TRANSPORT

Transports : Quid de la conduite des chauffeurs de taxis motos

A Kinshasa, la moto est devenue depuis un certain temps le moyen de déplacement le plus emprunté par les kinois. Sollicitée à cause de sa rapidité et sa facilité de déplacement surtout lors des embouteillages qui, dorénavant sont inéluctables. Au delà des avantages qu’elle offre à ses usagers, il y a aussi des risques très graves que courent ceux-ci tenant compte de la mauvaise conduite des conducteurs des taxi motos à Kinshasa. Nombreux d’entre eux conduisent sans aucun respect du code de la route, sans permis de conduire, ni plaque d’immatriculation, sans casque, voir sans rétroviseur. Ce qui occasionne souvent de très accidents graves de circulation. Ils se permettent aussi de fixer le prix de la course selon leurs envies et humeurs aux vues et sus des agents des services de transport. Le manque de courtoisie et de respect des clients caractérisent également leur conduite.

Interrogé sur leur conduite un motard n’est pas resté sans voix : “

La conduite dépend d’un motard à un autre parce que ce n’est pas tout motard qui a le permis et qui connaît le code de la route”, a-t-il repondu avant de souligner qu’il ne peut se permettre de conduire mal pour exposer sa vie car ce travail est son gagne-pain.

A Kinshasa, le prix de la course des taxis motos ne fait l’objet d’aucune réglementation. L’exécutif provincial de Kinshasa n’a donc pas jusque-là établi un document qui régit la nomenclature des tarifs des taxis motos. Cependant, sur base de quoi les chaffeurs de taxis motos fixent leurs prix ? Pour un chauffeur, tout est tributaire de la course.

” Cela dépend s’il y’a embouteillages ou pas mais surtout nous qui travaillons à Gombe ici par exemple, nous sommes trop tracassés par les policiers c’est pourquoi on facture un peu plus parce que nous risquons qu’ils nous arrêtent et lorsqu’ils le font pour libérer la moto, ils nous exigent 120 000fc qui équivaut à peu près à notre recette à la fin de la semaine”, justifie un autre chauffeur de taxi.

Un usager fréquent de la moto  a expliqué les raisons de son choix sur la photo. ” Je prends souvent la moto et je sais que c’est un risque mais que je suis obligée de prendre à cause des embouteillages monstres qu’il y a à Kinshasa et au manque des transports en commun dans les arrêts. Avec la moto, je suis sûr d’arriver à temps dans les lieux de rendez-vous et de vaquer plus vite à mes occupations au lieu de perdre au moins 30 minutes à attraper un taxi ou un taxi bus alors qu’on est même pas sûr d’avoir ce taxi. Je me sens donc obligé de prendre la moto malgré les risques que je cours,” a-t-il indiqué.

Pour rappel, le Gouverneur Gentiny Ngobila Mbaka avait procédé, au mois de février dernier, à l’inauguration des installations de la Société technique de sécurité congolaise (STC). Le partenariat entre la ville de Kinshasa et la STC a pour but de pallier à la sécurité des personnes et de leurs biens liée à l’identification et aux renseignements des motos par la mise en service des plaques d’immatriculation sécurisées de motos et de cartes roses afin de faire de Kinshasa une ville plus sûre où les accidents causés par les motos seront sensiblement réduits.

Damany Mujinga

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top