pages et intitulé ” La RDC face à la démobilisation politique : perte de confiance et risque d’une abstention élevée ”, le rapport de GEC et BERCI explique que cela se traduit notamment par la baisse significative de la popularité de tous les dirigeants et de la plupart des figures de l’opposition. En six mois, le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, par exemple, est passé de 66 à 48 % d’opinions favorables. Mais le Premier ministre reste, derrière le Président de la République Félix Tshisekedi, le plus populaire de tous les acteurs politiques ”. L’investiture du Gouvernement des warriors a donc constitué un tournant décisif, car elle a consolidé la rupture entre le président Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, son ancien allié.

A en croire ces deux organisations, ” la perception des actions et des premières mesures du Gouvernement a sans doute une influence sur cette popularité relative du chef de l’État et de son Premier ministre. A titre indicatif, l’état de siège est considéré comme une bonne chose par 63% des sondés à travers la RDC, alors que cette mesure exceptionnelle reste impopulaire dans l’est du pays ”.

En revanche, d’après le Groupe d’Etude sur le Congo et le Bureau d’Etudes, de Recherche et de Consulting international, ” le travail parlementaire est décrié. 71 % des Congolais sondés estiment que des élus travaillent pour leurs propres intérêts ”. Autre manifestation du désengagement politique : le risque d’une abstention élevée lors des prochaines élections. ” Seuls 40 % des Congolais sondés disent qu’ils iront voter en 2023. Ils étaient 97 % en décembre 2018, 67 % en mars 2021 ”, poursuivent GEC et BERCI.

Le sondage national réalisé par BERCI et GEC visait à évaluer le sentiment populaire six mois après la nomination du Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge qui est cependant nettement plus populaire que son prédécesseur Sylvestre Ilunga Ilunkamba, qui a quitté la Primature avec 9% d’opinions favorables en mars 2021. Sama Lukonde reste même plus populaire que n’importe quel autre politicien, à l’exception du Président Tshisekedi, mais qui est également confronté à une baisse importante de sa popularité depuis 18 mois. En mars 2020, 67 % des personnes interrogées avaient une bonne opinion mais en septembre 2021, ce score est tombé désormais à 48 %.

L’enquête a été réalisée également en perspective de la nouvelle session parlementaire, au cours de laquelle les
priorités budgétaires pour l’exercice 2022 seront fixées. Parmi les
autres points critiques de l’agenda politique figurent la désignation des membres de la Commission Électorale
Nationale Indépendante (CENI) qui préparera et organisera l’élection présidentielle et les législatives nationales, provinciales, urbaines, municipales et locales de 2023, ainsi que la lutte contre le Covid-19.

” Notre sondage s’est aussi intéressé à la perception de I’état de siège, instauré
début mai 2021 pour faire face aux violences en cours dans l’est du pays ”, lit-on en résumé de ce rapport de sondage dont une copie nous est parvenue à la rédaction.

A propos de BERCI et du GEC

Créé en 1990, le Bureau d’Etudes, de Recherche, et de Consulting International (BERCI) est une société à responsabilité limitée dédiée à la mise en œuvre des projets de recherche et d’évaluation pour améliorer la prise des décisions fondées sur des données factuelles en RDC. Premier Institut de sondage congolais, les activités de recherche de BERCI sont centrées sur des thématiques liées au développement, à la bonne gouvernance, au renforcement de l’Etat et à la consolidation de la paix.

Quant au Groupe d’Etude sur le Congo (GEC), celui-ci a été fondé en 2015 afin de promouvoir une recherche rigoureuse et indépendante sur la violence qui affecte des millions de Congolais. Cela a nécessité une approche large.

Selon ses fondateurs, ” les racines de cette violence se trouvent dans une histoire de gouvernance prédatrice qui remonte à la période coloniale et qui relie les versants des collines du Grand Kivu aux intrigues politiques et à la corruption à Kinshasa, ainsi que dans les capitales d’Europe, de Chine et d’Amérique du Nord ”.

Aujourd’hui, les recherches du GEC visent à expliquer à un large public les interactions complexes entre la politique, la violence et l’économie politique au Congo.

Djodjo Mulamba et Dieudonné Buanali

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top