ACTUALITE

Vital Kamerhe, la force de la foi

La vie d’un homme politique est fondamentalement liée à la qualité de ses convictions car, il lui arrivera de perdre le pouvoir, de perdre sa liberté, de perdre ses biens et de surtout, de perdre ses amis, ses alliances et ses soutiens. Il lui arrivera d’expérimenter la solitude, la trahison et parfois l’obscurité des pensées ténébreuses. Et sur cette route rocailleuse, le seul pont de force sera la qualité de ses convictions.

Ce sont ces profondes valeurs enfouies qui constitueront sa force pour traverser un moment de jugement quelle que soit la nature de celui-ci. En quoi croyez-vous cher leader est la question que la nature posera à la conscience de tout celui qui est invité à la table des épreuves.

L’acquittement de Vital Kamerhe fait partie de ces événements qui ponctuent le raffinage d’une âme, l’endurcissement du caractère par le feu qui brûle la fierté, qui expose les fragilités, qui brise les résistances, qui perturbe l’image publique et qui soumet la famille à rude épreuve.

Qu’il soit debout, acquitté, libre et surtout, innocent, est un vrai retour de la force de la foi. Malgré le poids du sort, avec une lourde condamnation de vingt ans, réduite à treize ans sans atténuer la blessure, Vital Kamerhe n’avait avec lui que la force de ses convictions. N’ayant jamais regretté ses choix politiques antérieurs, il a maintenu son parti dans la coalition, la situant au dessus de son propre sort et demandant du fond de sa cellule aux membres de sa formation politique de continuer à supporter le Chef de l’État, allié de la Coalition pour le Changement (CACH). Il n’y a pour réussir une telle prouesse politique que la Force de la conviction, la foi en l’avenir.

Comment humainement aurait-il trouvé la force de continuer à appuyer son pays alors que celui-ci venait de le soumettre au mépris populaire ? Disséquer sa vie privée, comment a-t-il pu avoir la force de résister à l’effondrement et à s’évanouir dans l’inconscience ? Cet homme a gardé la force de ses idées et a déclaré que ce qui arrivait, était un malentendu et qu’un jour viendrait où la vérité le justifierait.

Il n’y a que dans la conviction qu’on peut trouver des ressources de ce genre pour supporter l’insupportable. Tout au long de ce procès, ceux qui savent lire au-delà de l’émotif ont pu voir et tirer une leçon qu’en aucun moment Vital Kamerhe a cherché un bouc émissaire. Il a assumé les actes qu’il avait posés pour donner une impulsion aux premiers pas de la nouvelle gouvernance sans jamais se réfugier dans la facilité de citer d’autres personnes.

Loyal jusqu’au bout et fidèle à ses idées et confiant en la conduite d’en haut, il savait qu’un temps viendra où les éléments de lumière éclateront. Le voilà libre, c’est un homme éprouvé, blessé certes mais pas brisé car, de ses douleurs plusieurs ont tiré la force de
leur engagement.

Aujourd’hui, l’UNC n’est pas un parti des shows mais, c’est devenu une dynamique des consciences où ceux qui y adhèrent, savent le prix qu’il faut payer pour voir leur idée triompher. Le pacificateur est de retour et c’est un homme système qui revient avec une vision systémique de la réalité et sans doute une humilité que seules, les grandes âmes peuvent ressentir. Hombre.

Adam Mwena Meji

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top