Economie

RDC-MINES : Lancement de la campagne syndicale pour le travail décent et la production responsable du Cobalt

La République Démocratique du Congo est considérée comme la première réserve mondiale du cobalt et reste le premier pays producteur de ce minerai stratégique qui sert aujourd’hui à la fabrication des batteries électriques et des  outils des Nouvelles technologies de l’information et de la communication. Mais fort est de constater que sa population tout comme les travailleurs œuvrant dans les sites de production de ce minerai demeurent pauvres et les conditions de travail pour bon nombre d’ouvriers dans ces sites ne sont pas toujours décentes,  donc une rémunération non équitable, une sous-traitance mal négociée, des violences de tout genre et le non respect du système de sécurité. Une situation que denoncent des organisations non gouvernementales et des organisations syndicales. C’est dans ce contexte que la Coordination nationale de Industri all a lancé la campagne syndicale pour le travail décent et la production responsable du cobalt en RDC. Une campagne qui vise à sensibiliser les autorités gouvernementales, les parlementaires, les entreprises productrices du cobalt, les travailleurs et les syndicalistes pour pour obtenir des conditions de travail decentes et un salaire juste en vu de la production d’un cobalt propre. La cérémonie de cette activité qui a coïncidé avec la rentrée parlementaire a eu lieu  hier mardi 15 mars à Kinshasa en présence des syndicalistes, des journalistes et autres participants.

Pour Jean Benoît Ntando, Président du Conseil national Industri All RDC, le lancement de cette campagne était une grande journée car c’est pour une première fois que les syndicats du pays  s’impliquent totalement en ce qui concerne la production du cobalt et les conditions de travail des ouvriers dans les mines de ce métal bleu. “Nous voulons à travers cette campagne que l’Etat congolais, les opérateurs économiques, les entreprises, les travailleurs et les syndicats partenaires qui sont dans le secteur, doivent tirer, en ce qui nous concerne, les intelligences pour une production responsable du cobalt. Nous militons pour un travail décent et pour la production responsable du cobalt. Comme nous avons arrêté des stratégies, le syndicat va rester après ce lancement pour peaufiner ces stratégies qui vont matérialiser cette campagne”, a-t-il déclaré.

D’après lui, cette campagne n’a pas de durée fixe mais elle pourra terminer que lorsque le résultat escompté sera obtenu. Elle cible l’Etat congolais, les entreprises, les opérateurs économiques et les travailleurs étant donné que chacun d’eux a une partition à jouer dans la chaîne de production et d’approvisionnement du cobalt.  “A l’Etat congolais, nous allons demander de mettre sur pied des décisions pour que le travail soit réellement décent. Aux entreprises et opérateurs économiques, nous allons leurs demander d’appliquer les dispositions légales et conventionnelles. Et aux travailleurs, nous allons leurs demander de veiller et de jouer un rôle de contrôle tout en dénonçant les mauvaises stratégies qu’ils auront à constater dans leur travail”, a-t-il signifié.

Dans cette campagne, les attentes sont connues. Elles consistent à inviter les travailleurs à adhérer au schéma et à venir nombreux à la sensibilisation de manière à ce qu’une fois qu’ils auront acquis les connaissances qu’il faut, ils pourront déceler ce qui ne marche pas. Après avoir décelé ce qui ne va pas, ils seront appeler à pouvoir élaborer un cahier de charge responsable qui va les permettre d’aller vers une telle ou telle structure de manière à trouver de solutions durables aux problèmes des travailleurs du cobalt.

La stratégie de campagne est déjà en marche et le travail de conception de la campagne a commencé il y a déjà 8 mois. Selon Didier Okonda, Secrétaire général de TUMEC et membre de l’Industri All, une structure de travail a été mis en place pour la collecte des données sur le terrain. “Nous avons été à la consultation sur le terrain où les choses se passent. Nous sommes revenus à Kinshasa et répartis pour Lubumbashi pour mettre en place une structure de coproximité que nous avons appelé la Coordination de proximité qui dispose d’un bureau de liaison à Lubumbashi et trois unités opérationnelles au niveau de Kolwezie. Cette coordination est déjà sur le terrain pour la collecte des données dont nous avons besoin pour essayer de donner une certaine architecture du travail que nous sommes en train de faire. Cela veut dire que nous sommes de plein pied  dedans”, s’est-il expliqué.

L’Industri All est une organisation qui ne travaille pas en vase clos. Raison pour laquelle elle a décidé de pouvoir lancer officiellement ce 15 mars cette campagne afin que le monde soit sensibilisé et tous les partenaires syndicalistes à l’extérieur et les institutions du pays sachent qu’il y a quelque chose qui est en train de se faire. Malgré l’absence des représentants des institutions de la république, Industri All RDC a reçu des messages de solidarité énoncés par Industri All Global de Genève et de FES (Friedrich Ebert Stiftung) kinshasa. En substance, ces deux organisations mondiales se sont dit à travers leurs représentants très honorer d’être associées à cette initiative de sensibilisation. Peu importe le temps que cela va prendre, elles ont garanti de leur disponibilité et on promis de poursuivre la lutte pour un dialogue social entre employés et employeurs.

Fondé le 19 juin 2012 et ayant son siège à Genève (capitale de la suisse), Industri All Global Union est représente 50 millions de travailleurs dans 140 pays dans les secteurs minier, énergétique et manufacturier et est une force de solidarité mondiale qui lutte pour de meilleures conditions de travail et les droits syndicaux dans le monde entier. IndustriALL défie le pouvoir des entreprises multinationales et négocie avec elles au niveau mondial. Tout en se battant pour un autre modèle de mondialisation et un nouveau modèle économique et social qui donne la priorité aux personnes, basé sur la démocratie et la justice sociale.

Industrie All regroupe les affiliés des anciennes fédérations syndicales mondiales : la Fédération internationale des métallurgistes (FIOM), la Fédération internationale des syndicats des travailleurs de la chimie, de l’énergie, des mines et autres (ICEM) et la Fédération internationale des travailleurs du textile, de l’habillement et du cuir. Fédération (ITGLWF). En RDC, elle regroupe 5 grandes organisations syndicales CDT, CSC, OTUC, TUMEC et UNTC.

IndustriALL Global Union représente les travailleurs dans un large éventail de secteurs notamment extraction de pétrole et de gaz exploitation minière, diamants et pierres précieuses, production et distribution d’énergie électrique, métaux de base de construction et démolition de navires, automobile, aérospatial, génie, mécanique, TIC, électricité et électronique, produits chimiques, caoutchouc, pâte à papier et papier matériaux de construction, textiles, vêtements, cuir et chaussures.

Djodjo Mulamba

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Site développé & hebergé par Justin Tshims

CONTACTEZ-NOUS !

Editeur-Responsable : William Albert Kalengay
Bureau : Avenue Isiro, n°28, Kinshasa-Gombe, RDC
Ref.: Ancienne ambassade de Belqique
Tél. : +243998110441
E-mail : geopolismag@yahoo.fr

Copyright © 2016 Geopolis Magazine

To Top